Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSvartsinn › Traces of nothingness

Svartsinn › Traces of nothingness

  • 2005 • Cyclic law 13th Cycle - Limitée à 1000 ex. • 1 CD digipack

8 titres - 51:18 min

  • 1/Traces of nothingness
  • 2/No passage to the innermost...
  • 3/Lost in reveries
  • 4/Misanthropic odyssey
  • 5/Through apathetic eyes
  • 6/All the colours are fading
  • 7/...But the fire burns no more
  • 8/Emptiness is form

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Connectez-vous pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Composé et enregistré par Svartsinn, Norvège, 2004-2005. 'Emptiness is form' est un remix par Northaunt du titre 'Form is emptiness' paru sur la compilation 'A final testimony' (2004).

line up

Jan-Roger Pettersen (tous instruments)

Musiciens additionnels : Northaunt

remarques

chronique

Styles
ambient
Styles personnels
dark-ambient

Ne vous fiez pas à l'apparente léthargie des quelques extraits que vous pourrez écouter : le nouvel album de Svartsinn est à coup sûr l'oeuvre la plus aboutie du norvégien. Si entre 'Devouring consciouness' et 'Of darkness and re-creation' l'évolution était sensible, celle qui caractérise 'Traces of nothingness' relègue les deux premiers albums au rang d'ébauche certes de qualité, mais dont on avait du mal à tirer une identité propre. Les 8 compositions ici délivrées exultent d'une expression mélodique très marquée, moins froide qu'auparavant et du coup moins stérile (voire épique sur 'Misanthropic odyssey'). Une certaine affiliation avec Northaunt se profile dans l'agencement des structures et des nappes, mais avec un tout autre rendu. La profondeur est de mise mais pas comme on pourrait l'attendre sur la base des seules nappes et infra-basses. Désormais c'est l'ensemble de chaque séquences et boucles qui emmènent l'auditeur toujours plus loin telle une vague qui jamais ne connait le reflux. La thématique du vide et du chaos originel sert ici de catalyseur à l'auditeur en ce sens qu'il n'en est plus seulement le témoin mais un acteur à part entière qui sans pouvoir en modifier le contenu pour autant agira comme vecteur de ces quelques traces de néant pour les faire cheminer toujours plus loin. Une très bonne surprise pour un album d'ambient qui sort quelque peu de l'ordinaire et atteste du potentiel de Svartsinn jusqu'ici sous-jacent et aujourd'hui révélé, sur Cyclic Law encore une fois.

note       Publiée le mercredi 15 février 2006

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Traces of nothingness" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Traces of nothingness".

notes

Note moyenne        3 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Traces of nothingness".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Traces of nothingness".

Ada Envoyez un message privé àAda

Un sous Kammarheit sympathique. Ambiance se voulant assez sombre mais qui est surtout très black metalleuse. Agréable mais pas révolutionnaire. Le digipak, par contre, est pas terrible (tout noir).

Note donnée au disque :       
kama Envoyez un message privé àkama
Du bon ambiant forestier, c'est ce genre de truc qui ressemble a Kammarheit! Je lui trouve un petit coté lumineux egalement, assez contradcitorie avec le theme général de l'album. Qu'importe, le voyage se met en place lentement, mais une fois happé, il nous fait traverser des dizaines de clairieres enfouies dans des ruines de civilisations perdues. Avec evidemment un gros coté meditatif d'indus hippie nordique. Que du bon donc.
Note donnée au disque :