Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHPeter Hammill › The noise

Peter Hammill › The noise

  • 1993 - Fie!, FIE! 9104 (1 cd)

8 titres - 43:19 min

  • 1/ A Kick to Kill the Kiss (4:10)
  • 2/ Like a Shot, the Entertainer (5:12)
  • 3/ The Noise (6:12)
  • 4/ Celebrity Kissing (4:33)
  • 5/ Where the Mouth Is (5:34)
  • 6/ The Great European Department Store (4:58)
  • 7/ Planet Coventry (4:02)
  • 8/ Primo on the Parapet (8:38)

enregistrement

Terra Incognita, Bath, Angleterre, janvier - septembre 1992

line up

Manny Elias (batterie), John Ellis (guitare), Peter Hammill (guitare, claviers, chant), David Jackson (saxophone, flûte), Nick Potter (basse)

chronique

Styles
rock

Suivant les changements subtils qui rythment les passages d'une saison à l'autre, c'est presque sans surprise que l'on note que sur "The Noise" Peter Hammill a voulu une fois encore renouer avec la dynamique du K Group. Excepté Guy Evans, désormais remplacé par Manny Elias, tout le monde est bel et bien présent, John Ellis et Nick Potter compris. David Jackson traîne encore sa patte sur un titre où l'autre mais rien de mémorable en fin de compte (on l'entend sur "The Great European Department Store", par exemple, mais le titre en soi est tellement pénible qu'on préfère en garder aucun souvenir). Seulement, au petit jeu du "qu'est-ce que ça vaut ?", si "Enter K" et "Patience" n'avaient en toute honnêteté qu'à moitié convaincu, "The Noise", lui, déçoit tout de suite. À l'écoute de son déjà vingtième exercice solitaire, on finit par se dire surtout que cela fait bien longtemps que l'on n'a plus entendu Peter Hammill se laisser transporter par de véritables accès de colère ou de démence, des titres comme le bluesy "A Kick to Kill the Kiss" ou "Where The Mouth is" ne faisant en réalité que s'énerver gentiment. Ce n'est pas encore ici que cela va se produire. Mais comme il s'agit de toute évidence de l'effet recherché, et que l'objectif n'est pas atteint, la pilule devient encore plus dure à avaler. Hammill pousse le volume un peu inutilement je dois dire ; on ne ressent à aucun moment le feu qui l'habitait encore du temps de "Flight". La plage titulaire démarre pourtant plutôt bien et laisse même entrevoir quelque chose de vraiment sombre et d'inquiétant. Mais là encore, ce sont les sonorités qui rebutent et qui rendent toute assimilation fondamentalement pénible. À quoi bon substituer un batteur à une programmation de batterie si c'est pour le faire jouer sur un kit électronique ? Avec "Planet Coventry" et "Primo On The Parapet" qui vont régulièrement apparaître dans la playlist de ses tournées à venir, ce sont peut-être là les seuls éléments à sauver d'un disque qui n'avait d'alléchant que le titre.

note       Publiée le dimanche 30 avril 2006

partagez 'The noise' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The noise"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The noise".

ajoutez une note sur : "The noise"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The noise".

ajoutez un commentaire sur : "The noise"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The noise".

Aiwass › lundi 15 octobre 2007 - 02:50  message privé !
Se moquer de Hammill, c'est moche Solvant. Va te cacher derrière ce bosquet, au trot ! ==> lnnnl
juj › lundi 15 octobre 2007 - 01:18  message privé !
je crois que tu veux dire "enterre"
Solvant › lundi 15 octobre 2007 - 00:47  message privé !
THE album fondateur de la Power-Electro, aux sources de la Harsh Noise, d'où l'on peut encore perçevoir le souffle de la Berlin School sans nier les apports de Cale & Lamonte Young. Le fil conducteur qui conduit cette galette est la vision prophétique d'un avenir glorieux dans la Harsh-Wall du XXIe S. Une oeuvre KVLT donc qui entérine M M M de Lou Reed aussi bien que le ringard "V" de Merzbow/Pan-Sonic. THE NOISE, tout simplement.