Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThanatos › Realm of ecstasy

Thanatos › Realm of ecstasy

9 titres - 39:31 min

  • 1/ (Intro) And jesus wept
  • 2/ Tied up, slices up
  • 3/ Realm of ecstasy
  • 4/ Mankind's afterbirth
  • 5/ In praise of lust
  • 6/ Perpetual misery
  • 7/ Human combustion
  • 8/ Reincarnation
  • 9/ Terminal breath

enregistrement

Ra-sh studios, Octobre 1991.

line up

Erwin De Brouwer (guitares), Stphan Gebedy (chant, guitare), Ed Boeser (basse), Remo Van Arnheim (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
deah metal

Pour beaucoup, le death metal Hollandais ne se résumait qu'à Sinister, Gorefest, voire Pestilence pour ceux qui s'y intéressaient. Ce serait assez injuste pour Thanatos, qui existe pourtant depuis 1987, et qui a sorti deux albums, le premier en 1990, et le secon "Realm of ecastasy" donc, en 1992. Alors oui, être là au début ne veut pas dire forcément être de qualité, un groupe de seconde zone en 90 restant un groupe de seconde zone en 2006 ! Mais dans le cas de cet album (je ne connais pas le précédent), il faut bien avouer que c'est fort dommage. Thanatos pratique un style très proche du "False" de Gorefest, à savoir un death metal relativement speed, alternant avec des morceaux mid tempos bien plus sombres et nuancés. La ressemblance avec Gorefest est ici frappante, notamment dans le jeu de batterie de Remo Van Harnheim. La vitesse est clairement au rendez-vous, et le riffing en profite pour rajouter une couche. Le disque se montre relativement standard sur la forme, avec ses fameux riffs tremolo, ses breaks plus thrashy tout en power chords, ses solos déjantés typiquement death metal, mais pourtant il y a là, comme chez Gorefest, le petit truc en plus qui fait que 14 ans après, l'album n'a pas pris une ride. Peut-être cette prod', puissante, claire, rugueuse, parfaitement adapté au style. Ou bien ce chant, super primaire et pas réfléchi du tout, comme une espèce de vieux râle soufflé sur le micro dont l'efficacité n'est pas à remettre en cause (assez marrant de voir comment ce chant fonctionne sur moi, alors qu'en soit il n'a pas grand chose pour lui). Je pencherai plutot pour cette capacité à enchaîner les riffs comme les compos, et à les faire passer comme une lettre à la poste. Rien n'est à jeter, comme finalement rien n'est à encenser ! Des bons morceaux, supportés par des bons riffs, alternant entre le brutal, le plus mélodique et la mise en place de petites atmosphères sympas. Le disque impeccable donc, dans l'ombre du "False" de Gorefest c'est certain, mais qui a son son coup à jouer parmi les fans de death old school.

note       Publiée le jeudi 9 février 2006

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Realm of ecstasy" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Realm of ecstasy".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Realm of ecstasy".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Realm of ecstasy".

Raudus Envoyez un message privé àRaudus
avatar

Un cran en-dessous du monstrueux Emerging from the Netherworlds, certes plus orienté thrash. Le chant est moins percutant par exemple, où sont passés les tripes et les rugissements à la John Tardy? Je trouve également que la prod manque un peu de relief par rapport au précédent, peut-être une conséquence de l'orientation death. Bref, un disque bien fait, mais un peu basique au vu de ce que le groupe laissait entrevoir sur son premier album.

Note donnée au disque :