Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHPeter Hammill › Skin

Peter Hammill › Skin

  • 1986 • Line 9.00145 0 • 1 CD

10 titres - 47:38 min

  • 1/ Skin (4:18)
  • 2/ After the Show (4:20)
  • 3/ Painting by Numbers (4:01)
  • 4/ Shell (4:18)
  • 5/ All Said and Done (3:40)
  • 6/ A Perfect Date (4:11)
  • 7/ Four Pails (4:26)
  • 8/ Now Lover (9:47)
  • 9/ You Hit Me Where (4:22)
  • 10/ Painting by Numbers [extended version] (4:43)

enregistrement

Sofa Sound and The Wool Hall, Surrey, Angleterre, 1986

line up

Hugh Banton (violoncelle), David Coulter (didjeridoo), Guy Evans (batterie, percussions), Stuart Gordon (violon), Peter Hammill (claviers, guitare, chant), David Jackson (saxophone), Paul Ridout (séquenceur), David Luckhurst (voix)

remarques

chronique

Styles
pop

En changeant une nouvelle fois de label, Peter Hammill va enchaîner des albums peu inspirés, que l'on croirait presque avoir été réalisés sans la moindre conviction. Cette série maudite pour ainsi dire commence très mal avec "Skin", pas loin d'être le pire des quatre disques enregistrés durant cette période tumultueuse, et probablement aussi un des albums les plus dénués d'intérêts de toute sa carrière. Chansons pour la plupart sans reliefs perdues dans un dédale désastreux de sonorités synthétiques qui annihile tout éventuel effort désintéressé qui ne demande pourtant qu'à en développer une appréciation plus positive. À se demander même ce que tout ce beau monde est venu foutre là ; Stuart Gordon reprend officiellement le rôle autrefois dévolu à Graham Smith, Hugh Banton réapparaît, mais cette fois au violoncelle, David Jackson est fidèle au poste, et Guy Evans pour un ultime tour de piste, et pas des plus mémorables malheureusement. Comment justifier l'utilisation extensive des sonorités midi alors que Hammill a un groupe sous la main ? Comment ne pas se hérisser à l'écoute de ce pastiche d'ensemble de cuivres sur "Painting by Numbers" ou encore cette batterie plastique jetable et même pas recyclable de "A Perfect Date" ? "Now Lover" viendra beaucoup trop tard essayer d'inverser la tendance sur un disque où, pour la toute première fois, il paraît extrêmement difficile d'extraire plus de trois bons titres (seul "After The Show" vaut vraiment la peine, et encore ; seulement quand on est coutumier de l'univers de l'artiste). Bref, je ne vois pas l'utilité de m'épencher davantage en long, en large et de travers pour tenter de sauver ce qui de prime abord semble être condamné à l'oubli, en pure perte. Pas de tentative non plus de réhabiliter l'indéfendable comme on me l'a quelque fois reproché ici. Écoutez donc "Skin" - mais alors n'écoutez que lui - si vous avez l'inavouable intention de descendre l'artiste sans le moindre scrupules tout en prétedant en connaître un rayon (amis membres de Guts, si vous vous reconnaissez dans ce descriptif, oui, cette remarque s'adresse à vous).

note       Publiée le dimanche 30 avril 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Skin".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Skin".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Skin".

sebcircus › jeudi 10 juin 2010 - 23:24  message privé !

Cet album est moyen, le son est atroce en effet, mais il reste la voix, rien que pour cela je met 4 boules

Note donnée au disque :       
torquemada › jeudi 5 octobre 2006 - 20:22  message privé !
Si vous êtes vraiment maso ou que vous avez un sens de l'humour à toute épreuve, on trouve sur you tube une vidéo d'un playback de l'atroce "Painting By Nummbers" effectué par un Peter Hammill ivre-mort pour la télévision. Âmes sensibles s'abstenir !
Hymnos › mercredi 3 mai 2006 - 16:48  message privé !
Merde alors !!!… bon c'était il y a 20 ans et en vinyle, mais cet album, que je ne possède plus aujourd'hui, m'avait intrigué parce que je lui trouvais du charme. Je me disais dans ma grande ignorance : "tiens, voilà un type à part…" Et patatras, un certain Progmonster vient de gâcher ce joli souvenir. Bon, à l'époque j'écoutais des trucs ignobles (faut dire qu'à l'époque, il n'y avait que des trucs ignobles aussi :-))) ). Ce serait marrant quand même que je le réécoute…