Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorbid Angel › Formulas fatal to the flesh

Morbid Angel › Formulas fatal to the flesh

14 titres - 51:36 min

  • 1/ Heaving Earth (3:54)
  • 2/ Prayer of Hatred (4:28)
  • 3/ Bil Ur Sag (2:30)
  • 4/ Nothing Is Not (4:44)
  • 5/ Chambers of Dis (3:30)
  • 6/ Disturbance in the Great Slumber (2:33)
  • 7/ Umulamahri (4:34)
  • 8/ Hellspawn : The Rebirth (2:43)
  • 9/ Covenant of Death (6:08)
  • 10/ Hymn to a Gas Giant (1:04)
  • 11/ Invocation of the Continual One (9:47)
  • 12/ Ascent Through the Spheres (2:02)
  • 13/ Hymnos Rituales De Guerra (2:43)
  • 14/ Trooper (0:56)

enregistrement

Enregistré par Tom Morris, Mark Prator & Jim Morris. Produit par Trey Azagthoth. Paroles de Trey Azagthoth. Musique de Trey Azagthoth & Pete Sandoval.

line up

Trey Azagthoth (guitares, claviers), Pete Sandoval (batterie), Steve Tucker (basse, chant)

chronique

Avec cet album, Morbid Angel tourne une nouvelle page de son histoire. Après le départ de David Vincent, beaucoup se demandaient si le groupe allait pouvoir rebondir : la réponse ne s'est pas fait attendre avec l'arrivée au poste de bassiste/chanteur de Steve Tucker qui assure la relève avec un certain brio. Mais ce n'est pas la seule nouveauté de cet album : la musique évolue également, dans un style toujours aussi brutal et rapide mais qui se veut désormais plus lourd et plus sombre qu'auparavant. La fin de l'album est carrément hallucinante (pour un album de Morbid Angel) : on commence avec "Hymn to a gas giant", un instrumental aux ambiances plutôt glaciales, suivi du très long "Invocation of the Continual One", véritable ode aux Grands Anciens, dont la musique a été composée en 1984. Ensuite se succèdent "Ascent through the Spheres" et "Hymnos rituales de Guerra", deux nouveaux titres instrumentaux signés Pete Sandoval axés sur les percussions et qui ajoutent un côté industriel à l'ensemble. Enfin, en guise d'épilogue pour ce sixième album, "Trooper", encore un instrumental, mais cette fois uniquement aux claviers et signé Trey Azagthoth. Morbid Angel réussit avec "Formulas fatal to the flesh" à se renouveler et à apporter de nouveaux aspects à sa musique, tout en conservant l'essentiel de ses racines.

note       Publiée le samedi 5 janvier 2002

partagez 'Formulas fatal to the flesh' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Formulas fatal to the flesh"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Formulas fatal to the flesh".

ajoutez une note sur : "Formulas fatal to the flesh"

Note moyenne :        42 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Formulas fatal to the flesh".

ajoutez un commentaire sur : "Formulas fatal to the flesh"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Formulas fatal to the flesh".

Raven › mercredi 19 septembre 2018 - 20:08  message privé !
avatar

" Mo-Mo-Morbid ! "

Note donnée au disque :       
born to gulo › mercredi 19 septembre 2018 - 18:10  message privé !  born to gulo est en ligne !

Thierry Azagtoth reprazent.

Note donnée au disque :       
(N°6) › mercredi 19 septembre 2018 - 17:36  message privé !
avatar

C'est Motus, ma parole.

Potters field › mercredi 19 septembre 2018 - 16:56  message privé !

de A à D pour moi. après on passe directement au zzzz...

Raudus › mercredi 19 septembre 2018 - 15:00  message privé !
avatar

Même en tenant compte du contexte, 1993 (Covenant donc, considéré comme leur meilleur par beaucoup) c'est aussi l'année de Wolverine blues, Nespithe, Individual thought patterns, Transcend the rubicon et j'en passe. Morbid Angel ne m'a tout simplement jamais rien fait avant F et G, d'où l'incompréhension face au statut de "groupe culte". Ceci étant, il y a à peine un an, je n'en aimais aucun. Parfois, c'est beau de vieillir.

Note donnée au disque :