Vous êtes ici › Les groupes / artistesEElectric Masada › At The Mountains Of Madness

Electric Masada › At The Mountains Of Madness

cd 1 • 8 titres

  • 1Lilin
  • 2Metal Tov
  • 3Karaim
  • 4Hath-Arob
  • 5Abidan
  • 6Idalah-Abal
  • 7Kedem
  • 8Yatzar

cd 2 • 7 titres

  • 1Tekufah
  • 2Hath-Arob
  • 3Abidan
  • 4Metal Tov
  • 5Karaim
  • 6Idalah-Abal
  • 7Kedem

line up

Cyro Baptista (percussions), Joey Baron (batterie), Trevor Dunn (basse), Ikue Mori (électronique), Marc Ribot (guitare), Jamie Saft (claviers), Kenny Wollesen (batterie), John Zorn (saxophone alto)

remarques

chronique

Quand j'ai vu sur le site Tzadik que John Zorn préparait un double album live (à Moscou et à Ljubljana) d'Electric Masada, imaginez un peu mon excitation, le live d'Electric Masada à New York pour les 50 balais du bonhomme faisant partie de mes 5 albums coup de cœur de 2004... Quand j'ai pu ouïr ce double album, ma déception fut double: d'abord parce qu'il ne s'agit que des mêmes titres que sur le premier live (à 2 ou 3 exceptions près) et qu'il s'agit également des mêmes titres sur chacun des 2 CD (à 2 ou 3 exceptions près)… Foutage de gueule ? Certainement. Alors bon, je suis partagé… entre la qualité de cette double rondelle qui est d'un niveau saisissant, et l'absence totale de nouveauté et d'innovation par rapport au live précédent… le fait qu'il ait été enregistré à 2 endroits différents ne change absolument rien, ni aux sons, ni à la production, ni aux impros, celles-ci se cantonnant aux mêmes gimmicks, renversants certes, mais pour l'originalité on repassera… Je ne vous ferais certes pas l'affront de recopier la chronique de chris pour vous dire qu'on assiste là une sorte de mélange entre les mélodies de Masada, la furie de Naked City et les impros type Game Piece, et que le tout est particulièrement jouissif, excitant, délirant, survolté et complètement indispensable; non, mon travail de chroniqueur est aussi d'être critique sur les démarches commerciales des labels, et nous sommes en présence ici d'un bel effeuillage du porte-monnaie, car comment ne pas se ruer sur un tel disque au vu de la qualité de son prédécesseur ? Un disque à boycotter (car inutile dans l'absolu, et atrocement cher), mais indispensable… Je mets quoi comme note maintenant ?

note       Publiée le dimanche 23 avril 2006

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Gros Bidon
  • Dun23
  • Scissor Man
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "At The Mountains Of Madness" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "At The Mountains Of Madness".

notes

Note moyenne        22 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "At The Mountains Of Madness".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "At The Mountains Of Madness".

Gros Bidon Envoyez un message privé àGros Bidon

Pour les Parisiens, le CD se trouve dans plusieurs bibliothèques de Paris. Écoute gratuite donc de cet album incroyable. Dans le style "Free-Jazz-Rock" une majorité de la production demande des années d'écoute pour en profiter pleinement. Ce n'est pas le cas ici. Dès la première écoute on saisit parfaitement la créativité, la dextérité et la cohésion des musiciens. C'est un peu comme une nébuleuse dans l'espace faite de chaos, de furies brulantes et lumineuses, de déchirures spatio-temporelles, mais dont la vision d'ensemble est d'une puissance et d'une grâce sublime.

Note donnée au disque :       
SEN Envoyez un message privé àSEN

J'ai eu la chance de voir Electric Masada en concert et je dois dire que je m'en suis jamais tout à fait remis !

Note donnée au disque :       
Dun23 Envoyez un message privé àDun23

Viens enfin de me le régulariser, car ces lives butent tout sur place. Exceptionnel.

Scissor Man Envoyez un message privé àScissor Man

Killer !

Note donnée au disque :       
(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Jewish Bitches Brew. Premier album de toute la série Masada acheté, sans doute le moins écouté parce qu'il est si intimidant. Faut dire aussi que le plaisir est décuplé quand on devient familier des thèmes à travers les albums du quatuor et autres formations. Le titre, tiré de Lovecraft, est juste parfait. Un des, sinon le, summum de l'oeuvre de Zorn, sans aucun doute. (finalement les 6 derniers titres du CD2 peuvent être pris comme des bonus, enchainer les 9 premiers suffit déjà amplement pour être sidéré; EDIT : en fait non, les titres déjà interprétés sur le premier CD sont tellement fabuleux à nouveau sur le second qu'il serait insultant de les tenir pour de vulgaires "bonus")

Note donnée au disque :