Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesYYes › Tormato

Yes › Tormato

cd | 8 titres | 41:13 min

  • 1 Future times - Rejoice (6:45)
  • 2 Don't kill the whale (4:56)
  • 3 Madrigal (2:23)
  • 4 Release Release (5:47)
  • 5 Arriving UFO (6:03)
  • 6 Circus of heaven (4:30)
  • 7 Onward (4:02)
  • 8 On the silent wings of freedom (7:47)

enregistrement

Advision studios, Londres, Angleterre, 1978

line up

Jon Anderson (chant), Steve Howe (guitare, chant), Chris Squire (basse, chant), Rick Wakeman (claviers), Alan White (batterie)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

En raison de son exubérance, au regard du sérieux avec lequel les musiciens montaient sur scène dans des costumes carnavalesques, des grandes capes aux moonboots, pour interpréter de manière habitée des textes vaguement ésotériques, fatigués, nous n'avions jamais attribué à Yes la moindre faculté à faire de l'humour. Et pourtant... Si tout cela était finalement du second degré ? Oh, je ne cherche pas à les excuser. Comme vous, je veux comprendre. La tomate éclatée de part et d'autre de la pochette (et donnant son titre à l'album), souillant au dos de celle-ci l'image d'un groupe que l'on retrouve cette fois dans un accoutrement rappelant celui des Ramones, Ray Ban et Bomber à l'appui, tous ces éléments font pourtant preuve, à leur manière, d'un certain sens de la dérision. Et il en faut pour aborder ce disque qui constitue leur vraie première grosse baisse de régime dans cette première partie de carrière, jusqu'ici négociée avec bonheur, mais non sans danger. Au fur et à mesure que l'on progresse avec peine dans l'album, on se dit finalement que cette tomate dans la tronche était bien méritée. "Don't Kill the Whale" (au secours !), "Release, Release" même pas crédible, "Arriving UFO" inutile, "Circus of Heaven" (parodique ?)... On a bien du mal à croire que c'est cette même formation qui, cinq ans plus tôt, nous livrait le gigantesque "Tales from Topographic Oceans". Il faut attendre le romantico-mystique "Onward", qui n'aurait pas dépareillé sur "Going for the One" à côté de "Turn of the Century", à la place de "Wonderous Stories", ou encore "On the Silent Wings of Freedom", technique en diable, aux premières minutes tout à fait prometteuses mais qui perd rapidement le fil, pour captiver notre attention. Tout cela arrive bien trop tard pour un album qui donne l'impression d'avoir voulu se torpiller lui-même. "Tormato" donne le premier signal d'une lente et longue agonie.

note       Publiée le jeudi 3 janvier 2002

partagez 'Tormato' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Tormato"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Tormato".

ajoutez une note sur : "Tormato"

Note moyenne :        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tormato".

ajoutez un commentaire sur : "Tormato"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tormato".

Raven › samedi 6 avril 2019 - 12:17  message privé !
avatar

"Ownard" est magnifique, une de leurs plus belles, comme un oasis reposant dans ce joyeux bordel qui évoque un rafiot prog à la dérive dans un océan de moumoutes et de boules à facettes ; les mecs semblent conscients d'être devenus des reliques grotesques, et partent dans tous les sens en cartoon pop, ça sent le barbouillage pour maquiller le manque d'inspi mais y a quand même une âme dans ce disque écartelé. "Don't kill the whale" est excellente, funky et chaloupée à souhait. C'est une chanson écolo sur laquelle on peut faire une chorégraphie disco façon John Travolta. Autour ils tartinent n'importe quoi, mais en cadence et avec énergie, toujours illuminés, ludiques, la musique est très colorée et l'ambiance dingo façon carnaval décadent, comme s'ils avaient gobé des bonbons bizarres, avec des sons progmoches décomplexés et des mélodies tous azimuts, plus de pièce de résistance mégalo mais un progzouk biscornu avec des claviers playschool et cet inimitable chant de débile ébahi. Pas un de mes Yes favoris, mais un album généreux des rouflaquettes.

Note donnée au disque :       
Nicko › samedi 16 avril 2016 - 19:41  message privé !
avatar

Le moins bon album des 15 premières années du groupe, ce disque souffre clairement d'arriver après toute une série de disques aventureux, riches et inspirés. Là, il n'y a pas de génie, il ne reste pas grand chose en tête, à part un petit "Don't kill the whales" sympa.

Note donnée au disque :       
Ramon › lundi 8 juillet 2013 - 19:09  message privé !

Les temps sont durs pour les progueux, méprisés des punks, des corbeaux new wave et des intellos de la critique, les temps changent et certains griefs sont justifiés, à force de trop se la péter on attire les sarcasmes et on ne sait plus où on habite, mais cet album est quand même loin d'être dégueu.

Note donnée au disque :       
Thierry Marie › mardi 31 août 2010 - 12:52  message privé !

Non non et non! S'il n'est pas transcendant, cet album est bon. Le dyptique d'ouverture concentre Yes en quelques minutes. "Circus of Heaven" est une perle, de la magie pure. "Release, Release" et "On the silent wings of freedom" cartonnent bien. "Don't Kill The Whales" est sympa, "Madrigal" est un joli intermède. Bon,je suis d'accord: "Onward" est mou et "Arriving UFO" très dispensable. Bien sûr, le son est un peu clinquant, mais je persiste et signe:

Note donnée au disque :       
gibsonbacker › lundi 13 octobre 2008 - 00:13  message privé !

Passez votre chemin : ce disque s'avère une franche déception. Tormato offre certes quelques trucs sympas ("Future times", "Release release") mais rien d'indispensable. "Arriving UFO" me laisse de marbre, "Circus of Heaven" est une andersonnerie bien gentillette (pléonasme ?) mais déplacée dans un disque de Yes, le mièvre "Onward" m'endort (on comprend pourquoi Squire n'a pas fait de second album solo après la vraie réussite qu'était "Fish out of water"). "On the silent wings..." propose quelques passages dignes d'intérêt mais "Don't kill the whales" frôle le ridicule (notez bien que je suis plutôt pour la protection de ces grosses bêtes, mais pas à ce prix là). Bref, ça part dans toutes les directions, et pas les bonnes à mon avis. 2,5 boules