Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZJoe Zawinul › The rise and fall of the third stream

Joe Zawinul › The rise and fall of the third stream

6 titres - 34:57 min

  • 1/ Baptismal (7:39)
  • 2/ The Soul of a Village, parts 1 & 2 (6:29)
  • 3/ The Fifth Canto (7:00)
  • 4/ From Vienna, With Love (4:28)
  • 5/ Lord, Lord, Lord (3:58)
  • 6/ A Concerto, Retitled (5:23)

enregistrement

USA, avril 1966 et octobre 1967

line up

Pepper Adams (saxophone baryton), Bob Cranshaw (contrebasse), Richard Davis (contrebasse), Louis Hayes (batterie), Joe Henderson (saxophone ténor), Blue Mitchell (trompette), Jimmy Owens (trompette), Freddie Waits (batterie, percussions), Joe Zawinul (piano, piano électrique), Alfred Brown (violon), Selwart Clarke (violon), Richard Duvis (contrebasse), William S. Fischer (saxophone ténor), Theodore Israel (violon), Sam Jones (contrebasse), Clifford Jordan (saxophone ténor), Roy McCurdy (percussions, batterie), Kermit Moore (violoncelle), Warren Smith (percussions, batterie)

chronique

Styles
musique classique
jazz
Styles personnels
third stream

Petite leçon d'histoire ; pour comprendre le présent et mieux anticiper l'avenir, un regard éclairé sur le passé n'est jamais inutile. Être conscient de cela, c'est déjà commencer à comprendre la démarche qui est la nôtre quand nous explorons en amont comme en aval la discographie d'un artiste même si, à un moment ou à un autre, il finit par échapper à la définition de ce que nous considérons comme étant sombre et/ou expérimental. Le premier exercice en solitaire du pianiste de Cannonball Adderley et futur matière grise du laboratoire fusion Weather Report réunit chacun des éléments précités. Réalisé au beau milieu des années soixante, à une époque où le jazz ne savait plus où donner de la tête tant le nombre de directions inédites possibles était élevé, "The Rise and Fall of The Third Stream" célèbre un genre aujourd'hui révolu, même si la prétention artistique qui l'enrobe a depuis, de temps à autres, refait surface sous des formes diverses. Ce genre, c'est celui auquel le titre de l'album fait référence ; le Third Stream, courant musical dont la paternité revient à Gunther Schuller et qui tentait en réalité de créer un pont entre musique jazz et musique classique. Certains après lui ont tenté de donner leur vision de la chose - le Modern Jazz Quartet entre autres - mais, de manière générale, vu le manque d'enthousiasme provoqué par cette nouvelle alternative, le Third Stream s'est rapidement transformé en cul de sac. Le saxophoniste William S. Fischer veut malgré tout revenir sur cet épisode et c'est à lui que l'on doit toutes les compositions de ce disque où Zawinul n'est finalement qu'un exécutant, s'essayant pourtant déjà au piano électrique, une première ! Pourtant, on ne peut s'empêcher de penser d'ores et déjà au groupe fusion auquel il donnera le jour quelques années plus tard, ses notes de piano pastel, sa dynamique à mi chemin entre rock et jazz, auxquels le Third Stream vient greffer ses prétentions classiques (violons et violoncelles) et thèmes hérités du Free Jazz. Le Third Stream n'a pas eu d'avenir, mais il n'est pas inutile de revenir sur ce passé, dès à présent.

note       Publiée le jeudi 27 avril 2006

partagez 'The rise and fall of the third stream' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The rise and fall of the third stream"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The rise and fall of the third stream".

ajoutez une note sur : "The rise and fall of the third stream"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The rise and fall of the third stream".

ajoutez un commentaire sur : "The rise and fall of the third stream"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The rise and fall of the third stream".

absinthe_frelatée › jeudi 28 décembre 2006 - 22:23  message privé !
Bien bon album, avec des sonorités (ou du moins concernant le mélange des sonorités) très en avance sur leur temps. 1966 quand même !! A appronfondir pour ma part.