Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKorpiklaani › Tales along this road

Korpiklaani › Tales along this road

10 titres - 42:33 min

  • 1.Happy Littel Boozer
  • 2.Vakirauta
  • 3.Midsummer Night
  • 4.Tuli Kokko
  • 5.Spring Dance
  • 6.Under The Sun
  • 7.Korpiklaani
  • 8.Rise
  • 9.Kirki
  • 10.Hide Your Richess

line up

Jonne Järvelä (chant, guitare) Cane (guitare) Jarkko (guitare) Matti Johansson (batterie) Hittavainen (violon, jouhikko, flute) Juho Kauppinen (accordéon)

remarques

L'édition limitée digipack contient un titre bonus intitulé "Free like an eagle"

chronique

Styles
metal
Styles personnels
metal folk festif

Groupe finlandais de folk metal, Korpiklaani nous présente son troisième album pour le label autrichien Napalm Records intitulé "Tales along this road". Le "clan de la forêt" en finlandais pratique un metal folk festif et dansant, naïf et joyeux dans l'esprit. On a souvent l'impression de se retrouver face à un groupe de foire ou de fête du village appelant au pas de bourrée devant des auditeurs pleins d'hypocras et d'hydromel. En effet, la biographie du groupe indique qu'ils ont changé leur nom originel de Shaman pour Korpiklaani afin de marquer le changement musical et textuel et opter pour un son plus puissant et plus universel, on comprend que le groupe a choisi de simplifier sa musique pour s'ouvrir un plus large public: en résulte un ersatz d'In Extremo en moins efficace, du folk metal dansant et simple, parfait pour une beuverie entre amis et, alcool aidant, quelques pas de danses sur la table. Preuve en est le premier titre intitulé "Happy little boozer" qui signifie littéralement "Joyeux petit soûlard", en effet pas de méprise sur l'objectif du groupe. Alors certes, l'exécution instrumentale du groupe est bonne, avec l'utilisation du violon, de l'accordéon et de la flûte, cependant ça manque sévèrement d'âme et de profondeur. Disons que c'est un album prêt à consommer, on a tout entendu dès les deux premières écoutes, sans surprise. D'un autre côté, Korpiklaani parvient à un résultat accrocheur et instantané et on peut le considérer comme une bonne bande son de banquet paillard. On note toutefois de bons passages comme les morceaux "Tuli Kokoo" ou "Korpiklaani" mais le tout sonne vraiment trop comme In Extremo, qui reste le maître incontesté en la matière. C'est vraiment dommage car ce groupe a du potentiel et on sent qu'il pourrait faire nettement mieux et plus travaillé, surtout que je ne ressens que très peu cette influence folklorique finlandaise dont ils se réclament. Oui, c'est puissant et convenablement joué, mais sans âme, naïf et plutôt dispensable. Aussitôt écouté, aussitôt oublié, de la chanson à boire festive et immédiate qui fait taper du pied, résultant en une sorte d'In Extremo du pauvre. Bien réalisé mais décevant.

note       Publiée le mercredi 5 avril 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Tales along this road".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tales along this road".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tales along this road".

Int › vendredi 17 juin 2011 - 18:13  message privé !

Très agréable cette petite puanteur. Je note démesurément haut pour la gloire du mauvais goût.

Note donnée au disque :       
blood › lundi 1 décembre 2008 - 17:09  message privé !

Ça doit être "naïf" avec une faute de frappe Poky-style ^^ Sinon, Korpi, c'est effectivement sympa live, c'est rigolo et tout, mais ça s'arrête là.

Potters field › mercredi 26 novembre 2008 - 10:10  message privé !

plus kitch, tu peux pas... mais la pochette du vieux avec sa meule de fromage a raclette dans les bras, je kiffe. sinon, 2eme ligne de la chro: ça veut dire quoi napif ?

Copacab › samedi 21 juin 2008 - 21:32  message privé !
La pochette est sympa, avec le lutin des bois qui fait du stop.
Møjo › mardi 13 février 2007 - 14:21  message privé !
Complètement fantastique, ce groupe ! J'avais pas entendu un truc aussi joyeusement super cool, de mauvais goût, et monstrueusement débile depuis Cathedral ! Une merveille :)