Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFree System Projekt › Moyland

Free System Projekt › Moyland

cd • 6 titres • 66:00 min

  • 1Moyland Part 119.06
  • 2Moyland Part 212.15
  • 3Moyland Part 307.43
  • 4Moyland Part 411.13
  • 5Moyland Part 507.36
  • 6Transition08.11

informations

line up

Marcel Engels, Frank van der Wel & Ruud Heij / keyboards, synthesizers & sequencers

chronique

  • berlin school

La musique de Free System Projekt n’est pas pour toutes les oreilles. Je ne dis pas ça par snobisme. C’est une réalité. Au fil des ans, Marcel Engels a développé une musique atmosphérique fortement influencée par la Berlin School des années 70. Plus précisément à l’époque de Phaedra et Rubycon de Tangerine Dream. Donc pas de ce qui a de plus accessible.
Moyland n’échappe pas à cette lourde atmosphère dominée par des synthétiseurs nappés de mellotrons aux essences flûtés auxquels sont ajoutés des chœurs galactiques. Segmenté en 5 actes, la première partie fut enregistrée lors du dernier Hampshire Jam.
L’ouverture est planante et atmosphérique sur un fond de mellotron à saveur de flûte. Un lourd synthé inonde nos tympans et mets la table à une ligne séquentielle au rythme pesant, lourd. Noyé par cet afflux de séquenceurs, le synthé est mordant et épouse la forme de cors, puisant à même les sonorités d’antan de Tangerine Dream. Du bonbon!
La 2ième partie veille sur sa précédente comme une grande sœur. Statique, le séquenceur mue subtilement pour augmenter la cadence. Les synthés sont plaintifs et agonisent lentement. Moyland 3 est hautement atmosphérique avec ses percussions qui tourbillonnent et cherchent une issue. Par contre, Moyland 4 et 5 sont de purs délices. Soufflé par un vent cosmique, le séquenceur s’anime à fond de train. Les synthés se chamaillent sur un rythme nerveux. Les solos sont juteux et se disputent une cadence qui va en croissant. La tempête se calme pour reprendre son souffle cosmique. Mais on n’en reste pas sur notre faim. Moyland 5 repart de plus bel. Une savoureuse fondue de la partie 1 et 4.
Transition sort de nulle part avec sa sonorité fluide. Le titre est nerveux, le synthé est clair et bat la cadence sur un séquenceur alerte. Un contraste avec l’atmosphère sombre et ténébreuse qui règne sur l’ensemble de Moyland.
J’ai bien aimé ce dernier effort de FSP. Moyland a tous les ingrédients pour plaire aux amateurs de MÉ, les purs et durs. De longues pièces qui dérivent au gré de nos imaginations. De lourds séquenceurs et de beaux solos de synthé. De quoi passer d’agréables moments.

note       Publiée le vendredi 14 avril 2006

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Moyland" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Moyland".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Moyland".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Moyland".

    gkar02300 Envoyez un message privé àgkar02300
    Un grand groupe,de grands musiciens pour un superbe cd
    Note donnée au disque :