Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTyranny › Tides of awakening

Tyranny › Tides of awakening

5 titres - 66:39 min

  • 1/ Coalescent of the inhumane awareness
  • 2/ Sonorous howl from beyond the stars
  • 3/ Upon the war torn shape of cold earth
  • 4/ In the arcane clasp of unwritten hours
  • 5/ Entreaties to the primaeval chaos

enregistrement

Non renseigné

line up

inconnu.

remarques

chronique

Styles
ambient
metal extrême
doom metal
Styles personnels
ambient funeral doom

Quand le ciel est gris, que les oiseaux ne chantent plus, qu'on se retrouve enfermé dans un quotidien étouffant, urbain et asphyxiant, les personnes peuvent adopter différents comportements. Il y a celles qui vont patiemment s'occuper en attendant la petite lueur qui rendra leur quotidien extraordinaire, et il y a ceux qui vont chercher à s'enfoncer, comme si l'on ne pouvait trouver le bonheur qu'en expérimentant le malheur. Un désir d'expériences nouvelles apparaît, toujours plus extrêmes, toujours plus grandioses... Tyranny et son "tides of awakening" fait partie de ces expériences qui dépassent le sens strictement musical. Ce disque est un véritable monolithe d'obscurité enfouie sous des millénaires d'eaux croupies. Comment peut-on parler de metal lorsqu'on entend "ceci" ? Toute rythmique est réduit à quelques toms de ci de là, plus extrême encore que Skepticism, les leads sonnent comme autant d'instruments diaboliques, presque comme une cornemuse par moments, et... Argh, cette production... Il fallait oser, ultra réverbérée, d'une noirceur jamais vue de mon côté, Tyranny va plus loin que la majorité de groupes dit "funeral". Il ne s'agit pas ici d'évoquer la mort, ou quelconques songes dépressifs, non, Tyranny se pose comme la bande son idéale d'un livre de Lovecraft (le concept de Cthulhu est d'ailleurs repris, comme Thergothon). Et quelle réussite... "Coalescent..." se pose d'entrée comme un morceau qui marque au fer rouge. Quelques toms et cymbales de ci de là, comme jetées au hasard, une guitare qui monte des abysses, un clavier qui pose une ambiance inquiétante et soudain, l'explosion. Une voix complètement régurgitée et incompréhensible, celle des grands Anciens eux-mêmes, déclamant ses textes interdits, les cordes (guitares, claviers) hurlent leur souffrance, diantre, nous voilà en enfer. Un album qui gagne à être écouté seul, par mauvais temps, et surtout très très fort, pour en dégager toute son essence. Je le répète, voilà bien le pavé le plus lourd et imposant de toute ma discographie. D'une recette simple, claviers tragiques, gratte et basse imposante typique doom metal, Tyranny pousse l'ensemble plus loin pour désormais dépasser le terme de metal, voire même de musique (le dernier morceau est limite noise, avec ses percus complètement barrées). Plus lent, plus extrême que son prédécesseur "Bleak vistae", Tyranny vient là nous proposer une ode au mythe de Lovecraft, une bande son incroyable, très difficile à s'ingurgiter en entier, parfois un peu long ("In the arcane..", "Sonorous...") mais d'une intégrité et d'une obscurité de mon côté jamais ressentie à ce niveau... Un album dont l'objectif sera définitivement de vous foutre les jetons et qui y parvient à merveille, tout en évitant les clichés actuels. Certains risquent de se montrer hermétique à "Tides of awakenig" tant celui-ci demande un investissement particulier du fait de sa quasi non-musicalité. Et pourtant, dieu sait ce qu'ils rateraient. Profond, poisseux, gluant et tonitruant, "Tides of awakening" ou la bande son des pires cauchemars de Lovecraft.

note       Publiée le mardi 9 mai 2006

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Tides of awakening" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Tides of awakening".

notes

Note moyenne        13 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Tides of awakening".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Tides of awakening".

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

à écouter le ventre creux

Note donnée au disque :       
vargounet Envoyez un message privé àvargounet

Moi aussi mais préférence pour l'ep précédent tout de même, encore plus stellaire même si moins poisseux que celui là ou le magma dégueulasse et rampant du son est propice aux envolées les plus Lovecraftiennes.

Note donnée au disque :       
Fryer Envoyez un message privé àFryer

+2 au 2 commentaires précédents. Je ressens tout à fait la même chose.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Je m'enquille généralement l'intro avec une joie intense, puis je laisse tomber après le 3e morceau qui a une espèce de riff en traînée (faute de pouvoir le décrire correctement) perdue dans le mix, genre wiiiiiuuuuiiii, qui est dantesque

Note donnée au disque :       
Richter Envoyez un message privé àRichter

Un album trop long, faudrait être de bien mauvaise foi pour ne pas le reconnaitre mais une ambiance unique (faudrait être sacrément sourd pour ne pas aussi le reconnaitre).