Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDayflight › In Between

Dayflight › In Between

11 titres - 67:56 min

  • 1.Distance (8:43)
  • 2.Station 99 (7:01)
  • 3.Sculpures (7:15)
  • 4.Summer Fever (8:10)
  • 5.Concerto Obscura (6:19)
  • 6.Hymne for KL (6:35)
  • 7.Code Red (7:29)
  • 8.Waves II (6:33)
  • 9.Friendship (6:34)
  • 10.Near the Black Hole (3:13)
  • 11.Escape ! (1:24)

line up

Dieter Herten : Keyboards

remarques

chronique

Styles
electro
Styles personnels
new berlin school

Il y a d’agréables surprises qui, comme ça, arrive de nulle part. Des fois il s’agit d’un nouveau label qui fait découvrir un nouveau catalogue musical intéressant. D’autres fois, il s’agit d’artistes indépendant qui n’ont pas de labels ni distributeurs, qui mettent de la musique en ligne, ou sur cd-r et vende ça à différents événements musicaux. Dieter Herten est l’un de ceux-là. Un copain m’a envoyé un cd-r de In Between, juste pour connaître mes impressions. Mon copain connaît mes goûts. Il sait que j’aime ça quand ça tapoche, quand il y a du rythme. De la bonne basse, de bonnes percussions et surtout des tempo déviants. Après tout je suis un ex-amateur de heavy métal, et encore aujourd’hui il m’arrive d’écouter du Zep, du bon vieux Purple et Sabbath. Tout ça pour dire que le rythme est plus attirant à mes oreilles qu’un ambiant sans âme et soporifique. Dans la MÉ le rythme est majoritairement conduit par des séquenceurs ou des synthétiseurs, rarement par les percussions. Lorsque les percussions prennent la mesure des pièces ça devient du techno, du trance. Dayflight tente de faire les choses différemment. Inspiré par les œuvres séquentielles de TD et Klaus Schulze, Dayflight, ou Dieter Herten, il se passionne tout autant pour le techno à la sauce Kraftwerk et le trance. Avec In Between, il fouille les recoins de ses inspirations et offre un titre bien équilibré qui se balance sur un incroyable et innovateur jeu de percussion électronique.
Distance débute sur une intro atmosphérique qui débloque sur des notes graves, les percussions voltigent en rond et la pièce se dessine sur un bon beat hypnotique en spirale. Le beat casse sur un beau jeu de percussions ainsi que des synthés mellotronnés aux saveurs de chœurs galactiques. Un bon Berlin School. Station 99 démarre sur des notes hésitantes et un rythme sec. Avec un beau jeu de percussions, le beat casse pour devenir vaporeux et revenir à ses battements d’origine. Des voix robotiques, avec une touche atmosphérique, donnent la mesure à un rythme androïde. Sur un beat élastique, truffé d’effets sonores, Sculptures attire l’ouïe avec son synthé léger, harmonieux et sifflotant. Avec Summer Fever on entre dans l’univers un peu plus techno de Dayflight. L’intro atmosphérique drape ses tentacules sur des petites notes qui dansent sur des percussions hachées, qui résonnent comme des fonds de bouteilles. Le beat progresse et chevauche un axe techno avec une approche légère, dans le style lounge, night club. Un style léger que l’on retrouve également sur Friendship. Les percussions sur In Between jouent un rôle prépondérant. Herten les dosent savamment comme sur Concerto Obscura, Code Red et Waves 2, des titres qui accrochent l’ouïe grâce à un jeu plus que délirant des percussions, ainsi que des beats cassés et des rythmes changeants. Hymne for KL est la seule pièce qui a vraiment une approche très techno, à la Depeche Mode. Elle s’écoute bien, mais ce n’est pas tout à fait mon genre. Très atmosphérique Near the Black Hole est un genre de ballet cosmique à la Mind Over Matter.
In Between est une agréable surprise. Un cd plein de fraîcheur. Dayflight explore les rythmes et étonne avec un mélange des styles. Il utilise les atmosphères et les séquences avec un mélange étonnant d’effets sonores et de percussions. Par endroit ça rock, ça bouge énormément sans tomber dans un techno pastiche et assommeur. Depuis que je l’écoute, et à chaque écoute, il y a toujours un nouvel élément sonore, notamment aux percussions, qui apparaît, que l’on n’avait pas encore remarqué, signe d’une œuvre bien fignolée et d’un sens du détail très prononcé de Dieter Herten. Je le recommande sans hésiter. Sans être du pur Berlin School, c’est une agréable expérience sonore qui pourrait vous inciter à en entendre plus sur la Berlin School. Étant un artiste indépendant, qui vend sa musique en ligne, vous pouvez le contacter directement pour vous procurez son cd In Between, à l’adresse électronique suivante; dherten@t-online.de

note       Publiée le lundi 22 mai 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "In Between".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In Between".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In Between".