Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYYes › Talk

Yes › Talk

7 titres - 54:30 min

  • 1/ The calling (6:52)
  • 2/ I am waiting (7:22)
  • 3/ Real love (8:42)
  • 4/ State of play (4:58)
  • 5/ Walls (4:52)
  • 6/ Where will you be (6:03)
  • 7/ Endless dream (15:41)

enregistrement

The Jacaranda Room, Los Angeles, USA, 1993

line up

Jon Anderson (chant), Tony Kaye (claviers), Trevor Rabin (guitare, chant), Chris Squire (basse, chant), Alan White (batterie)

chronique

Styles
rock
pop
Styles personnels
hard f.m.

Non, Yes n'a pas dit son dernier mot. Les années quatre-vingt dix s'ouvrent à eux avec une discographie à suivre au parcours plus que douteux, en dents de scie, qui va multiplier les erreurs et aggraver le manque de consistance notoire dont le groupe souffrait déjà depuis une bonne décennie, n'ayant eu jusque là fort heureusement que deux albums pour le prouver, même si on s'en serait bien passé. Certes, "Union" était un album factice car la rencontre au sommet sur papier des différents membres passés et présent ne fût qu'un habile montage studio. C'est pour cette raison, et pour cette raison uniquement, que beaucoup d'amateurs confirmés répudièrent ce disque ; triste attitude qui les mirent à l'écart du seul album de toute leur seconde partie de carrière a pouvoir faire illusion le temps d'un instant. "Talk", dernier enregistrement de la formation la plus pop de Yes, voit le retour d'un Jon Anderson décidement bien indécis, partagé entre reconnaissance et prétention artistique. La formation qui nous avait livré le pathétique "Big Generator" renoue donc avec le gros son de "90125", comme si "Union", cet anachronisme spatio-temporel, n'avait jamais existé, alors que cette trilogie ressemble à tout sauf à de la confiture à donner aux cochons... Oeuvre se reposant entièrement, et pour la dernière fois, sur les frêles épaules de Trevor Rabin, celui-ci multiplie les casquettes en étant, à la fois, guitariste, producteur et compositeur. Étonnement, il réalise là un compromis jusqu'alors impensable entre lyrisme d'antant et cet esprit de synthèse qui les a guidé tout au long des années quatre-vingt. "Talk" est de fait l'album le plus consistant du line up Rabin/Squire/White/ Anderson/Kaye ! Il survient juste un peu tard, et aurait sans doute beaucoup plus marqué les esprits s'il avait été publié en lieu et place de "Big Generator". Tout cela ne les a pourtant pas permi de renouer avec le succès, Yes essuyant même ici son plus cuisant échec.

note       Publiée le jeudi 3 janvier 2002

chronique

"Talk" est un album plutôt inattendu. Deux ans après "Union" et la rupture que celui-ci semblait vouloir représenter avec le passé proche et commercial du groupe, on est assez surpris de retrouver ici le line-up des 80's, comme si "Union", en fait, n'avait jamais été qu'une parenthèse, ou pire encore, un produit mensonger. Après les déclarations de Bruford ou Wakeman on s'en doutait déjà, et comme pour nous en convaincre, ce nouvel album est entièrement géré par Rabin, producteur, compositeur, chanteur (avec Anderson.), guitariste et claviériste (Kaye ne joue que l'hammond), ce qui dans un groupe comme Yes finit par créer un leadership incontestable. Même si les années ont passé, on s'attend dès lors à la continuation de ce Yes calibré et lissé jusqu'à l'os qui a véhiculé pendant de longues années une image bien étrange de ce groupe exigeant. Mais "Talk" est un hommage. Un hommage de Rabin au groupe qui l'accueillit voilà plus de dix ans, et qui l'aida à amener sa vision d'un rock-hard mélodique aux oreilles du monde entier. Sans doute la tournée "Union" a-t-elle montré à Rabin le visage du vieux Yes, du grand Yes, à travers ces morceaux rejoués devant les fans, à travers ces instrumentistes qu'il côtoya chaque soir, Wakeman, Bruford, Howe, et qui rendirent aux autres leur classe inégalable. Sans se trahir lui-même, en gardant avec lui ses goût et ses couleurs, Rabin, avec l'aide d'Anderson, va faire un disque de Yes, dédié, comme dit le livret, à tous les fans de Yes. Puis le groupe va splitter. L'album est bon. Les morceaux sont variés, travaillés, riches, et puisque c'est Rabin, on ne s'écroule jamais dans une complexité que le groupe, tel qu'il est sur ce disque, n'aurait pas su gérer. Rabin cherche cette musique depuis longtemps déjà. Produite différemment, elle marche néanmoins sur les traces des compos qu'il donna à "Union". A son rock mélodique, Rabin a rajouté la richesse de la pop, et les rythmiques étranges dont il a l'affection surtout pour les intros ("Changes", "I'm running", "Miracle of life" dans le passé, ou "Silent spring" ici.), semblent plus justifiées, plus cohérentes. La production est énorme, purement et simplement, la dynamique est très importante, les guitares acoustiques folk claquent comme du fil de pêche, la batterie est surpuissante, la basse est en acier. enfin, il y a régulièrement tout plein de petites choses, percussions en pattern ("Where will you be"), travail de sons divers (notamment les échos de guitares). Les choeurs sont magistraux, libérés de la touche un peu trop "impeccable" du passé de Rabin et atteignent sur ce disque une puissance incroyable. Enfin, Trevor le diabolique pousse le Yessisme jusqu'à nous composer un morceau progressif de 14 minutes, parfaitement réussi, une intro incroyable jouée par des maîtres en forme, une accalmie subtile au piano séduisant, puis le morceau se déroule sur une structure à la fois simple et fine, originale, qui réserve de gouleyants passages, notamment un pont instrumental de guitare et de basse distordues au flanger. Excellent. Mais Rabin est Rabin, et Yes, c'est Anderson, et sa guitare Steve Howe. Si Jon ne dirige pas, si Steve ne gratouille pas, Yes peut faire de bonnes choses, parfois même excellentes ; Squire est un géant, White son parfait second, mais pour faire du grand Yes il faut les deux rêveurs. Et finalement cet album plus-que-Yes voulu par Trevor Rabin est un de ceux dont la couleur sonore et mélodique s'éloigne le plus de Yes. La guitare de Rabin a des sonorités métalliques et un toucher pincé qui évoque presque le blues, là où le Yes ancien s'inspire lui de la folk, les passages lents sont souvent teintés d'un curieux exotisme (la guitare quasi hawaïenne de "I am waiting" ou l'ambiance percussion de "Where will you be"), et cette légère dureté de Rabin mélodiste à toujours tourner le dos au Yes des 70's. Rabin s'est investi. Derrière sa belle console, il a mené au bout des compos bien foutues, inspirées et puissantes, au vocabulaire riche. Il a voulu diversifier ses inspirations, retrouver dans son rock des accents acoustiques, et étendre son champ sonore dans le rôle des claviers. Rabin a cherché Yes, mais ne l'a pas trouvé. Il a trouvé un très bon album, assez inclassable car assez bariolé, plutôt imprévisible, et qui passa ainsi vraiment inaperçu. Du point de vue musical, le meilleur du Line-up.

note       Publiée le dimanche 6 janvier 2002

partagez 'Talk' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Talk"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Talk".

ajoutez une note sur : "Talk"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Talk".

ajoutez un commentaire sur : "Talk"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Talk".

Nicko › mardi 4 juillet 2017 - 22:27  message privé !
avatar

Alors celui-là, je trouve qu'on revient à l'inspiration de "90125" avec des morceaux pop vraiment sympas et qui restent en tête. J'aime moins le morceau plus progressif "Endless dream", mais le reste, surtout le début, n'est pas ridicule. Par contre, ce son, cette production... C'était déjà dépassé en 1994... Un son trop 80's propret et froid. Dommage, il y avait du potentiel pour faire un bon album après le raté "Union" (qui n'est définitivement pas un véritable album de Yes...).

Note donnée au disque :       
Dioneo › mardi 9 juillet 2013 - 11:48  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

@Taliesin : C'est bien ça... Groupe que je trouverais même pas franchement déplacé ici, en passant (ils avaient un côté franchement pas glop derrière la déconnade).

@Ramon : Eh eh, euh... Oui ? Attention quand-même hein... Révéler l'existence de guts à son conjoint - et qu'on y est présent - c'est toujours un risque encouru...

Ramon › mardi 9 juillet 2013 - 09:21  message privé !

@Dioneo: il faut que ma femme soit au courant !

Note donnée au disque :       
taliesin › mardi 9 juillet 2013 - 06:21  message privé !

@Dioneo : Les VRP ? Excellent ça ! ;-)

bubble › lundi 8 juillet 2013 - 21:20  message privé !

Je mise 2 euros sur les crimson ensuite ....;-)