Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRamases › Space hymns

Ramases › Space hymns

11 titres - 46:55 min

  • 1/ Life Child (6:36)
  • 2/ Oh Mister (2:57)
  • 3/ And The Whole World (3:44)
  • 4/ Quasar One (6:42)
  • 5/ You're The Only One Joe (2:17)
  • 6/ Earth-People (5:25)
  • 7/ Molecular Delusions (3:58)
  • 8/ Balloon (4:29)
  • 9/ Dying Swan Year 2000 (0:43)
  • 10/ Jesus Come Back (3:58)
  • 11/ Journey To The Inside (6:06)

enregistrement

Strawberry Studio, Manchester, Angleterre, 1971

line up

Lol Creme (guitare, moog), Ramases & Sel (chant), Eric Stewart (guitare, moog), Kevin Godley (batterie, flûtes), Graham Gouldman (guitare, basse), Martin Raphael (sitar)

remarques

chronique

Styles
folk
gothique
progressif
Styles personnels
psychédélique

Dites ; moi je veux bien essayer de contenter tout le monde et effectivement me cantonner à des genres bien précis. En l'occurence, le jazz et le progressif. Comme ça, ça arrangera tout le monde, chacun de son côté, et on n'en parle plus. Seulement, c'est pas moi qui décide. Et encore, je ne parle pas là d'un choix rédactionnel délibéré, mais bien de la musique qu'il m'est donné d'écouter, de la musique qu'il m'incombe de vous décrire. Il se fait que je suis avant toutes choses subjugué par les artistes et les disques qui s'arrachent au consensuel, qui brisent les barrières, qui dépassent les limites restrictives d'un genre. Beaucoup d'entre vous auront l'honnêteté de se reconnaître aussi dans ce descriptif sommaire. Pour cette raison seule, il me sera, je pense, toujours impossible de satisfaire les quelques sombres imbéciles qui s'emploient à expérimenter surtout les limites de notre patience, un rôle qu'ils prennent tellement à coeur qu'il finit par valider notre credo qu'ils ont si souvent décrié. Je dois bien le reconnaître, le projet Ramases, parce que finalement assez léger et détaché dans son esthétique, ne semble pas correspondre à l'idée que l'on se fait d'une musique sombre. Pourtant, tout nous pousse à croire le contraire. "Space Hymns", concept album fumeux, pur produit de son époque, nage en plein psychédélisme folk et ésotérisme de pacotille, guidé par un de ces prophètes auto-proclamés sans doute tombé sur la tête à la lecture d'une aventure des Quatre Fantastiques... Contemporain de Comus, Ramases partage avec ces derniers cette approche folk, presque bucolique. Et si le grain de folie est incontestable, il n'y a par contre pas de manifestations évidentes d'une noirceur ou d'un goût prononcé pour le macabre. À l'instar du groupe de Glen Goring, voire des albums les plus déterminants de Peter Hammill, il paraît presque impossible à l'écoute de ce "Space Hymns" laissé sans suite que David Tibet ait forgé la carrière de Current93 sur base de sa seule inspiration ("Quasar One", "Molecular Delusions"). Plus anecdotique, l'imagerie fabuleuse de l'album que l'on doit une fois encore à Roger Dean et la présence au grand complet du groupe 10CC avant qu'il ne se forme ont fait de ce disque une rareté qui s'adresse davantage aux personnes curieuses de découvrir la genèse de ce que deviendra la musique gothique.

note       Publiée le mercredi 12 avril 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Space hymns".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Space hymns".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Space hymns".