Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDJohnny Dowd › Wrong side of Memphis

Johnny Dowd › Wrong side of Memphis

15 titres - 49:40 min

  • 1/ Murder (2:29)
  • 2/ Papa, Oh, Papa (3:20)
  • 3/ Ft. Worth, Texas (3:14)
  • 4/ One Way (3:25)
  • 5/ Just Like a Dog (3:36)
  • 6/ Average Guy (2:46)
  • 7/ Ballad of Frank and Jesse James (4:51)
  • 8/ Idle Conversation (1:34)
  • 9/ Wages of Sin (3:35)
  • 10/ John Deere Yeller (2:22)
  • 11/ Thanksgiving Day (4:00)
  • 12/ Heavenly Feast (4:41)
  • 13/ First There Was (5:42)
  • 14/ I Don't Exist (1:38)
  • 15/ Welcome Jesus (2:27)

enregistrement

The Shop, Wilseyville, New York, USA, 1996

line up

Johnny Dowd (chant, guitare, harmonica, piano, orgue), Jay Mendelson (synthétiseur), Brian Wilson (batterie, percussions, trompette), Kim Sherwood-Caso (chant), Barrie French (chant)

chronique

Styles
blues
country
rock
Styles personnels
country lo-fi

Avec son regard noir à la Billy Bob Thornton et ce masque déformant d'un sérieux qui prête à rire - voire l'inverse - Johnny Dowd se présente à nous d'emblée comme un intriguant personnage. Et pour cause ; son tout premier album au titre ô combien prometteur s'avère être un incroyable condensé de malaise et de déviances arborant les couleurs d'un conformisme de façade. La mort qu'on attend. La mort que l'on aimerait donner aussi. Cette folie qui nous ronge. Ce réel enfin qui nous cloue littéralement sur place et qui nous pousse à contempler le fruit de notre inéluctable déchéance. Voilà, dans les grandes lignes, ce qu'il y a au menu de ce "Wrong Side of Memphis" dont la modestie des moyens a pourtant de quoi faire de l'ombre aux plus grands. Sorte de Nick Cave version country blues ou, mieux encore, nouveau Tom Waits du pauvre qui ne commet pas encore l'erreur de faire de la culture du bizarre une fin qui justifierait tous les moyens, Johnny Dowd est en réalité un exemple de réorientation professionnelle réussie. Pendant longtemps seul patron d'une petite entreprise, ce n'est qu'en 1996, à presque cinquante ans, qu'il réalise son vieux rêve en enregistrant ce qui constitue encore aujourd'hui son oeuvre la plus marquante. Avec des titres comme "Meurtre", "Unique Issue", "Comme un Chien", "Un Type comme les autres", "Le prix du pêché" ou "Je n'existe pas", il n'est pas difficile de s'imaginer que l'ambiance générale est loin d'être festive. Et les textes, noirs, font preuve d'un cynisme et d'une absence totale de scrupule à vous faire froid dans le dos. Et tant pis pour ceux qui considèrent que les paroles n'ont aucune importance ; ils auront ainsi délibérément pris la décision de ne pas vouloir s'intéresser réellement à ce disque. Une voix tremblotante pas toujours juste mais pétrie d'émotions contradictoires, un espace musical sommaire à l'atmosphère toujours tendue où la sacro-sainte guitare acoustique est parfois dérangée par un synthétiseur aux lignes bien inquiétantes ("Papa, Oh, Papa", "Wages of Sin"), il n'en aura fallu pas beaucoup plus à Johnny Dowd pour faire de ce "Wrong Side of Memphis" le disque de country rock le plus lugubre du vingtième siècle pourrissant.

note       Publiée le mercredi 12 avril 2006

partagez 'Wrong side of Memphis' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Wrong side of Memphis"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Wrong side of Memphis".

ajoutez une note sur : "Wrong side of Memphis"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Wrong side of Memphis".

ajoutez un commentaire sur : "Wrong side of Memphis"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Wrong side of Memphis".

SEN › samedi 26 novembre 2011 - 12:25  message privé !

La discographie de Johnny DOWD est parsemée de très de bons disques à découvrir absolument... Cet album mythique préfigure d'autres chef d'oeuvres comme "Wire Flowers: More Songs from the Wrong Side of Memphis ", "A Drunkard's Masterpiece " ou encore "Cemetery Shoes"... Bref, un artiste trop méconnu qui mérite le détour !

Note donnée au disque :