Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCandlemass › Ancient dreams

Candlemass › Ancient dreams

9 titres - 58:26 min

  • 1/ Mirror mirror
  • 2/ A cry from the crypt
  • 3/ Darkness in paradise
  • 4/ Incarnation of evil
  • 5/ Bearer of pain
  • 6/ Ancient dreams
  • 7/ The bells of Acheron
  • 8/ Epistle N°81
  • 9/ Black Sabbath medley

line up

Leif Edling (basse), Messiah Marcolin (chant), Mats Björkman (guitare), Lars Johansson (guitare), Jan Lindh (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal
doom metal
Styles personnels
heavy/doom

Forcément, après les deux bombes qu'étaient "Epicus.." et "Nightfall", même les meilleurs peuvent un peu accuser le coup. C'est le cas sur ce "Ancient dreams" qui m'a pas mal déçu. Candlemass y fait du Candlemass tout simplement. Moyennement inspiré, reprenant la recette de "Nightfall" en bien moins efficace... Tout commence par un "Mirror mirror" sympa sans plus, dans lequel Messiah en fait des tonnes, trop peut-être. C'est d'ailleurs un fait troublant sur ce disque, cette impression que Messiah chante trop, tout le temps sans arrêt, et sans réelles variations. D'accord ses capacités vocales sont impressionantes, mais franchement il n'a pas son pareil pour souler comme transcender... Dès ce premier morceau, on se rend compte aussi de la prod' loupé, avec ce son de batterie mou comme pas deux, et cette gratte qui ne couvre pas l'espace. Bref, déboule ensuite "A cry from the crypt", typiquement Candlemass, sorte de ballades doomy qui rappelle beaucoup trop "Gallow's end" malheureusement... Une fois encore, on est frappé par le manque net de puissance de l'ensemble. C'est un peu ça la difficulté avec ce groupe, la musique est si dépouillée que la limite entre le chiant et le genial est très vite franchie. En l'occurence ici, je me fais royalement chier. Enfin, chier, c'est un peu exagéré, on parle de Candlemass hein. L'atmosphère poisseuse et lyrique du groupe reste bien présente, tous comme les solos ultra heavy, qui permettent à l'album à défaut d'être musicalement super intéressant, de dégager quelque chose. Un morceau comme "Darkness in paradise" ou "Epistle N)81" (quasi funeral doom) en témoignent très bien, les points culminants du disque de mon côté avec ces claviers bien sentis, et leurs ambiances à la fois lumineuse et désespérées. Passe encore d'aileursle plus up-tempo "Bells of acheron", qui réveille pas mal après tout le mid tempo qu'on vient de s'infliger. Mais une fois encore je suis sûr que le morceau n'est ici présenté qu'à 20% de son réel potentiel... Pas la peine de continuer à décrire le disque, on retrouve du Candlemass de base, avec un Messiah constamment au premier plan, l'inspiration en moins. Ce n'est d'ailleurs pas le morceau titre qui me fera mentir, qui parvient à allier pédance et ennui le long de ses interminables minutes... Les fans du groupe vont surement m'incendier, peut-être à juste titre car le disque passe quand même, mais coincé entre un "Nightfall" et un "Tales of creation" excusez moi, mais j'ai vite fait mon choix.

note       Publiée le samedi 18 mars 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ancient dreams".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ancient dreams".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ancient dreams".

stickgrozeil › mercredi 9 juin 2021 - 11:38 Envoyez un message privé àstickgrozeil

Bande de gueux mécréants... Chaussez vos poulaines, je vous défie en behort! :-D

Note donnée au disque :       
torquemada › mercredi 9 juin 2021 - 11:15 Envoyez un message privé àtorquemada

Quitte à écouter du Candlemass avec Messiah, mieux vaut se tourner vers le précédent ou le suivant.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › mercredi 9 juin 2021 - 11:05 Envoyez un message privé àColtranophile

Ni la chro ni Dariev ne donne envie de se l'envoyer. Si on est pas fan de doom à chaudron, salpêtre et rires de sorcière, ça s'écoute? J'ai souvenir que ce qui me faisait le plus chier sur le premier était les solos de guitare immondes qui rendaient, en comparaison, la voix presque digeste.

Rastignac › mercredi 9 juin 2021 - 00:00 Envoyez un message privé àRastignac
avatar

Mirrrooooooooor!mirrroooor lalalaaaaa!

C’est aussi sucré qu’une ice tea en terrasse dans un monde rempli de licornes et de dragons et de sorcières et tout!

dariev stands › mardi 8 juin 2021 - 18:21 Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

Il est pas mal ce disque, mais...

          Ce chant.
 Faut s'y faire.

C'est plus épico-guttural que Scott Reagers.