Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWinter Of Sin › Woest

Winter Of Sin › Woest

9 titres - 46:19 min

  • 1/ A silent deathwish
  • 2/ Overrompeld
  • 3/ When we lived
  • 4/ Fire
  • 5/ Figures in the shadow
  • 6/ The sign of genocide
  • 7/ Isolated
  • 8/ Evolving into nothing
  • 9/ Voice of reason

enregistrement

Enregistré et mixé "in the Dungeons of Nieuwleusen" par Berthus Westerhuis

line up

W. (Chant), D. (Guitares), R. (Guitares), C. (Basse), M. (Batterie), G. (Claviers)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black sympho moche

Je pourrais commencer cette chro par une ou deux vannes un peu grasses sur le pauvre label autrichien CCP records et son incroyable capacité à nous dégoter les groupes les plus pourris de l’univers, mais dans ce registre là, on a déjà donné (en même temps, y’a des moments où on a vraiment envie de tirer sur l’ambulance…). Je pourrais aussi vous parler du passé des musiciens, dans des groupes UG de la scène batave (Immortalized, Cantara, Kataflak... tout le monde s’en souvient…) ou encore de la pochette représentant une branche d’arbre et 4/5 gars au loin, le tout dans des tons gris foncé sur fond noir parce que t'es Black Metal ou tu l'es pas… mais je vais plutôt en venir directement au disque en lui-même. Doté d’une production particulièrement confuse, le Black Metal à tendance (vaguement) symphonique de Winter of Sin se caractérise par une alternance de riffs un peu creux, qui de toute façon tombent forcément à plat puisque manquants furieusement de clarté, d’âme et de personnalité et par ce chanteur braillard dont on se demande s’il finira un jour par se taire (bon, histoire de casser le suspens… non, il ne s’arrête jamais, et l’air de rien, un chant aussi répétitif et chiant, ça réussit vraiment bien à vous plomber un disque déjà pas glorieux). Les claviers, qui sont quand même un élément majeur dans ce style, sont assez variés, mais toujours un peu kitschs, voir même franchement désagréables par instant. Du coté des éléments à sauver, on note quand même quelques backing vocals particulièrement déchirés, et des passages un peu plus marquants que la moyenne (sur «Figures in the shadow» par exemple), mais qui ne suffisent pas pour sortir le disque de sa médiocrité ambiante… Je pourrais ne plus jamais ressentir le besoin de réécouter ce disque.

note       Publiée le dimanche 28 mai 2006

Dans le même esprit, yog sothoth vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Woest".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Woest".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Woest".

Potters field › mercredi 7 novembre 2007 - 14:38 Envoyez un message privé àPotters field
et encore, en tapant, j'ai failli écrire "figues in the shadows". pour le coup, ça autait été super original, et en même temps conceptuel vu qu'il y a un arbre sur la pochette.
juj › mercredi 7 novembre 2007 - 14:38 Envoyez un message privé àjuj
Biohazard même si Dimmu Borgir se chargeait de leurs titres ce serait moisi
Potters field › mercredi 7 novembre 2007 - 14:27 Envoyez un message privé àPotters field
pour hatebreed, t'as bonne memoire mon garçon. alors evidemment je suis pas ultra objectif, mais le côté previsible dans le hardcore, ça fait partie du charme je trouve, pis ça me gene moins que dans le metal aux ambitions sympho. malgré tout, ma regle s'applique aussi au hc: rien qu'aux titres je vois quand ça va etre pourri, genre le dernier biohazard.
juj › mercredi 7 novembre 2007 - 14:18 Envoyez un message privé àjuj
silhouettes dans l'ombre, non ? et puis je croyais que t'aimais Hatebreed ?
Potters field › mercredi 7 novembre 2007 - 14:15 Envoyez un message privé àPotters field
j'ai un concept: quand les titres des morceaux sentent le réchauffé et le manque d'inspiration, déjà a ce stade on peut se dire que la musique va pas etre top. nan mais c'est vrai, figures in the shadows, ça veut dire quoi ça ?