Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOO-Head › Steps Across the Cortex

O-Head › Steps Across the Cortex

6 titres - 78:00 min

  • 1.Twilight Pilot (8:49)
  • 2.Otherwordly Journeys (8:51)
  • 3.The Loneliness of the Deep Space Traveller (13:08)
  • 4.Oracle Eye (11:00)
  • 5.Delta Ceiphi (10:29)
  • 6.Colours Become Shapes (25:46)

line up

Keyboards, Séquenceurs et Percussions Électroniques : Dave Hendry

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique-berlin school

Une fine séquence en mode écho ouvre ce 2ième opus de O-Head. La séquence accélère à travers les gémissements du synthé. L’atmosphère est sombre. Une 2ième séquence en spirale vient donner plus de mordant à Twilight Pilot qui se métamorphose en belle mélodie. Le souffle se meurt dans l’écho des bruits atmosphériques de Otherwordly Journeys. Une ligne séquentielle hésitante émerge d’un beat langoureux. Le synthé fait danser ses notes au-delà des sons vaporeux tout en façonnant sa mélodie. Un autre bon titre. The Loneliness of the Deep Space Traveller mélange voix en fusion et soupirs mellotronnées. Un long titre avec un doux intro où les accords de piano s’harmonisent tant bien que mal à un synthé indécis. Une belle ligne séquentielle vient secouer cette courte léthargie au gré de percussions savamment dosées. Bien que timide, le beat est harmonieux et finit par prendre une tangente techno pondéré mélodieuse. Oracle Eye est une pièce comme je les aime. Des particules de bruits étouffent un synthé plaintif. Une ligne séquentielle se fait entendre avec des percussions agressives et des salves de poussière cosmique. Le synthé s’éveille autour d’un son mellotronné des années 70. Les sons, les accords et les solos fusent de toute part, tout en gardant une cadence d’enfer. Une corne d’abondance sonore, Oracle Eye est un pur bijou auditif. La finale fait écho sur les voix mécaniques de Delta Ceiphi. L’approche est douce et le synthé berçant. Une ligne séquentielle s’éveille. L’ouïe en alerte, une 2ième ligne s’installe. Le synthé est nerveux et crache des accords qui se répètent en spirale et font place à une guitare très Froesienne. À jeter par terre tant la surprise est grande. On retrouve tout ce fabuleux festin musical sur Colours Become Shapes. Une longue pièce de Berlin School qui vient clôturer de brillante façon Steps Across the Cortex. L’ambiant côtoie les séquenceurs à multi lignes. Bref, près de 30 minutes de pure folie, quasiment des traits de génie. Steps Across the Cortex d’O-Head est assurément un bijou de création et de recherche artistique. C’est un album plein à l’os qui s’écoute avec plaisir et satisfaction. Un album comme il en sort rarement. Un album que les purs et durs doivent se procurer sans hésitations.

note       Publiée le mardi 11 avril 2006

partagez 'Steps Across the Cortex' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Steps Across the Cortex"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Steps Across the Cortex".

ajoutez une note sur : "Steps Across the Cortex"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Steps Across the Cortex".

ajoutez un commentaire sur : "Steps Across the Cortex"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Steps Across the Cortex".

mangetout › mardi 11 avril 2006 - 18:23  message privé !
Berlin school, hum hum, on a affaire à un connaisseur, ça fait une paye que je n'avais pas lu cette marque de fabrique ! Si je comprend bien donc on est pas loin des territoires de Klaus Schulze et Tangerine Dream par un chroniqueur qui s'appelle Phaedream, miam miam. L'avenir s'annonce couleur mandarine donc !