Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeutsch Nepal › Erosion

Deutsch Nepal › Erosion

cd • 7 titres

  • 1Erosion
  • 2Surgery II
  • 3Collapsing surface
  • 4How low
  • 5You're just a toy
  • 6Static
  • 7Faint retard

enregistrement

-

line up

Lina Baby Doll (musique)

remarques

-

chronique

Entre Deutsch Nepal et les labels, c'est un peu la partie de cache-cache ; une fois, c'est chez Staalplaat, ensuite Cold Meat Industry, puis retour chez Staalplaat...Pour moi en tous cas, ce 'Erosion' marque une forme de rupture dans un parcours sans faute. Lina Baby Doll s'est essayé à quelques expérimentations plus dark ambient, un genre sérieux, peut-être un peu trop pour notre trublion alcoolique. Certes, Deutsch Nepal n'a jamais été de la musique de fête foraine mais il y avait dans ce projet une forme d'humour noir, voir macabre et grinçant qui est absente de ce disque. Le début est assez peu inspiré, mou, sans réelle surprise. 'Erosion' est un bon morceau atmosphérique sombre avec ses nappes basses et ses vocaux mais dans le genre, on a fait mieux. 'Surgery' est plus intéressant et malsain mais il reprend des structures (les nappes abyssales et le rythme qui bat comme un cœur mourant) explorées avec davantage de talent sur les précédentes galettes. J'avoue qu'arrivé au troisième morceau, 'Collapsing', je commençais à m'inquiéter, voir m'ennuyer. C'est correct, sans plus, et Deutsch Nepal ne peut se permettre d'être juste correct. Soudain, voici 'How low', peut-être le morceau le plus mélancolique composé par Lina baby Doll, véritable requiem étouffé qui semble se tordre dans le brouillard : mélodie tristes en boucles, vocaux lointains... inattendu mais une vraie bonne surprise qui montre que notre homme n'a pas dit son dernier mot. À partir de là, la passion redémarre. 'You're just a toy' est typique de cet humour particulier mentionné plus avant puisqu'il est constitué de bribes de samples de chanson type après-guerre, parfaite introduction à 'Static' (tu parles !), pièce de percussions rituelles ultra répétitives et hypnotiques ; voilà du Deutsch Nepal comme on l'aime (même si on est loin de la force de 'Deflagration of hell'). 'Faint retard' est la meilleure pièce et la plus riche au niveau des textures, les nappes forment un arrière-fond glauque et organique à souhait qui semble évoluer comme un serpent à l'agonie coincé dans le même mouvement perpétuel. Au fur et à mesure de l'écoute, on note d'imperceptibles montées de sons dans la plus pure tradition Baby Doll. Cela ne suffit pourtant pas à sauver ce disque, peu inspiré, trop répétitif pour être honnête, notre homme ayant joué la carte de la facilité, laissant tourner ses boucles sans véritable travail de fond. 'Erosion', titre prophétique ?

note       Publiée le jeudi 16 février 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Erosion".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Erosion".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Erosion".

Twilight › jeudi 16 avril 2020 - 22:40  message privé !
avatar

Un peu comme Nicola en fait et je me demande si je ne devrais pas lui redonner sa chance, rien que pour 'How low' qui est juste...Quand j'aurai déménagé, ce pourrait être un achat inaugural ^^

Raven › jeudi 16 avril 2020 - 22:26  message privé !
avatar

"How Low", les boules...

Note donnée au disque :       
nicola › jeudi 16 avril 2020 - 20:52  message privé !

Que de souvenirs… j’ai acheté celui-là à sa sortie dans une petite boutique de musiques bizarres à Rennes (à peu près en même temps que la symphonie n°3 de Branca). À l’époque, j’ai été assez déçu, emballé mais sans plus contrairement aux précédents. Finalement je m’y suis fait comme à sa voix et au reste de la discographie qui suit.

Note donnée au disque :       
born to gulo › jeudi 16 avril 2020 - 19:47  message privé !

"How low" est bien plombante, hein.

Note donnée au disque :       
Dead26 › jeudi 16 avril 2020 - 19:44  message privé !

Plus posé que les autres dans l'ensemble mais néanmoins très bon DN. Transition abrupte aux 2 extrémités de 'Static' pour finir en toute beauté. Tout baigne. Addictology rules !

Note donnée au disque :