Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGentle Giant › The power & the glory

Gentle Giant › The power & the glory

8 titres - 37:07 min

  • 1/ Proclamation (6:47)
  • 2/ So sincere (3:51)
  • 3/ Aspirations (4:40)
  • 4/ Playing the game (6:44)
  • 5/ Cogs in cogs (3:07)
  • 6/ No god's a man (4:27)
  • 7/ The face (4:12)
  • 8/ Valedictory (3:19)

enregistrement

Angleterre, 1974

line up

Gary Green (guitares), Kerry Minnear (claviers, chant, vibraphone, basse), Derek Shulman (chant, saxophones), Ray Shulman (basse, violon, guitare, percussions, choeurs), John Weathers (batterie, percussions)

remarques

chronique

"The Power and The Glory" ne cultive certes pas le même raffinement exquis que les premières œuvres du gentil géant. Il n'en demeure pas moins un album solide, fait d'une seule pièce, comme un rempart qui rendrait inefficace toute attaque, qu'elle soit frontale, en traître, ou de biais. Alors que les États-Unis (encore eux) ont préféré faire l'impasse sur "In a Glass House" qu'ils jugeaient peu commercial, Gentle Giant entre, avec ce sixième album studio, dans sa période la plus gratifiante, pour ne pas dire la plus glorieuse. Suscitant enfin un semblant d'intérêt de la part de la presse spécialisée, cette fois notre quintette propose une lecture condensée et énergique de leur univers, atteignant une rare efficacité. Ils s'emploient désormais dans la mise en place de titres terriblement accrocheur, tout en demeurant aussi succincts et denses qu'autrefois. La nature même du groupe n'a pas changé. Si vous aimiez leur travail vocal, les contrepoints, les dialogues à l’unisson entre instruments, ne vous inquiétez pas ; tout est là. Mais tout cela est mis à présent au service d'une musique aux contours plus carrés, comme si le propos s'était d'avantage recentré. Oui, Gentle Giant reste subtil, ô combien, et fouillé, et raffiné, et tout ça. La seule différence, c'est que la cible a changé. Le point de mire est différent. Ils recherchent la séduction instantané, l'étincelle immédiate, le truc qui accroche dès les premières secondes pour, après, ne plus vous lâcher d'une semelle. Par un jeu pointilliste constitué des petites touches de violon, de saxophone, de vibraphone et des chœurs qui viennent s'entrechoquer et paraphraser pour la plus grande joie de nos oreilles, on peut dire qu'ils y parviennent, ballottant l'auditeur sur une musique enlevée qui s'amuse de lui, s'amuse d'elle et amuse aussi plus simplement.

note       Publiée le samedi 29 décembre 2001

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The power & the glory" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The power & the glory".

notes

Note moyenne        17 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The power & the glory".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The power & the glory".

Nicko › samedi 19 janvier 2019 - 17:35 Envoyez un message privé àNicko
avatar

Excellent disque ! Aérien, inspiré, léger mais super bien réalisé. Des musiciens hors pairs, un must !

Note donnée au disque :       
Dun23 › dimanche 9 décembre 2018 - 12:38 Envoyez un message privé àDun23

Pas mieux. Super disque, super groupe. Par contre, pas d'accord avec le tag pochette progmoche, c'est pas la plus jolie, c'est pas la plus classe mais elle est très loin d'être moche (cf les 2 premiers PMF, histoire de comparer, ou les premiers Genesis). Chez eux, Three Friends et sa pochette hum, remporte la palme (même si il y en a un paquet de dirons nous intéressantes)

Note donnée au disque :       
boumbastik › samedi 8 décembre 2018 - 20:12 Envoyez un message privé àboumbastik

Merveille d'inspiration. Gégé, mon ami pour la vie.

Note donnée au disque :       
bubble › jeudi 30 mai 2013 - 13:38 Envoyez un message privé àbubble

deux trois trucs pas mal sur interview .. bon après faut aimer le reggae ....

Aladdin_Sane › mercredi 29 mai 2013 - 23:40 Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Je dirais même que jusqu'à "Interview" ça vaut la peine. Moi, je pousse jusqu'à "The Missing Piece" mais c'est vraiment la limite.

Note donnée au disque :