Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLove Lost But Not Forgotten › Love Lost But Not Forgotten

Love Lost But Not Forgotten › Love Lost But Not Forgotten

10 titres - 25:16 min

  • 01. Intro / Means To No End
  • 02. Loathing
  • 03. Save Me From The Outside World
  • 04. Believe
  • 05. Supine
  • 06. Push Past
  • 07. Cutting Away
  • 08. Drown
  • 09. Unfound
  • 10. Swallow

enregistrement

USA, 2000

line up

Nathan Pater (Voix), Mike Schmidt (Voix), Scott Fogelbach (Guitare), Matt Prader (Batterie / Voix), Chris Grady (Basse), Jason Emerick (Guitare)

remarques

chronique

Styles
hardcore
new school
screamo
metal extrême
grindcore
Styles personnels
screamo-violence

Ce premier CD des Love Lost But Not Forgotten, c'est une énorme baffe screamo dans la gueule doublée d'un méga coup de pied powerviolent dans les tibias. Screamo-violence, pas d'autre étiquette à coller sur ce concentré de violence incontrôlée et juvénile. Du screamo, LLBNF garde le côté torturé, triste et suicidaire, les riffs magnifiques alternants passages acoustiques/éthérés et déchaînements de fureur; de la powerviolence, la batterie souvent speedée, le feeling chaotique, les voix écorchées à l'extrême, le tout enrobé dans une bonne couche de technicité et une certaine complexité dans les structures (il y a beaucoup de riffs) pouvant rapprocher l'objet de la scène "hardcore technique", la propreté et l'aspect démonstratif en moins. Car LLBNF ne sont pas des techniciens comme The Dillinger Escape Plan ou des maniaques comme As The Sun Sets; juste des ados suicidaires expulsant toutes leurs colères / frustrations amoureuses à travers leurs instruments de façon brutale mais un minimum sophistiquée. Et avec du feeling : les chants sont extrêmement malsains, vomis, hurlés jusqu'à la mort (pas de voix claires ici!), pouvant parfois paraître limite grotesques (certains passages me font presque penser à des hennissements de chevaux) mais toujours suintants de passion et de sincérité; et certains riffs puent tellement la mort qu'ils marquent pour longtemps celui qui tentera d'apprivoiser cette tempête sonore. "Means To No End", l'intro de "Loathing", "Push Past", la furie de "Unfound" et la folie du génial et dernier titre "Swallow" vous feront à tous les coups ressentir un petit quelque chose, et à moins d'être allergique au style, je ne vois pas comment rester de marbre devant un tel putain de feeling. Acme et les premiers Converge / Cave In ne sont pas loin : c'est noisy, violent, et les mélodies sont simples mais sincères. D'un point de vue strictement instrumental, la batterie blaste souvent mais sait doser la violence en usant d'énormément de breaks et d'un jeu de cymbales très fourni. La basse sait se faire présente et utile, parfois même virevoltante, jusqu'à devenir essentielle dans le son LLBNF à la production approximative mais abrasive, raw mais attachante, laissant chaque instrument se distinguer des autres malgré un rendu assez fouillis (mention spéciale aux passages acoustiques qui ont vraiment la grande classe). Ce premier CD de LLBNF a tout de même un défaut : tous les riffs sont loins d'être parfaits, et la jeunesse, si elle confère à l'objet un côté attachant, se traduit aussi par un trop-plein de riffs pas tous utiles. Heureusement, l'objet ne dure pas trop longtemps et passe finalement comme une lettre à la poste, aucun titre ne dépassant les 2 minutes 50. Un excellent premier album, donc, pour un groupe malheureusement trop éphémère, dont la personnalité sonore unique marquera à jamais la scène screamo. En tous cas, ce disque m'a foutu une claque comme peu d'autres dans le style... Du hardcore comme on en fait plus assez.

note       Publiée le lundi 10 avril 2006

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Love Lost But Not Forgotten" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Love Lost But Not Forgotten".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Love Lost But Not Forgotten".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Love Lost But Not Forgotten".

Powaviolenza Envoyez un message privé àPowaviolenza
avatar
Ce disque est parfait dans son genre !
Note donnée au disque :       
jajard Envoyez un message privé àjajard
un des meilleurs album de screamo power violence machin. à classer à coté d'Orchid, Neil Perry ....
Note donnée au disque :       
vargounet Envoyez un message privé àvargounet
J'crois qu'à part Sylvester Staline j'y connais pas grand chose en Powerviolence ... au niveau des vocaux c'est pareil ?
kama Envoyez un message privé àkama
mamah ce disque fait tres mal, prennez la violence de pg99, l'intelligence de converge, et la technicité de DEP, et vous obtiendrez une des plus grosses furies screamo/power violence de l'histoire du hardcore.
Note donnée au disque :       
saïmone Envoyez un message privé àsaïmone
avatar
elle est chanmé ta chronique !