Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesII.O.S.T. › Greetings from tchernobyl

I.O.S.T. › Greetings from tchernobyl

19 titres - 40:36 min

  • 1 - De Rectum Profundis - 2 - interlude - I am Death - 3 - Die Infarctus - 4 - Born among Faeces - 5 - Iloveiost.exe - 6 - Necromosome Z - 7 - Schizophrenic Chick - 8 - We'll Stick at Nothing - 9 - Frenetic Masochistic - 10 - Cancer Sauna Club - 11 - Fuck the Fucking "Fuck!" - 12 - interlude - fatal error - 13 - Greetings from Tchernobyl - 14 - Survival Circus - 15 - Kancho Kings Klan - 16 - Bitch Tornado - 17 - Fatal Fecal Facial - 18 - Baby on the Cock - 19 - outro - punch drunk love

line up

le nombril, Khan-Hard, Zombijuju, V.Kalashnikov, Gwenperoratnz, Vir_al

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
grindcore
Styles personnels
death-grind

L'exercice promotionnel du chroniqueur est à double tranchant… Combien de daubes faut-il s'envoyer avant de tomber sur une perle ? Je vous le demande, hein, vu l'assommante quantité de purin qui s'entasse gentiment près de mon ordinateur, attendant mes vannes qui tapent en dessous de la ceinture en écoutant à peine plus de la moitié du disque sous peine de faire une crise d'angoisse tellement l'exercice est justement insupportable. Heureusement, IOST ne se trouve pas dans la première catégorie… mais ne se trouve pas non plus dans la deuxième. Ni mauvais, ni génial, le grind de IOST trouve du sens à sa vie grâce à un deathgrind efficace mais trop linéaire. Les blasts sont ultra rapides, les riffs sont deathisants à souhait, et les vocaux, partagés entre un gaillard et une faible femme, sont plutôt bons quoique manquant singulièrement de folie - notamment cette faible femme qui est, j'en suis sûr, capable de faire bien pire. Le fait que je ne sois pas fan de deathgrind - malgré l'humour, qui pour une fois m'a fait rire - n'est certainement pas étranger à ma note, mais vous me connaissez, le grind et moi, c'est une vieille histoire, et je suis intraitable, autant que dans le choix de mes lunettes. Vous reprendrez bien un peu de tripes de porcs sous cellophanes ?

note       Publiée le samedi 22 avril 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Greetings from tchernobyl".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Greetings from tchernobyl".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Greetings from tchernobyl".

Wotzenknecht › lundi 17 novembre 2008 - 14:32  message privé !
avatar

la pochette m'a fait rire, je ne l'avais jamais vu. la musique, osef.

noar › mercredi 26 avril 2006 - 22:12  message privé !
Sale punk Saïmone!
juj › mercredi 26 avril 2006 - 19:10  message privé !
euh ... non, et comme je n'en ai pas l'intention, mais que je suis néanmoins sincèrement curieux d'apprendre quel concept peut bien se nicher derrière ces titres (j'ai essayé de citer les plus frappants ce qui est dur, tous sentent qd même fortement la ... provo ?), je serais fort aise que tu m'expliquasse %)
Vir_AL › mercredi 26 avril 2006 - 18:14  message privé !
Juj, je suppose que tu t'es procuré l'album et que tu as lu les textes explicatifs sur la signification des titres (dont certains sont issus de l'ancienne période, de la période démo) si tu te permet de poster 3 des titres qui pourraient laisser croire à un album Grind bas de plafond. Quant au fait de se prendre au sérieux, ce n'est nullement mon cas, je lis une chronique de notre album, je me permet d'y répondre le plus posement possible en étant cohérent et en argumentant, mais je n'y vois aucune prétention de sérieux. "L'openminded" ça faisait référence à nos horizons musicaux et à la teneur de cet album, aucun lien avec un ego surdimensionné ou de la susceptibilité mal placée. Mes réponses on pu être mal interpretées, ce qui est concevable vu que tu as quand même fait l'effort de pondre une chronique pour notre album, tout comme ton second degré.
Note donnée au disque :       
juj › mercredi 26 avril 2006 - 16:22  message privé !
hem ... "fatal fecal facial" "de rectum profundis" "necromosome" " baby on the cock" ... "une seule lecture des explications sous les titres et une analyse, même superficielle, du concept de l'album suffisent afin de comprendre que le grind bas de plafond et les tripes de porc sont loin d'être le milieu d'activité musical de cet album"