Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGSerge Gainsbourg › Histoire de Melody Nelson

Serge Gainsbourg › Histoire de Melody Nelson

cd | 7 titres | 27:57 min

  • 1 Melody [7:33]
  • 2 Ballade de Melody Nelson [2:00]
  • 3 Valse de Melody [1:32]
  • 4 Ah ! Melody [1:46]
  • 5 L'hôtel particulier [4:08]
  • 6 En Melody [3:27]
  • 7 Cargo culte [7:40]

enregistrement

1971

chronique

Styles
chanson
pop
Styles personnels
chanson française

Le chef-d'oeuvre de Serge Gainsbourg (un échec commercial retentissant au moment de sa sortie) n'a pas pris une ride. Il continue à chaque écoute de foudroyer l'auditeur par sa modernité et par une ambiance véritablement indescriptible : chaleur organique de la voix parlée, chuchotée, mixée très en avant, qui nous conte la rencontre accidentelle du narrateur avec une gamine dont il tombe passionnément amoureux, et qui finira par mourir dans un crash aérien ; convulsions indomptables et libres de la guitare électrique ; rythmique étourdissante et pulmonaire, qui laisse toute la place à une basse gonflée, voluptueuse, malaxée de manière diabolique ; et bien sûr des volutes de cordes ensorcelantes, dont la somptueuse beauté vient parfaire le spleen sombre mais souverain qui se dégage de cet album. Car la brièveté de chacun des épisodes (le texte est également un des plus beaux de Gainsbourg) : la rencontre, la déclaration d'amour, la description de l'hôtel précédant l'ivresse érotique, et enfin la convocation des esprits (les choeurs du final...) par les sorciers de Nouvelle-Guinée (qui attendent qu'un avion s'écrase pour pouvoir en piller le frêt) fatale à la nymphette Melody : tout cela, par-delà l'incommensurable beauté, nous renvoie à une insondable tristesse et à un profond mal de vivre. On ne dira jamais assez combien ce concept-album, mêlant dans une brume malsaine chanson française et pop anglo-saxonne, a profondément marqué les esprits. Bien sûr, Gainsbourg n'en était pas à son coup d'essai, après d'excellents débuts dans une chanson plus traditionnelle quoique souvent décapante (du "Poinçonneur des Lilas" à "Couleur café") et de véritables perles inspirées par l'icône Brigitte Bardot ("Initials B.B.", "Bonnie and Clyde", "Comic strip", "Je t'aime... moi non plus"). On ne louera jamais assez non plus l'autre grand artisan de cette sulfureuse réussite, j'ai nommé l'arrangeur Jean-Claude Vannier, qui venait de co-réaliser un autre chef-d'oeuvre, le premier album de Brigitte Fontaine ("Brigitte Fontaine est..."). Bref, ce disque sublime et capiteux, qui tournoie, qui groove, qui apaise et qui excite, qui raconte et prophétise, qui joue avec le symbolisme et l'art pour l'art tout en transgressant les interdits et en répandant ses arômes délétères, reste une référence incontournable pour qui voudra faire de la musique pop avec ambition, et la pousser dans ses retranchements les plus sombres et les plus audacieux.

note       Publiée le lundi 17 avril 2006

partagez 'Histoire de Melody Nelson' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Histoire de Melody Nelson"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Histoire de Melody Nelson".

ajoutez une note sur : "Histoire de Melody Nelson"

Note moyenne :        60 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Histoire de Melody Nelson".

ajoutez un commentaire sur : "Histoire de Melody Nelson"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Histoire de Melody Nelson".

bubble › vendredi 4 octobre 2019 - 22:16  message privé !

Il vient de faire un truc avec Mike ...corpse flower

pied de cochon , coco Chanel

Raven › vendredi 4 octobre 2019 - 11:33  message privé !
avatar

Oui, il est très bien ce Vannier.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › vendredi 4 octobre 2019 - 11:29  message privé !

Réécouté il y a peu. Ce disque me semble devoir autant à Vannier qu'à Gainsbourg. La chronique le dit plus subtilement. Le disque de Vannier "L'Enfant assassin des mouches" aurait sa place sur le site, soit dit en passant.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › mercredi 23 mars 2016 - 02:09  message privé !

excellent; ca vient de rendre Gainsbourg encore plus gutsien.

Raven › mercredi 23 mars 2016 - 00:09  message privé !
avatar
Note donnée au disque :