Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEnslaved › Below the lights

Enslaved › Below the lights

7 titres - 46:19 min

  • 1.As Fire Swept Clean the Earth
  • 2.The Dead Stare
  • 3.The Crossing
  • 4.Queen of Night
  • 5.Havenless
  • 6.Ridicule Swarm
  • 7.A Darker Place

enregistrement

Enregistré au studio Grieghallen (Bergen ,Norvège) en septembre et octobre 2002

line up

Ivar P. (guitare, claviers, effets) Grutle Kjellson (chant, basse) Arve Isdal (lead guitare) Dirge Rep (batterie). Invités: Dennis Reksten (claviers, effets) Inge Rypdal (solo sur "A darker place") Gina Torgnes (flûte sur "Queen of night")

remarques

Version lp limitée à 1000 exemplaires

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
black metal technique non conventionnel

Septième album d'Enslaved, ce "Below the lights" est le dernier album du groupe norvégien sur le label français Osmose Productions, chez lequel il avait réalisé six albums pour autant d'oeuvres importantes. Fin d'une ère, peut-être plus pour le label pour le groupe, puisque les albums suivants d'Enslaved ne feront qu'approfondir la direction musicale entamée auparavant, alors qu'Osmose Productions a vu nombre de ces poulains les plus réputés quitter l'écurie (Marduk ou Immortal). Septième album donc mais une volonté toujours aussi vivace. Le groupe a entamé une nouvelle direction musicale toute personnelle après l'album Frost, évoluant d'un black metal épique (Frost, Eld) vers un black metal plus diffus, éthéré et original. Est ce que c'est toujours du black metal? Difficile à dire, chacun se fera son opinion, disons qu'Enslaved est difficilement enfermable dans une catégorie bien précise tant leur musique est riche et développée. On note l'introduction d'éléments dits plus progressifs, j'ai la nette impression qu'on utilise ce terme pour remplacer technique. En effet, les membres d'Enslaved sont de sacrés musiciens en progrès constant, toujours désireux d'évoluer sans jamais perdre de vue leurs racines. A mes yeux, ils y parviennent totalement avec ce "Below the lights". Ce qui est remarquable avec ce groupe, c'est qu'aucun de leurs albums n'est une pâle copie de son prédécesseur. En tout cas, cheque morceau de ce disque est fabuleux, ni plus, ni moins. Enslaved débute avec "As fire swept clean the earth": le son est puissant et profond, tous les instruments et variations sont audibles. Légère intro mélancolique qui mène à un morceau détonnant doté d'une forte touche nostalgique dans les riffs. Les vocaux de Grutle sont tantôt criés, tantôt chantés dans un style plus clair. En fait, cet album est progressif plus dans ses structures que dans son style musical à proprement parler. Il présente beaucoup de changements de rythme, de breaks, il ne se repose que très peu sur les structures conventionnelles qu'on a l'habitude d'entendre, encore plus dans ce style. Ce disque est une oeuvre à écouter intégralement tant tous les morceaux proposés sont travaillés et ont tous quelque chose de grand. "The dead stare" est le titre le plus violent de l'album avec "Ridicule swarm": un titre accrocheur et puissant, les parties de guitare d'Ivar sont monstrueuses. On remarque l'introduction d'effets et de synthé excellents en milieu de titre, qui choqueront probablement les plus intégristes d'entre vous. "The crossing" est une longue pièce de neuf minutes que l'on pourrait découper en deux parties: une première partie qui mêle l'acoustique à l'électrique et une deuxième partie plus violente. Les vocaux clairs de Grutle après un break judicieux sont magnifiques, lui aussi a énormément progressé. "Queen of night" est un joli morceau introduit par une guitare acoustique et une flute, là encore, de quoi choquer ceux qui ne jurent que par basse-guitare-batterie. "Havenless" nous présente un Enslaved on ne peut plus nordique, avec des chants clairs très scandinaves et un riff que je qualifierais de cyclique qui traine tout au long du morceau; bref, c'est un délice. "Ridicule swarm" débute sur une introduction qui rappelle celle de "As fire swept clean the earth" et fait écho à la violence de "The dead stare", avec un break mélodique magnifique. "A darker place" nous présente des vocaux grognés, une progression travaillée et un solo au son particulier qui n'est pas l'oeuvre d'Ivar mais d'un invité: Inge Rypdal. On notera au passage l'artwork racé du disque avec de très belles photographies. Enslaved est donc plus vivant que jamais, il refuse la stagnation et la banalité. Enslaved n'a cure de choquer les plus sectaires d'entre vous, il n'en fait qu'à sa tête, nous présentant à chaque fois une oeuvre plus aboutie et émotive que la précédente, avec une interprétation musicale irréprochable. Une oeuvre impressionante et dantesque, indispensable aux auditeurs ouverts à autre chose que du black metal basique et monotone. Enslaved est grand. "I close my eyes as fire swept clean the earth".

note       Publiée le samedi 13 mai 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Below the lights".

notes

Note moyenne        39 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Below the lights".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Below the lights".

Fryer › vendredi 25 septembre 2009 - 16:55  message privé !

Ya que chez moi que Ridicule Swarm aurait pu se nommer Cheveu sur la soupe ?

Note donnée au disque :       
michel rocard › jeudi 14 août 2008 - 02:19  message privé !
Je suis du même avis, même si dans ma frénésie de recherche de black-psyché j'ai été un peu déçu, mais très relativement tellement ce disque est d'une évidente qualité. Trop carré pour le style qu'il tatonne d'aborder à mon sens, c'est pour cela que je me promène vite fait vers le "Monumension" dont les quelques titres écoutés, aspirés, sirotés, m'ont pas mal fait séguer la feuille, je suis cire.
Note donnée au disque :       
torquemada › dimanche 10 août 2008 - 09:54  message privé !

Excellente surprise, largement au-dessus de <Blodheim> (ou quelque chose dans le genre). Il faut que j achete les autres.

Note donnée au disque :       
michel rocard › samedi 21 juin 2008 - 05:18  message privé !
J'ai rarement vu des puristes aussi intelligents...
Note donnée au disque :       
Fryer › jeudi 19 juin 2008 - 22:56  message privé !

Moi je préfère Isa perso. Ascension et Neogenesis me font très mal a chaque fois.

Note donnée au disque :