Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPThe Police › Reggatta de blanc

The Police › Reggatta de blanc

  • 1979 - A&M, 75021-3312-2 (1 cd)

cd | 11 titres

  • 1 Message in a Bottle [4:51]
  • 2 Reggatta de Blanc [3:06]
  • 3 It's Alright for You [3:13]
  • 4 Bring on the Night [4:16]
  • 5 Deathwish [4:13]
  • 6 Walking on the Moon [5:02]
  • 7 On Any Other Day [2:57]
  • 8 The Bed's Too Big Without You [4:26]
  • 9 Contact [2:38]
  • 10 Does Everyone Stare [3:52]
  • 11 No Time This Time [3:17]

line up

Stewart Copeland (batterie, chœurs), Sting (basse, chant), Andy Summers (guitare, chœurs)

chronique

Styles
pop
rock

Le reggae blanc. Voilà en gros l'idée véhiculée par ce titre que l'on doit encore à l'esprit iconoclaste du batteur Stewart Copeland. Une profession de foi qui va comme un gant à cet album, leur plus belle réussite à mes oreilles. Oui, c'est sur cet album que l'on trouve "Message In A Bottle" et "Walking On The Moon". Eh, les gratteux aux cheveux longs ! Ravalez votre mépris, et commencez déjà par seulement essayer d'apprendre les notes de ces morceaux, car j'ai bien peur qu'il vous faudra encore des années pour pouvoir les jouer avec la même aisance, la même fluidité. Voilà, comme ça c'est dit. Vous feriez bien aussi de vous penchez sur la plage titre, une pièce instrumentale d'une intensité exemplaire, redoublée d'une inventivité à toute épreuve, Copeland poussant le vice jusqu'à utiliser une chambre d'écho sur son kit, histoire de rendre encore plus hallucinant le résultat final. Un disque où le joueur de baguettes est à la fête, un festival qui, je le reconnais, peut, dans une certaine mesure, avoir faussé mon jugement. Les dernières traces d'une sensibilité punk - déjà - se font sentir avec "It's Alright for You" ou l'atomique "No Time This Time", trois minutes montre en main d'une énergie impossible à reffréner. The Police varie les plaisirs. De ce nouveau onze titres s'extirpe peut-être avant tout le très atmosphérique "Bring On The Night" à l'approche rythmique contrariée, Summers brodant un filet continu de notes cristallines et usant à bon escient du larsen en guise de solo ! "The Bed's Too Big Without You" reprend plus ou moins les mêmes principes sans toutefois atteindre la même excellence. Sur la deuxième face, c'est l'esprit fun qui prédomine, avec un batteur de plus en plus speed ("On Any Other Day", "Contact"), formidable pile électrique dont le jeu de cymbales splash et l'approche radicalement upbeat influencera une génération toute entière. D'ailleurs, une petite leçon s'impose (vidéo quicktime) : http://www.stewartcopeland.co.uk/videomonserratst.html

note       Publiée le vendredi 10 mars 2006

chronique

Styles
pop
rock

"The police"... enfin un peu d'ordre au milieu de l'anarchie punk. De fait, cette formation, hâtivement assimilée à la "new wave", comme tout ce qui émergeait à l'époque, n'était pas réellement un groupe de new wave ou de punk, même si elle moulinait reggae comme The Clash, Elvis Costello, Madness ou Joe Jackson, même si les morceaux ne duraient guère plus de trois minutes, et même si Sting fut responsable d'une poignée de tubes intergalactiques qui propulsèrent le trio, dès son premier album, au firmament de la gloire. "The Police", c'était la rencontre de trois musiciens de jazz, chacun ayant une très forte personnalité musicale, qui décidèrent de jouer de la pop - et là où le miracle se produisit, c'est dans la fusion totale (le temps des trois premiers disques surtout) de trois individualités marquées, vers un son identifiable entre mille. Car Police, plus que des mélodies imparables ou un habile mix reggae/rock, c'est avant tout cela : un son, unique, qui s'appuie sur l'extraordinaire amplitude dynamique dont fait preuve chacun des trois instrumentistes (le jeu de cymbales et charleston tant loué de Stewart Copeland, les accords de guitare au son très clairs d'Andy Summers dont les harmoniques tranchantes et réverbérées vont presque toujours taquiner les lignes les plus hautes du spectre, et enfin les gimmicks de basse simples de Sting qui place ses temps forts d'une manière toujours inattendue, donnant cette impression de flottement et de liberté enivrante). Ce son, ils ne le forgèrent pas en misant sur des prouesses techniques individuelles, mais sur la cohérence, la puissance fusionnelle qui émane de l'ensemble. "Reggatta de blanc", second album du groupe à l'identité plus clairement définie que celle du premier, et à l'inspiration plus constante que celle du troisième, est sans aucun doute leur meilleure réalisation. A partir de "Ghost in the machine", les moments de bravoure se succéderont de plus belle, mais l'empreinte synthétique de plus en plus marquée fera perdre à la formation une partie de sa singularité. Pour justifier l'implosion regrettable du groupe en pleine gloire, Sting invoquera précisément cette perte d'équilibre, ainsi qu'une tournure trop commerciale qu'aurait prise la musique... Il avait sans doute raison. Toujours est-il qu'en solo, lui-même pas plus que Copeland ou Summers n'arriveront à retrouver une once de la magie de Police... Normal. Une fois dissoutes l'alchimie, la cohésion de cet organisme aux trois centres vitaux, le dépérissement ne devait pas se faire longtemps attendre...

note       Publiée le samedi 11 mars 2006

partagez 'Reggatta de blanc' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Reggatta de blanc"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Reggatta de blanc".

ajoutez une note sur : "Reggatta de blanc"

Note moyenne :        30 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Reggatta de blanc".

ajoutez un commentaire sur : "Reggatta de blanc"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Reggatta de blanc".

Raven › vendredi 19 juin 2015 - 12:06  message privé !
avatar

Certes, mais pas que. Leurs cinq skeuds je les ai rangés sans réfléchir à côté de mes Gang of Four, qui sont allés aussi loin sinon plus dans la nunucherie (de surface, pour Gill) et qui étaient aussi... précis ? Limpides ? D'ailleurs ils ont fait des premières parties pour Police il me semble.

Seijitsu › vendredi 19 juin 2015 - 08:33  message privé !

Walking on the Moon ou comment pondre un truc de toute beauté avec une batterie de fou.

Note donnée au disque :       
Kronh › vendredi 19 juin 2015 - 03:38  message privé !

Et Enigma > Reggatta :o)

Raven › vendredi 19 juin 2015 - 01:36  message privé !
avatar

Reggatta > Ghost > Outlandos > Zenyatta > Synchro

SEN › jeudi 18 juin 2015 - 18:09  message privé !

Je les ai tous bien évidemment, et pis tu peux dormir sur le canapé si c'est qu'une question de place tu peux virer ton pieu !

Note donnée au disque :