Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLove Is Colder Than Death › Mental traveller

Love Is Colder Than Death › Mental traveller

cd • 12 titres

  • 1Fiorina
  • 2Nostromo
  • 3Eclogue the third
  • 4Veronensis
  • 5Helvellyn
  • 6Taliesin and Melanghel
  • 7An invite to eternity
  • 8The cenobites
  • 9A chain
  • 10Dear
  • 11Down and out
  • 12The bronx of life

enregistrement

Megasound Tonstudio, Ecktal, Allemagne

line up

Maik Hartung (claviers, programmation), Susan Heinrich (chant), Ralf Donis (chant), Sven Mertens (claviers, chant)

remarques

chronique

Les groupes gothiques ou éthérés inspirés de Dead can dance, on connaît ; ceux qui utilisent des claviers au lieu d'instruments acoustiques aussi, rien de très surprenant. Formation allemande très versée dans le romantisme anglais (Keats surtout), Love is colder than death œuvre dans ce genre de voie. Une musique sobre et mystique accompagnée d'un chant féminin magnifique très inspiré par celui de Lisa Gerrard. Le côté qui me plaît est que le groupe me semble assumer ses claviers, ne cherche pas à cacher qu'il utilise l'électronique mais s'en sert pour donner au son des nuances que les instruments traditionnels ne peuvent produire (une froideur triste, quelque échos dans les percussions...). Les allergiques qui estiment que ce genre de musique n'est efficace qu'avec de VRAIS instruments n'apprécieront pas, d'autant que... Pas trop vite. Ce n'est pas original, mais bien fait, les mélodies sont excellentes et Susann chante vraiment bien, de manière émotionnelle. Elle fait partie de ces chanteuses pour qui la technique n'étouffe pas le sentiment. L'histoire s'arrêterait pourtant là, aux portes des sosies de Dead can dance, si soudain, le groupe n'abattait pas une carte surprenante dès le morceau 'The cenobites'. Le début est plus sombre et bien que la rythmique ait un côté tribal, on sent que quelque chose a changé. Effectivement, exit les vocaux féminins, c'est un chant masculin grave (qui évoque celui de Michael Gira des Swans) qui prend le relais. Et ça se poursuit sur 'The chain', atmosphère pas si loin de In the Nursery. Et de titre en titre, on glisse de plus en plus vers une dark wave qui n'a plus rien d'éthéré. Les puristes crieront au scandale ; pour ma part, ce mélange un peu contre-nature séparant le disque en deux parties distinctes me paraît justement donner sa patte au groupe et propose une exploration intéressante des ténèbres, en partant de quelque chose de très mystique pour arriver à des éléments plus obscurs.

note       Publiée le jeudi 2 mars 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mental traveller".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mental traveller".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mental traveller".

Shelleyan aka Twilight › vendredi 10 juin 2011 - 17:14  message privé !
avatar

Il faudra que je fasse celle de Teignmouth en effet...depuis le temps...

Kronh › vendredi 10 juin 2011 - 14:39  message privé !

Bon mais pas autant que Teignmouth, qui marie l'influence de Dead Can Dance sur le chant éthéré de Susan avec quelque chose qui ressemble à du :wumpscut: avant l'heure sur "Chorn", et des morceaux plus pop ("Wild World"). Bref un bon voir très bon album de heavenly.