Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUnderground Resistance › Sonic EP

Underground Resistance › Sonic EP

lp • 4 titres • 23:13 min

  • 1A1 Orbit5:42
  • 2A2 Eye Of The Storm6:43
  • 3B1 Predator6:10
  • 4B2 Elimination4:40

line up

Robert Hood, Jeff Mills, Mike "Mad Mike" Banks

remarques

chronique

Styles
techno

Deuxième sortie à peine du label, ce « Sonic EP » précède pourtant l’énorme « Final Frontier »… A peu près un an entre les deux sorties, et surtout une évolution de taille ! Là ou le maxi précité se révélait fouillé et acid, celui-ci est minimaliste et purement techno. La face A, autant se l’avouer, a mal vieilli. Ces sont clairs et axés dancefloor pour l’époque ne sonnent plus pareil aujourd’hui. « Orbit » est un genre de longue introduction à « Eye Of The Storm » (logique), qui rappelle - comme beaucoup de titres techno - un chant de baleines… La face B par contre, est beaucoup plus agressive (comme souvent avec UR) et beaucoup moins datée. « Predator » et « Eliminator » (qui oserait de tels titres aujourd’hui) sont de franches réussites dans le genre techno minimale. Le premier est gorgé de sons étranges rappelant les musiques 8-bits, quant au second, c’est le meilleur morceau du maxi ; de la techno séminale, dansante et savamment rythmée. Quand le break arrive, à 3 min 03 (303, faut-il y voir une coïncidence ?) et que retentit une ligne de basse liquide dans ce silence froid ainsi créé, on comprend que cette musique n’a pas été faite pour être écoutée sur n’importe quel équipement… Il faut des basses, chers amis, des basses.

note       Publiée le vendredi 5 mai 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sonic EP".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sonic EP".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sonic EP".

(N°6) › samedi 8 avril 2017 - 16:34  message privé !
avatar

C'est vrai que la face B est la meilleure (ça n'a pas bougé d'un cheveux, c'est fascinant pareil aujourd'hui), mais j'aime ça moi les "bruits de baleine" dans la techno old-school, c'est beau tout ça.

Note donnée au disque :