Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGentle Giant › Octopus

Gentle Giant › Octopus

8 titres - 34:24 min

  • 1/ The advent of panurge (4:44)
  • 2/ Raconteur troubadour (4:05)
  • 3/ A cry for everyone (4:08)
  • 4/ Knots (4:12)
  • 5/ The boys in the band (4:36)
  • 6/ Dog's life (3:13)
  • 7/ Think of me with kindness (3:33)
  • 8/ River (5:53)

enregistrement

Angleterre, 1972

line up

Gary Green (guitares), Kerry Minnear (claviers, chant, vibraphone, basse), Derek Shulman (chant, basse), Phil Shulman (saxophone, trompette, flûte à bec, chant), Ray Shulman (basse, violon, guitare, percussions, choeurs), John Weathers (batterie, percussions)

remarques

Comme pour "Three Friends", un imbroglio pas possible est survenu à la publication de ce disque. Les pochettes anglaises et américaines étant très différentes l'une de l'autre (celle qui vous est proposée ici est l'anglaise, dessinée par Roger Dean, à qui l'on doit les pochettes de Yes).
Il s'agit ici du pressage japonais en carton publié dans la série "british rock legend"

chronique

"Octopus", comme "The Dark Side of The Moon" pour Pink Floyd ou "Close to The Edge" pour Yes, est considéré comme l'album à posséder de Gentle Giant pour ne pas paraître idiot en société. Le plus idiot, c'est de croire qu'en sage petit mouton on va s'aligner sur cette affirmation qui voudrait que ce qui se vend le plus ou le mieux est forcément le meilleur. Alors, certes, on ne sortira jamais de ce cercle vicieux mais force est d'admettre que si "Octopus" peut très bien endosser le rôle d'ambassadeur idéal à l’œuvre du groupe, je ne vois pas en quoi il le serait mieux que "Three Friends" ou "In a Glass House", par exemple... Il est vrai néanmoins que l'on retrouve ici tous les éléments qui, déjà, on pu définir l'univers de Gentle Giant, cette fois de manière peut-être plus marquée, moins fluide, où les transitions entre les titres sont plus abruptes, faisant en sorte que l'on passe d'un genre à l'autre sans préparation préalable. Rien de bien fâcheux, au contraire, c'est juste que sur "Octopus", plus que sur n'importe quel album de Gentle Giant, j'ai l'impression d'être face à un bloc de huit chansons plus ou moins distinctes, là où autrefois les titres me paraissaient emplis d'une même vibration si bien que l'osmose résultante engendrait une impression de concept album, d'une longue histoire en plusieurs chapitres, les passages de l'un à l'autre souvent bien amenés. Sur ce quatrième album, l'influence médiévale est toujours plus présente ("The Advent of Panurge", "Raconteur Troubadour"), leur amour du contrepoint est poussé vers des sommets de sophistication jusque là inégalés ("Knots") et leur virtuosité (l'instrumental "The Boys in the Band") ne les empêche pas d'écrire des ballades d'un romantisme poignant ("Think of Me with Kindness"). En réalité, plus qu'un résumé, "Octopus" est surtout la fin d'un chapitre puisqu'au sortir de cette session, le troisième des frères Shulman, Philip, va quitter le navire, obligeant nos surdoués à entrevoir de nouvelles perspectives.

note       Publiée le samedi 29 décembre 2001

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Octopus".

notes

Note moyenne        19 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Octopus".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Octopus".

zugal21 › mardi 19 avril 2016 - 20:54 Envoyez un message privé àzugal21

Délicieusement désuète, cette affaire

Note donnée au disque :       
mangetout › vendredi 1 avril 2016 - 19:48 Envoyez un message privé àmangetout

Les assemblages, en cascades, de voix, qui se font écho, contrepoint, dédoublement, jouent au grand 8... est un plaisir de tous les instants, comme une structure complexe qui prendrait son envol progressivement et dont la fragilité extrême serait à la merci du moindre souffle venteux.

DesignToKill › mercredi 13 novembre 2013 - 15:28 Envoyez un message privé àDesignToKill

Exact, mais ce morceau..... Je sais pas... c'est pire qu'un cauchemard qui se repete quoi, vraiment étrange, tu l'attends la mélodie tu sais qu'elle va revenir en plus !

Note donnée au disque :       
Seijitsu › mardi 12 novembre 2013 - 18:33 Envoyez un message privé àSeijitsu

J'adore ce disque. Ce groupe est capable de commettre les pires fautes de goût qui soient (c'est à égalité avec Muse par moment) et d'être incroyablement insupportable. Mais quand ils mélangent avec brio leur sens de la mélodie et leur goût pour le bizarre, ça donne Octopus.

Note donnée au disque :       
bubble › mardi 12 novembre 2013 - 16:09 Envoyez un message privé àbubble

raconteur troubadour ... c'est excellent , obsédant mais excellent , obsédant mais excellent , obsédant mais excellent , obsédant mais excellent , obsédant mais excellent , obsédant mais excellent , obsédant mais excellent , obsédant mais excellent , obsédant mais ....