Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTMaria Tanase › Malédiction d'amour

Maria Tanase › Malédiction d'amour

cd | 17 titres

  • 1 Lunca lunca
  • 2 Bun ii vinul ghiurghiuliu
  • 3 Lume lume
  • 4 Am iubit si-am sa iubese
  • 5 Malédiction d'amour
  • 6 Danse montagnarde
  • 7 Tiens tiens tiens et na !
  • 8 Doina
  • 9 Pana cand nu te iubeam
  • 10 Lung ii drumul Gorjului
  • 11 Pe deal pe la Cornatel
  • 12 Doda, doda
  • 13 Uite dealu uite via
  • 14 Trei focuri arde pe lume
  • 15 Cat ii Maramuresul
  • 16 Un tigan aveva o casa
  • 17 Cantec de leagan

enregistrement

Entre 1955-57, Bucarest, Roumanie

line up

Maria Tanase (chant), divers orchestres (musique)

chronique

Styles
chanson
folk
Styles personnels
cabaret, folklore roumain

A l'instar de Amalia Rodrigues au Portugal et Edith Piaf en France, Maria Tanase fut la voix de l'âme de son pays. Des ses parents d'origine paysanne, elle découvrit le goût des chansons folkloriques qu'elle n'aura de cesse de redécouvrir, améliorer, en se rendant dans les villages, les veillées pour y dénicher des airs nouveaux dont elle se fera l'interprète ou la muse puisqu'elle écrira, adaptera elle-même nombre de pièces. Alliant la classe d'une Marlène Dietrich et la force d'une Edith Piaf, elle éleva le chant populaire à un niveau inégalé. Des trois cds de son oeuvre disponibles en cd, 'Malédiction d'amour' est celui qui, à mon avis, groupe les chansons les plus tristes et les plus graves de la diva (enregistrées entre 1955 et 57, soit six ans avant sa mort suite à un cancer du poumon). Usant sublimement d'une voix qu'elle parvient à rendre sensuelle jusqu'au murmure ('Uite dealu, uite via'), menaçante dans le moindre mot ('Malédiction d'amour'), gaie jusque au cri ('Danse montagnarde'), poignante jusqu'au funèbre ('Doina') Maria nous conte les désillusions cruelles face à l'amour, la beauté des Carpathes à l'aurore, les diverses trahisons quotidiennes de la vie sur fond d'airs folkloriques rythmés, d'influences cabaret, de valses avec ces sonorités si typiques de l'Est gorgées de violon, d'accordéon... Usant de mélodie ou d'une technique mi-chantée mi-parlée, la diva envoûte par les fluctuations profondes, ténébreuses de son chant, que ce soit en usant de sa langue natale ou du français. Difficile de rester de marbre face à la force de chansons comme 'Lunca', lunca', 'Bun ii vinul ghiurghiuliu', 'Malédiction d'amour', 'Doina', 'Doda, doda' ou encore la belle berceuse 'Cantec de leagan' qui clôt ce beau disque. Véritable légende nationale, c'est tout le pays qui s'arrêta pour l'accompagner en son ultime voyage lors de ses funérailles en 1963. Comment j'ai découvert son oeuvre ? Grâce à un disque ici chroniqué par mes soins, 'Maria T.' du Balanescu Quartet...la musique est vraiment un monde merveilleux.

note       Publiée le jeudi 16 mars 2006

partagez 'Malédiction d'amour' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Malédiction d'amour"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Malédiction d'amour".

ajoutez une note sur : "Malédiction d'amour"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Malédiction d'amour".

ajoutez un commentaire sur : "Malédiction d'amour"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Malédiction d'amour".

miniaturiste méticuleux › jeudi 20 octobre 2011 - 04:54  message privé !

"Cine iubeste si lasa" (la chanson titre en VO, avec une orchestration différente) est pour moi le morceau le plus bouleversant du monde. Le grand et petit cymbalums en arrière-plan fantomatique... et la sorcière

Solvant › lundi 14 septembre 2009 - 01:49  message privé !

A peine deux semaines que j'ai fait connaissance avec Maria Tanase. Je suis impressionné. Je baise les yeux lorsque je l'écoute. Cette Maria là est au-dessus de tout. C'est une âme qui frappe à la beauté des tourments et qui se heurte aux traditions lourdes & patriarcales. Son univers est précieux car il disparait minute après minute... Chanté avec une élégance incomparable... GRANDE.

Note donnée au disque :       
Dioneo › vendredi 11 septembre 2009 - 00:52  message privé !
avatar

C'est la faute à Twily...

Note donnée au disque :       
Solvant › vendredi 11 septembre 2009 - 00:44  message privé !

Oups, j'ai cru de loin à Stefan Eicher.. En tous cas, Solvy doit se cultiver avant son périple roumain ! Message bien reçu Dioneo.

Note donnée au disque :       
Dioneo › mardi 29 juillet 2008 - 22:13  message privé !
avatar
Twilight is right ! Il faut y goûter, à ces vieux poisons.
Note donnée au disque :