Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWarloghe › Womb of Pestilence

Warloghe › Womb of Pestilence

7 titres - 34:53 min

  • 1.Opened and Tainted Graves
  • 2.Underneath the Seven-Fold Eye
  • 3.Fires Burn Black
  • 4.A Monolith Clad in Fog
  • 5.Illuminating Void
  • 6.Dark Spires Swirl in the Abyss
  • 7.Corpse-Altar-Light

line up

Eorl Torht Tyrannus (chant, guitare, basse) T.L. (batterie)

remarques

version lp limitée à 333 exemplaires contenant un bonus track "Lifeless Union"

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
total black metal

Enfin le retour des finlandais de Warloghe après un premier album sulfureux "The first possession" sorti chez Drakkar Productions en 1999. Premier constat : pas beaucoup de changement dans la musique du groupe, cependant, c'est toujours aussi bon. Warloghe est un combo de raw black metal satanique. Et comme il se doit, leur musique dégage une atmosphère de crasse, à croire qu'ils l'ont enregistré dans une cave mal éclairée lors d'une nuit de pleine lune funeste. Les deux premiers titres "Opened and tainted graves" et "Underneath the seven-fold eye" sont tout bonnement monumentaux et rappellent les meilleurs moment du précédent méfait. Le son est toutefois un peu plus clair mais c'est vraiment pour chipoter car pour le novice il y a des chances qu'il trouve ça inécoutable. Et pourtant, quelle impression de malaise. Le résultat est réellement au paroxysme de la haine, le chant est pernicieux, presque halluciné. Les riffs sont généralement de grande qualité et témoignent d'une inspiration vivace. Warloghe nous gratifie ensuite d'un titre lent, très lancinant qui sur le long terme marque indéniablement l'esprit de l'auditeur : "Fires burn black". Vient un peu de répit avec une sorte d'interlude "A monolith clad in fog" : guitares, percussions et voix d'outre-tombe en fond. Les deux titres suivants sont classiques bien qu'un peu redondants, mais à partir de ceux-ci, l'album perd un peu en intensité et semble un cran en dessous de la première moitié du disque. C'est pourquoi je ne qualifierais pas cet album de chef d'œuvre même s'il est bien au dessus de ce que l'on peut écouter actuellement. Il n'en reste pas moins que cet album est un monument de noirceur, de mélancolie, de haine et de colère. Un manifeste monolithique et possédé.

"A shape clad in leather wings.
In the gleam of its blackened eyes.
Vast fires leapt in awe of the endless torture".

note       Publiée le mercredi 22 février 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Womb of Pestilence".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Womb of Pestilence".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Womb of Pestilence".

Demonaz Vikernes › samedi 27 octobre 2012 - 12:15  message privé !

Un poil meilleur que son prédecesseur, mais rien pour justifier le statut culte de ce groupe.

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 21 octobre 2010 - 21:55  message privé !

peut-être, mais ils peuvent pas faire pâlir la voix de Blaze Bayley !!!

Dead26 › jeudi 21 octobre 2010 - 21:52  message privé !

Un album terriblement froid, noir et haineux, le véritable black metal comme il aurait toujours du sonner. Un des meilleurs groupe made in Finland (avec Beherit, Horna, Thy Serpent, Pest, Diaboli et consort...) "A monolith clad in fog" est un monument de noirceur et d'une ambiance mortuaire à faire pâlir le plus mort des morts, et ce "illuminating void" au mid tempo ravageur rappelant les grandes heures de gloire d'un Gorgoroth (qui au passage sont devenus des clowns pitoyables!), un visuel magnifique et un son raw & evil au possible, tout y-est, bref... un chef d'oeuvre.

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 16 octobre 2008 - 23:50  message privé !

très chouette, ça

cantusbestiae › vendredi 24 février 2006 - 22:56  message privé !
Avec CLANDESTINE BLAZE, ce qui se fait de mieux au pays des 1.000 lacs. Du BM dégueulasse aux mélodies insidieuses, une approche bruitiste et un chanteur possédé, bizarrement le groupe ne jouit pas d'une notoriété aussi importante que la qualité de sa musique devrait lui octroyer. Je ne crois pas que cela soit dommage, WARLOGHE est l'undergroung au même titre qu'un ILDJARN, un SVEST ou un KATHARSIS... Encore un peu trop "extrême" il faut croire.
Note donnée au disque :