Vous êtes ici › Les groupes / artistesKThe Knife › Deep Cuts

The Knife › Deep Cuts

cd • 17 titres

  • 1Heartbeats03:51
  • 2Girls' Night Out03:38
  • 3Pass this on03:48
  • 4One For You03:48
  • 5The Cop00:43
  • 6Listen Now02:50
  • 7She's Having A Baby02:10
  • 8You Take My Breath Away04:27
  • 9Rock Classics04:56
  • 10Is It Medicine02:22
  • 11You Make Me Like Charity03:05
  • 12Got 2 Let U03:59
  • 13Behind The Bushes04:14
  • 14Hangin' Out01:03
  • 15This Is Now03:55
  • 16Handy Man02:40
  • 17The Bridge03:51

enregistrement

Enregistré dans la cave de Karin

line up

Karin Dreijer (voix, machines) , Olof Dreijer (voix, machines)

remarques

Un DVD bonus de 5 clips du groupe est offert avec le CD, en voici le tracklisting 1. Handy-Man 2. Pass This On 3. You Take My Breath Away 4. Heartbeats 5. N.Y. Hotel (à noter que cet album est paru en suède - sans dvd bonus - le 17/01/2003. Il fut disque d'or la-bas avant sa sortie mondiale en 2004)

chronique

Styles
electro
electroclash
new wave
pop
Styles personnels
usine à tubes valiumés

« Notre attitude c’est notre musique. » Le duo de Stockholm (Olof et Karin, frère et sœur) annonce la couleur. Là ou les Daft Punk se cachent derrière leurs masques pour laisser parler leur musique, The Knife met ouvertement son image ET sa musique au service de causes politiques. Quand on tient leur disque entre les mains, pourtant, on a plus l’impression d’être en face d’un groupe d’electroclash opportuniste bardé de claviers vintage que d’un brûlot engagé à la Rage Against The Machine. Et pourtant. The Knife fait cohabiter sonorités eighties à la mode avec des paroles subversives et féministes. Pourtant parlons d’abord de leur musique (qu’on oublie d’en parler est le risque que courent les groupes très politisés) : Deep Cuts est – autant l’avouer – une franche réussite. Voire, une fois passé la pilule du parti-pris kitsch et cynique, une pure merveille. Dans un genre au combien répandu ces dernières années, le disque parvient à se démarquer, pas seulement par ses paroles mystérieuses et souvent assez sombres mais aussi par la qualité des mélodies… Ici pas d’electroclash à la DJ Hell ou Fischerspooner, aux beats martiaux taillés pour les clubs ; The Knife fait de la pure pop, à la fois commerciale et viciée, offrant un message dissonant en sous-couche. Bien sûr, certains morceaux ne demandent qu’à être envoyés sur les dance-floors, tel ce « Handy Man », mais d’autres se tournent plutôt vers de l’electro mélancolique, gorgée de synthés plutôt kitsch. Il fallait oser, The Knife a osé, et ils ne sont pas ridicules cependant. « You Take My Breath Away » est une délicieuse ritournelle pop ânonnée d’un non moins délicieux accent scandinave, dont le clip fait ressortir tout le malaise… Les clips parlons-en, un dvd offert avec l’album permet de les voir, tous les 5. Et après leur vision une chose est sure : nous sommes bel et bien en face d’un groupe dont l’intérêt se situe à 50% dans la musique, 50% dans l’image. Évidemment toute la presse a jasé et la popularité du duo s'en est accrue. Coup médiatique. On est déjà loin de la pop soi-disant à deux niveaux de lecture de Franz Ferdinand, ici on pense au KLF (Kopyright Liberation Front, un groupe de Dance terroriste et subversif au possible du début des années 90), ce qui n’arrive pas souvent. The Knife est un groupe exigeant, et se veut tranchant, comme son nom l’indique… Leur promo est réduite à son minimum (ou plutôt, se fait de manière déstabilisante, tout étant une forme de promo), quant à leurs concerts, il n’y en a simplement pas ! C’est peut-être là que se situe la cassure avec d’autres groupes d’electroclash plus hédonistes comme Robots In Disguise… Les deux suédois semblent avoir une certaine rancœur envers l’industrie du disque. Enfin, foin de considérations politiques, n’oubliez pas à quoi cette musique peut servir en premier, à nous, pauvres individus apolitiques lambdas : à danser. Et elle remplit cette fonction à merveille.

note       Publiée le mercredi 5 avril 2006

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • (N°6)
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Deep Cuts" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Deep Cuts".

notes

Note moyenne        13 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Deep Cuts".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Deep Cuts".

Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

Il a pas le même but que Silent Shout en fait, donc pas vraiment de comparaison, malgré les quelques passages ouvertement malsains (The Cop) c'est frais, fruité, on dirait une salade de fruits ouais, pastèque ananas et litchi; après le côté récitation appliquée me gêne un peu par endroits (j'ai du mal à vraiment kiffer la voix de cette nana), sur certains passages je lui reprocherais un peu le manque de sincérité que gégé reproche à Miss Kittin & Hacker par ex, le côté revival attitude sans émotion brute, maniéré... enfin, presque; coup de coeur pour I'm in love with your brother.

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

je lui mettrais bien 5 juste pasque c'est vlà le ripoff de Cindy Lauper et que voilà, mais voilà ter, il y a Silent Shout ...

Note donnée au disque :       
born to gulo Envoyez un message privé àborn to gulo

efficace

Note donnée au disque :       
Lapin Kulta Envoyez un message privé àLapin Kulta

Définitivement interstellaire et subversif! Immense 6/6.

Note donnée au disque :       
michel rocard Envoyez un message privé àmichel rocard
Dariev, le Hubert Beuve-Méry de god.