Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBenighted › Identisick

Benighted › Identisick

cd • 11 titres

  • 1Nemesis
  • 2Collapse
  • 3Identisick
  • 4Sex-addicted
  • 5Mourning affliction
  • 6The twins
  • 7Ransack the soul
  • 8Blind to the world
  • 9Spiritual manslaughter
  • 10Iscarioth
  • 11Suffer the children (Napalm Death cover)

enregistrement

Kohlkeller studios, Allemagne, été 2005.

line up

Julien Truchan (chant), Olivier Gabriel (guitare), Liem N'Guyem (guitare), Eric Lombard (basse), Fred Fayolle (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death metal

Mine de rien, Benighted, sans trop remuer la scène à coups de publicités foireuses ou autres déclarations débiles, commence à creuser sérieusement son trou et à s'imposer comme un groupe de niveau international en ce qui concerne le death brutal... Ce n'est d'ailleurs pas ce "Identisik" qui me fera mentir. Dans être du niveau de son prédecesseur, l'effet de surprise ayant disparu, Benighted parvient à se montrer d'une brutalité assez peu courante... Sans non plus atteindre des sommets de violence, le schema reste assez traditionnel, le combo français mélange un peu tout ce qui se fait en matière de "brutal" pour proposer une espèce de patchwork dont l'efficacité est imposisble à remettre en cause. Du Napalm Death ("Suffer the children est d'ailleurs repris), du hardcore, quelques riffs black, du At The Gates, du Carcass, du Dismember, du Suffocation, Du Cryptopsy, on entend un peu de tout sur ce disque... C'en est d'ailleurs très flagrant sur les deux premiers morceaux, à un tel point que l'effet "collage de riffs" n'est pas absent... Dommage car il y avait de quoi tout péter. Heureusement la prod' ultra puissante rattrape le coup et parvient à rendre n'importe quelle power chord ultra bourrine. Notez le bien, cette galette contient des accélérations ultra brutales (genre la fin de la 3) et des riffs qui vont vous calmer instantanément, et en soit ce n'est pas rien. Trè franchement, comme pour le précédent, j'ai été bien explosé suite aux premières écoutes. Puis contrairement au disque précédent, certains morceaux ont commencé à me lasser (la 4), certaines influences cores tombent un peu comme un cheveu sur la soupe, bref des petits détails qui font la différence au fil des éoutes... Attendez vous donc à quelque chose de sérieusement burné, qui ose même quelques ptits délires (trip samba "hommage Atheist" sur la 4), dommage que le chant soit toujours aussi "rotté", car avec quelque chose de plus puissant on aurait peut-être quelque chose d'encore meilleur. M'enfin il paraît que c'est un excellent frontman, et après tout cela n'engage que moi. "Identisick" se pose ainsi comme un super petit frère d"ICP" tout ausis brutal et varié dans ses influences, mais encore trop dans le "collage"... Un gros 4 tout de même pour le premier disque a m'avoir fait stoppé toute activité annexe pour me concentrer sur son écoute...

note       Publiée le jeudi 20 avril 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Identisick".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Identisick".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Identisick".

Raven › mercredi 21 décembre 2016 - 02:26  message privé !
avatar

Bring the lobotomouillettes for the skull à la coque !

boumbastik › mardi 20 décembre 2016 - 15:05  message privé !

Pochette bidon certes, mais la musique déboîte. La discog post-Identisick vaut son pesant de rillette.

Dead26 › samedi 4 juin 2016 - 01:10  message privé !

Pour moi cet album (tout comme le groupe) il est noyé dans la masse. Sinon que dire de la pochette Ghost Rider version œuf à la coque ahaha !

Note donnée au disque :       
boumbastik › samedi 4 juin 2016 - 00:25  message privé !

la pochette, pinaise !

vargounet › vendredi 27 août 2010 - 11:57  message privé !

Ahah jamais fait gaffe à la pochette, comme quoi suffit d'un délic !