Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSecrets Of The Moon › Carved in stigmata wounds

Secrets Of The Moon › Carved in stigmata wounds

10 titres - 72:02 min

  • 1.Crowns
  • 2.Cosmogenesis
  • 3.Miasma
  • 4.Psychoccult Hymn
  • 5.To The Ultimate Embers And Ash
  • 6.Kaosthrone
  • 7.Evolution Valour Admission
  • 8.Epoch
  • 9.Carved In Stigmata Wounds
  • 10.Dust

enregistrement

Enregistré au studio Tidal Wave en octobre 2002

line up

Thrawn Thelemnar ([Thrawn] batterie), Daevas (basse, chant) SG (guitare, chant)

remarques

Egalement disponible en double cd digipack limité avec un cd bonus de 4 titres (chroniqué ici) et en édition limitée double lp

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
black metal

Deuxième véritable album des allemands de Secrets of the Moon, ce "Carved in stigmata wounds" est un album complexe, structuré de manière incroyable, de plus bien dévastateur. Le groupe pratique un black metal sombre et occulte mêlé d'une forte dose de mélodie et de puissance. Devant un tel chef d'oeuvre et des titres aussi travaillés, une chronique piste par piste s'impose. "Crowns" : une intro avec un speech de Aleister Crowley et une montée en puissance qui enchaîne sans blanc sur le titre 2, "Cosmogenesis" : riff d'entrée bien massif, structure excellente des premières minutes. On remarque la basse très en avant, puis un break tout en subtilité menant au déferlement sonore, claviers et choeurs en fond avant la reprise de la trame du morceau. Un titre impressionant et une belle rentrée en matière. "Miasma" débute par un passage bondissant taillé pour la scène, le morceau s'installe petit à petit avec un passage martiale, un titre épique. "Psychoccult Hymn" : titre plutôt malsain qui débute avec des riffs tordus et des cris du même acabit en fond, suivi d'un passage couplet lent avant deux breaks furieux. Un titre puissant qui marque la fin de la première partie intitulée "Prophecy". La seconde partie, "Destiny" s'amorce avec le morceau "To the ultimate embers and ash": on rentre directement dans le titre avec un bon gros riff puis une transition subtile assez géniale. Les claviers sont légers mais bien placés, on assiste à un changement de structure à l'aide d'un break plutôt simple. On remarque dans ce morceau la performance énorme du batteur, avec de nombreuses descentes dans la deuxième partie de la piste puis une fin au tempo lent agrémentée d'un solo. Superbe titre charnière. "Kaosthrone"démarre puissament avec un moment de calme et une basse au son très typé Necromantia, les guitares viennent s'y greffer de manière subtile, puis la batteire et les claviers. Il s'agit là d'une structure progressive très travaillée amenant un riff lent et puissant. Trois minutes d'introduction avant de rentrer dans le morceau à proprement parler avec la reprise du riff de basse de début et une batterie bien technique pour une deuxième partie de morceau dévastatrice. "Evolution Valour Admission" commence par une introduction mélodique bien maîtrisée avant le déluge de décibels avec des riffs inspirés et un jeu excellent. On note une montée en puissance impressionante avec des percussions superbes. Un second morceau charnière. Le huitième titre "Epoch" entame la troisième partie du disque intitulée "Extinction": un début qui pourrait faire penser à un Darkthrone très bien produit et plus technique enchaîné à un riff saccadé. Une première partie classique pour le "nouveau" Secrets of the Moon puis break au riff monstrueux et une batterie omniprésente qui se termine sur une outro atmosphérique avec claviers et texte lu. "Carved in stigmata wounds" représente le troisième titre charnière de cet opus, et à mes yeux le plus abouti. 12 minutes d'intelligence pour seulement 3 minutes de chant tout au long du morceau, quand la musique est si talentueuse, il n'y a nul besoin de la cacher ou de la noyer avec des vocaux. Une introduction avec claviers, suivie d'un superbe riff d'entrée et d'un moment de calme avec une batterie martiale, presque au pas. S'immisce une montée en puissance exemplaire, véritable marque de fabrique, simple mais exécutée avec brio et un morceau qui s'amorce avec un riff en lead. Au milieu du titre, le batteur nous gratifie d'un solo, même si son talent n'avait plus besoin de démonstration à ce niveau avancé du disque, puis une deuxième partie monstrueuse avec des transitions et des rappels cristallins. L'outro "Dust" est composée et exécutée par Cornelius Waldner, pianiste à la formation classique qui joue dans Sagittarius, projet neo folk/classique auquel participe également le guitariste de Secrets of the Moon. Le double digipack de "Carved in stigmata wounds" contient également un disque bonus, qui n'a de bonus que le nom, car ceux qui ont apprécié l'album ne peuvent pas passer à coté de ce deuxième cd. Intitulé "The ambience of a dead star", il est composé de quatre morceaux, dont les deux premiers auraient pu figuré sur l'album. On commence avec "The lonesome" qui est un très bon titre, bien déchaîné vers la fin avec des cris aigus et hystériques à la sauce "heavy" hallucinants. Le second morceau, "The devil's tempest" , est massif avec des riffs bien lourds, c'est manifestement une chute de l'enregistrement de l'album tant l'ambiance est similaire à ce dernier. "The rite of Mercury" est un titre réenregistré qui figurait à l'origine sur l'inégal premier opus "Stronghold of the inviolable". Il permet d'entrevoir le chemin parcouru et les énormes progrès réalisés. Le dernier morceau est une reprise de Dead Can Dance, "The protagonist", bien exécuté, mais je suis peu familiarisé avec ce groupe. On tient là incontestablement le meilleur album estampillé black metal de l'année 2004, même si cette catégorie est bien réductrice pour la musique proposée, tant elle est intelligente et talentueuse. INDISPENSABLE.

note       Publiée le lundi 27 février 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Carved in stigmata wounds".

notes

Note moyenne        22 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Carved in stigmata wounds".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Carved in stigmata wounds".

Klarinetthor › mercredi 14 novembre 2018 - 13:10  message privé !

La saison du BM est ouverte!

Note donnée au disque :       
cyprine › mardi 6 janvier 2009 - 13:03  message privé !

Les filles aiment.

Note donnée au disque :       
tilo › vendredi 30 novembre 2007 - 16:20  message privé !
Viens de me le ré-é-couter toujours aussi quelconque, mou, chiant, bref dispensable.
Note donnée au disque :       
Reflection › dimanche 21 janvier 2007 - 20:27  message privé !
Bon, Bon, c'est vrai que ça m'a pas mis une grosse claque ... J'ai rien trouvé de vraiment spéciale! Mais bon je vais quand même le réécouter plusieurs fois avant de donner mon avis !
toxine › dimanche 21 janvier 2007 - 18:43  message privé !
C'est juste que... c'est naze. On m'a fait écouter le dernier aussi, franchement, FRANCHEMENT, c'est mou, plat du genou, soyeux etc... Bref, ce commentaire a autant de sens que ce groupe : RIEN.
Note donnée au disque :