Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDiapsiquir › Virus S.T.N.

Diapsiquir › Virus S.T.N.

cd • 9 titres

  • 1Incubation
  • 2Venin intemporel rouille universelle Satan
  • 3Generation maudite pénétration interdite
  • 4Untitled
  • 5Diapsiquir
  • 6Le Mal avec un grand S
  • 7Untitled
  • 8Organisation contamination
  • 9TEST1M5N20

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Toxik Harmst ([TH]), MH, TR, A6, SH, VR, DK, AK, SB, KC

remarques

chronique

Styles
indus
metal extrême
black metal
ovni inclassable
Styles personnels
le mal avec un grand s

Ce disque, c'est le Mal... Le Mal avec un grand S... Je pourrais d'ailleurs m'arrêter là, ces quelques mots suffisant amplement pour décrire cette galette. Tout dans cet album représente le Mal. On savait déjà sur les précédentes sorties du groupe que le Grand Cornu était L'influence de Diapsiquir. Là, c'est la quitessence de la formation, une sorte d'apogée où plus que jamais, il n'y a aucune frontière, aucune barrière pour L'atteindre, "toujours plus bas, vers et pour Lui"... Et quand je dis qu'il n'y a aucune barrière, je m'explique. Ici, il n'est point question de black metal. La singularité de Diapsiquir est de proposer une musique très personnelle, alliant différents types de sons, différents bruitages, différents styles musicaux dont le mélange mènera l'auditeur à voir le prisme Satan à travers une autre facette que celle plus commune du black metal plus ou moins traditionnel. Cependant, le résultat est plus ou moins le même, à savoir, une représentation musicale du rejet, du dégoût, de la haine, de la crasse, de la merde, bref, de tout ce que représente Satan. Concrètement, dans cet album, vous trouverez pelle-melle des beat techno, des loops, des rythmes syncopés, beaucoup de breaks, de changements de parties, de l'indus, des remix, du piano, de l'accordéon, un gars qui parle et qui gueule n'importe comment, à l'image d'un taré bourré et chargé à l'extrême. Par exemple, le début de l'album commence par une ré-interprétation du thème de Roméo et Juliette de Tchaïkovski avec beat techno, remix déjanté et Toxik balançant des insanités, pour enchainer sur "Venin intemporel rouille universelle Satan" (VIRUS) avec un rythme hyper-rapide laissant l'auditeur dans un état de transe infernale. Voilà, le décor est planté. Pour le reste, il n'est pas aisé de décrire fidèlement le contenu musical tant le style est décousu. On passe allègrement de rythmes rapides et brutaux à des intermèdes au piano ainsi qu'à des parties lentes très convainquantes. Ces dernières sont particulièrement réussies, donnant l'impression d'être dans une spirale infernale d'où il est impossible de sortir comme sur "Diapsiquir" (où les boucles sont excellentes) ou "Génération maudite pénétration interdite", sorte de "Rosemary's baby" à la manière de Diapsiquir... Aussi, même si l'album peut paraitre complexe lors des premières écoutes, on retrouve toujours cette inspiration, cette intensité dans les riffs qu'on avait déjà pu voir sur les précédents travaux de la formation. On peut quand même aussi noter l'interprétation géniale du thème du "Parain" de Nino Rota sur "Le Mal avec un grand S" ! Sur "Organisation contamination", on retrouve tout un tas d'acteurs de la scène française subversive, avec notamment tous les autres membres d'Arkhon Infaustus (dont Toxik, le leader de Diapsiquir fait partie), Meynach de Hell Militia/Mütiilation, ou le chanteur de Kickback. L'album se termine par une sorte de remix toujours décadant d'un thème traditionnel russe célèbre, une polka il me semble (?). Vous l'aurez compris, Diapsiquir a son univers propre, son style, déjanté, décousu et décadant, dont le dénominateur commun est le suivant : Gloire A Satan ! Une réussite de bout en bout.

note       Publiée le dimanche 2 avril 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Virus S.T.N.".

notes

Note moyenne        28 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Virus S.T.N.".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Virus S.T.N.".

Demonaz Vikernes › jeudi 1 décembre 2016 - 15:03  message privé !

Bon, j'ai un peu plus de mal avec ce Virus S.T.N. Pas aussi abouti que A.N.T.I., pas aussi brut que L.S.D., fait pas bon de le découvrir en 2016 quoi. Reste cet Organisation Contamination façon "check mon crew bro" qui fait mouche, mais on peut pas se planter avec des gars de Crystalium & Mütiilation hein.

Note donnée au disque :       
born to gulo › vendredi 10 juin 2011 - 23:11  message privé !

retenté, à la lumière d'un nouvel album qui m'a bien eu ... et c'est toujours aussi grotesque, mais dans le mauvais sens, contrairement à Anti ; je vais aller direct checker le featuring de Bessac

Note donnée au disque :       
Solvant › dimanche 8 mai 2011 - 20:38  message privé !

ça, c'est très rigolo, moi j'aime ça m'a fait passer un bon moment.

(Le Stupéflip du BM oui je confirme ! Ahah)

Note donnée au disque :       
Eas › samedi 7 mai 2011 - 11:18  message privé !

Jamais l'expression "trying too hard" n'aura été plus adaptée à cette franche rigolade.

Note donnée au disque :       
cantusbestiae › lundi 17 janvier 2011 - 11:44  message privé !

Je préfère penser que le "chanteur" a improvisé tout du long, car les paroles sont d'une indigence folle. Quelques gimmicks plutôt drôles, le reste se voudrait chaotique et malsain mais c'est raté selon moi.

Note donnée au disque :