Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFlint Glass › Nyarlathotep

Flint Glass › Nyarlathotep

19 titres - 72:28 min

  • 1/R'lyeh la Morte - 2/Nyarlathotep - 3/Brain speaking machine - 4/Azathoth - 5/De Vermis Mysteriis - 6/Ubbo-Sathla - 7/Nephren-Ka - 8/Hastur - 9/Alhazred - 10/Yuggoth - 11/Angular space - 12/Shudde M'ell - 13/Cthulhu dawn - 14/Yog-Sothot - 15/Slither chaos - 16/Brain death (Ah Cama-Sotz remix) - 17/Germ code (Disharmony remix) - 18/Brain speaking machine (Xabec remix) - 19/R'lyeh la Morte (This Morn' Omina & Empusae remix)

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Ecrit, interprété et mixé par Gwenn Trémorin au studio Brume, Noisy-le-Grand, France, 2005.

line up

Gwenn Trémorin (tous instruments)

Musiciens additionnels : Ah Cama-sotz, Empusae (remix), This Morn' Omina (remix)

remarques

Digipack 4 volets.

chronique

4 ans après les superbes circonvolutions egypto-futuristes de 'Hierakonpolis' Flint Glass nous revient avec un hommage à l'oeuvre de Lovecraft en la personne de ce 'Nyarlathotep' sombre et mélodique, affable en atmosphères inquiétantes. Difficile de rendre justice à l'oeuvre du reclus de Providence déjà réputée intransposable à l'image, mais heureusement l'univers sonore particulier souvent usité par l'écrivain est une manne pour biaiser avec bonheur. En rendant 'hommage' au messagers des dieux lovecraftiens, chaos rampant fourbe et redoutable, Flint Glass ouvre une porte qui aurait du rester condamnée à tout jamais en invoquant Yog-Sothot ou Cthulhu, en nous transportant très loin sur l'inconnue Yuggoth ou en narrant l'histoire de l'arabe dément Abdul El-Alhazred, l'auteur du maudit Nécronomicon. Les rythmiques servent à merveille le coeur de cet album, à savoir les nappes et les mélodies, tour à tour faussement doucereuses et denses, brouillant les pistes et ne livrant aucune clé sur les univers visitées. Electronica industrielle tribale, courts instrumentaux menaçants, dark-ambient glaciale, voilà une vision personnelle et inédite de la mythologie cthulhienne dans ce qu'elle a de plus effrayant et pourtant si attractive. L'excellente production rend compte du travail d'orfèvre effectué et la continuité avec 'Hierakonpolis' s'enorgueillit de participations de remixeurs expérimentés qui offrent de nouvelles lectures de ces cauchemars. Les visuels du digipack sont de plus à tomber par terre, illustrant essentiellement les terres glacées du plateau de Leng et des arcanes de Kadath, lieux emblématiques de l'univers de Lovecraft. Flint Glass réussit un pari pas forcément gagné d'avance en s'attaquant à un thème rebattu qui aurait pu servir d'alibi à un manque flagrant d'inspiration, ce qui heureusement est loin d'être le cas du français. Peu importe que vous soyez familier de l'oeuvre de Lovecraft ou non, la qualité de 'Nyarlathotep' va au-delà du sujet d''étude', ce qui à mon sens est la marque des grands. FHTAGN !

note       Publiée le mardi 11 avril 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nyarlathotep".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nyarlathotep".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nyarlathotep".

Spiegel › samedi 22 septembre 2012 - 20:54  message privé !

Un effort beaucoup plus éparse, on a lancé le mot plastique..mh..mes premières écoutes m'ont emballées, et pas qu'un peu, et là oui ce qui semblait être du maquillage semble l'être -ET MERDE on sent un plaisir certain dans les bidouillages; mais qu'ils représentent la suite de HIERAKONPOLIS c'est déroutant- mh..Nyarlathotep comme le petit frère hautain qui se montre quand le matériel est bien installé et la prose sereine? Il y a une chose sur laquelle je reste indécis, est ce moi ou les deux skeud sont intimement liés? Nan parce que comme dit plus haut les premières écoutes se faisant accompagnées de HIERAKONPOLIS sont géniales car envoyéstoujoursensembletoujoursdanslemêmeordre; un peu comme si le géniteur m'agaçait l'égo en me dévoilant une beauté qui ne sera en réalité pas offerte. Il se la garde l'enfoiré! On a balancé "un truc de NERD"- décidément Solvant on offrira tes doigts de pieds aux adorateurs de fourmilières - j'suis en train de me l'écouter là, et je me revois sur DEUS EX (jeu vidéo) avec cette même sensation de linéarité. Par contre j'en reste bien là, par ce que Flit Glass, autant que Trémorin c'est grand respect, il est quand même bien présent dans c'qu'il installe. Alors découvrez le cet objet, faut vraiment pas avoir peur de le dégoter, ni d'aller se défouler quand Flint Glass est de passage à moins de 500Km de chez vous ;) Une bonne à tous.

Solvant › samedi 4 février 2012 - 02:37  message privé !

J'ai pris le temps, j'ai pensé à l'écouter sous divers angles. Il faut séparer l'hommage raté et le son. Gros ratage dans la définition de l'oeuvre, là c'est une illustration sonore plutôt digne d'Alien ou de "V" que des entités de Lovecraft. Rien à voir avec l'ambiance des oeuvres, ni l'époque, ni l'effroi intérieure, ni la vision, ni même la portée métaphysique. Rien, ça pourrait être un disque dédié à n'importe quel auteur de SF d'aujourd'hui, les sons n'ont aucunes originalités pour ceux qui auraient dû être des sons digne du siège de Waco comme par exemple l' attente dans une grange lugubre à la Turn Pale "Kill the Lights", terroirs malsains, sans échappatoire.. mais macabremant dansant. Car toute la force de HPL se trouve dans les racines perverties de notre évolution,(Et là il faut se tourner vers Endvra pour vraiment être plus proche de la pensée du maître, loin d'être un divertissement) pas du tout dans une SF ultra plastique. Pour ce qui est du son sans le lier à la référence, je serais curieux de savoir qui l'écoute encore régulièrement, du streampunk serait plus efficace que cette electro de bonne facture technique mais déjà-vu. Pourquoi faire un disque dédié à un écrivain sans même s'investir un minimum sur sa vie et son époque. Une bande-son de 'nerds' rôlistes.

La pochette est superbe. Ils auraient dû en rester là.

Note donnée au disque :       
Vicious.666 › jeudi 8 juin 2006 - 22:14  message privé !
OUh la la... Je découvre tout juste l'album, mais je peux d'ors et déjà dire que celui-là, il me plaît ! Entre Ambient flippant et Electro nihiliste, on a de quoi se faire peur ! Et sans s'ennuyer en plus, l'album étant tout de même bien pensé et varié... On sent qu'il y a un réel concept derrière cette oeuvre, j'y suis sensible même sans connaître l'oeuvre de Lovecraft (j'ai déjà essayé, mais rien à faire, je n'accroche pas à cet auteur culte)... Une très bonne découverte !
veeckman › jeudi 13 avril 2006 - 17:38  message privé !
quelle merveille...rien que ces deux extraits sont a tomber serieux!! ou va t il chercher ses inspirations? d ou vient ce gwenn??? je sais pas mais ca assure,c est vraiment planant... si vs arrivez tjs pas a les telecharger je vous les enverrais y a qu a demander moi les telechargements ont ete a merveille...
Note donnée au disque :       
Wolf666 › jeudi 13 avril 2006 - 12:32  message privé !
oula, oui, une vision très personnelle de l'univers lovecraftien.. :)