Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThis Morn' Omina › Les passages jumeaux : le 25ième degré~le 33ième degré

This Morn' Omina › Les passages jumeaux : le 25ième degré~le 33ième degré

  • 2006 • Ant-zen act 172 • 2 CD
  • 2006 • Ant-zen act 172.7 - Limitée à 2000 ex. • 3 CD

15 titres - 92:05 min

  • Disc one : 25°-all movement remains chaos
  • 1/Tenet(s) of on
  • 2/Ma-i-nomai
  • 3/Taninim
  • 4/Doublelionrouti
  • 5/Naasseni
  • 6/(the) world tree
  • 7/Tsidii
  • 8/~Aemae-ea-th~
  • Disc two : 33°-go naked for a sign of the tin
  • 1/Eleggua
  • 2/Osain
  • 3/Agayu
  • 4/Osun
  • 5/Yemaya-Olokun
  • 6/Ibedyi
  • 7/~Oddua~

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

produit et enregistré par This Morn'Omina, Belgique, 2004-2005.

line up

Mika Goedrijk (tous instruments, percussions de Santeria sur disque 2), Sal-Ocin (percussions)

Musiciens additionnels : Flint Glass (4 disque 1), Tzolk'in (4 disque 1), Asche (sur 2, disque 1), Dr Blood, Elda di Matteo & Melissa Arnone (sur 3, disque 1).

remarques

Seconde partie de la trilogie 'Nyan'.
L'édition limitée comprend un 3ème cd 5 titres, 'Au-delà de tous les degrés' (act 172.1), incluant de nouvelles versions du disque 1.

chronique

Styles
ambient
electro
techno
Styles personnels
electro-tech, ethno-ambient

3 ans après avoir commencé une nouvelle trilogie Mika Goedrijk nous livre la suite de 'Le serpent blanc...', toujours sur le même principe. Un premier cd essentiellement electro-tech-trance et un second plus ambient et ethnique. La première observation concernant le premier disque est que la mélodie semble avoir pris les devants, un peu à l'instar du dernier Empusae d'ailleurs. Les basses sont étonnament plus en retrait, même sur les morceaux de bravoure dance-floor que sont 'Ma/i/nomai/' ou '(the) world tree' qui fonctionnent de la même manière que les titres-phares du précédent opus mais avec moins d'impact. Du coup la musique de TMO gagne en structures mélodieuses assez simples mais relativement diversifiées pour que chaque morceau y trouve sa patte. Les longues intros sont toujours de la partie mais cette fois la progression est plus nette et moins stéréotypée (moins d'explosion de percus, plus de développements mid-tempo). Ce qui déçoit en revanche c'est la production très (trop ?) clean, assez similaire à l'album précédent mais avec moins de relief. On comprend que l'intérêt réside ailleurs que dans le laminage pur et dur et en ce sens l'album est une réussite, mais il lui manque un truc en plus pour faire grimper le taux d'enthousiasme. Le second cd révèle d'ailleurs beaucoup plus de richesses en matière de rythmiques et d'ambient. Plus aventureux et hypnotique ('Agayu') il rappelle l'aspect plus ethnique que TMO avait déjà magnifié sur '7 years of famine' en variant ses thèmes et ses atmosphères. Les possesseurs de l'édition limitée auront à coeur de se défouler sur les versions raccourcies et 'boostées' des titres les plus énergiques du premier disque et qui auraient mérité de figurer en lieu et place des versions finales. Un bon album qui plaira aux fans, bien que décevant d'un certain point de vue car trop calqué sur son prédécesseur, mais qui devrait combler les néophytes pour une première approche.

note       Publiée le mardi 25 avril 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Les passages jumeaux : le 25ième degré~le 33ième degré".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Les passages jumeaux : le 25ième degré~le 33ième degré".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Les passages jumeaux : le 25ième degré~le 33ième degré".

Wotzenknecht › dimanche 8 septembre 2013 - 15:53  message privé !
avatar

Celui-ci tient beaucoup mieux la durée que Le Serpent Blanc, le Serpent Rouge. Même si ce dernier bute, il est si frontal et dance-floor qu'il peut fatiguer à force alors qu'ici la subtilité est de mise. Le second CD plus ambient est aussi très supérieur à son prédécesseur. Hâte d'écouter le dernier double de 2011.

Note donnée au disque :