Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSecond Hand › Death may be your Santa Claus

Second Hand › Death may be your Santa Claus

12 titres - 44:03 min

  • 1/ Death May Be Your Santa Claus (2:36)
  • 2/ Hangin' On an Eyelid (4:18)
  • 3/ Lucifer and The Egg (7:48)
  • 4/ Somethin' You Got (2:55)
  • 5/ Dip It Out of The Bog Fred * (1:36)
  • 6/ Baby R U Anudda Monster * (3:20)
  • 7/ Cyclops (6:29)
  • 8/ Sic Transit Gloria Mundi (1:00)
  • 9/ Revelations Ch.16, Vs. 9-12 09 (3:35)
  • 10/ Take to The Skies (2:03)
  • 11/ Death May Be Your Santa Claus Reprise (5:21)
  • 12/ Funeral (2:59)

enregistrement

Chalk Farm Studios, Londres, Angleterre, 1971

line up

Lol Coxhill (saxophone), George Hart (basse, violon, choeurs), Kieran O'Connor (batterie, percussions, vibraphone, bruitage, choeurs), Ken Elliott (orgue, mellotron, piano, choeurs), Rob Elliott (chant), Tony McGill (guitare), Moggy Mead (guitare)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
pop psychédélique

Le second Second Hand, c'est le prototype même du disque que j'adore. Progressif par essence, et non pas par opportunisme. Et encore, quand je vous aurais dit ça, ça ne vous aura pas spécialement éclairé... Je me suis efforcé, dans la mesure du possible, de vous démontrer qu'il existe en progressif - comme dans tout autre courant par ailleurs - des branches qui vont à contre courant de l'imagerie nauséabonde qui reste imprimée, en vers et contre tout, dans le crâne des plus récalcitrants. Allez... Rien de tel qu'une image choc pour déboîter la mâchoire de ces farouches opposants ; si Mr.Bungle avait existé dans les années soixante-dix, "Death May Be Your Santa Claus" aurait assurément été un de leurs premiers disques ! Idéalement il me faudrait vous décrire dans le détail chacune de ces petites pièces baroques. C'est là après tout le rôle d'une chronique. Un condensé de folie parfaitement maîtrisé, où la créativité des frères Elliott explose tout ce que le groupe avait tenté de faire timidement sur leur premier effort. Mais m'en remettre à ce descriptif minutieux, c'est vous ôter tout effet de surprise. Et un disque comme celui-là, c'est une expérience à vivre, chacun y projetant ce qu'il a envie, donnant forme et vie aux fantasmes les plus fous qui nous habitent. La réédition de 1997 sur support cd incluant deux titres bonus insérés en plein milieu d'album n'enlèvent rien à son homogénéité. Au contraire, elles rajoutent une couche de folie à ce délire déjà bien à l'ouest. Un disque qui, plus le temps passe, délaisse les formes les plus conventionnelles de compositions classiques - déjà sévèrement malmenées - pour l'abstraction et l'expérimentation pure. Bien entendu, je ne peux pas vous laisser comme ça sur votre faim, sans vous donner de références plus parlantes... Arthur Brown, The Nice, Gracious ! et puis une tonne d'autres influences éparses qui vont aussi bien de Deep Purple à Jimi Hendrix, de Egg à Tangerine Dream, des Beatles à Beefheart, statuant une fois pour toute sur le caractère hors norme de ce classique inclassifiable.

note       Publiée le jeudi 16 mars 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Death may be your Santa Claus".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Death may be your Santa Claus".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Death may be your Santa Claus".

Aladdin_Sane › jeudi 26 juillet 2018 - 21:29 Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Voilà un disque que j'ai malheureusement trop longtemps ignoré, et comme il n'est (pratiquement) jamais trop tard, je le découvre maintenant avec enchantement. Vraiment excellent (notamment les claviers et le vibraphone).

Note donnée au disque :       
Grandgousier › vendredi 7 mai 2010 - 21:22 Envoyez un message privé àGrandgousier

Après moultes écoutes, je peux dire que ce disque est hallucinant. Je ne crois pas avoir déjà entendu un tel brassage des genres. La liste des références serait bien trop longue à poster ici et j'entends quelque chose de nouveau à chaque écoute. Là ou le mélange est vraiment réussi, c'est que les tonnes d'influences se fondent parfaitement pour arriver à un album d'une unité étonnante. Je m'en suis pris plein les oreilles et à mon avis, j'ai pas fini de le redécouvrir.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › jeudi 15 avril 2010 - 15:25 Envoyez un message privé àColtranophile

Tiens, en relisant la chronique, j'ai remarqué que sur la nouvelle réédition, les deux bonus cités ont été mis à la fin du disque et non au milieu et que le titre "Funeral" est indiqué comme étant également un bonus (il figure à la même place lui). C'est pas ça qui changera le fond de l'histoire mais c'était la minute "je pinaille car j'ai trop de temps à moi".

Note donnée au disque :       
Grandgousier › jeudi 15 avril 2010 - 12:06 Envoyez un message privé àGrandgousier

Voilà qui donne envie. Et la chro est alléchante en plus. Je vais aller voir tout ça.

Note donnée au disque :       
Coltranophile › jeudi 15 avril 2010 - 10:57 Envoyez un message privé àColtranophile

Typiquement british dans son humour, son excentricité, son élégance mod, ses mélodies pop 60s avec en plus quelques dérapages controllés vers une électronique qui fait même penser furieusement à du Tangerine Dream par moments, ce disque est un festin. Il faut juste avoir de l'appétit au moment de le poser sur la platine.

Note donnée au disque :