Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTT.A.C. › La nouvelle art du deuil

T.A.C. › La nouvelle art du deuil

cd | 8 titres

  • 1 Lux Obnubilata
  • 2 Hugging shadows
  • 3 La courbe de tes yeux
  • 4 Blood will run
  • 5 Hypnotischer Eden
  • 6 Requiem des schwarzen Lichtes (Introitus-Kyrie-Dies Irae-Agnus-Lux Aeterna-Libera me)
  • 7 The end of day
  • 8 Tis Kolassis Kambanes

enregistrement

Suono e Immagine, Italie, décembre 1994-janvier 1995. Produit par Angelo Bergamini et Simon Balestrazzi.

line up

Simon Balestrazzi, Angelo Bergamini, Emila Lo Jacono, Gio:Fiaschi

chronique

Dans le jeu des familles Kirlian Camera, je demande la carte T.A.C. (pour Tomografia Assiale Computerizzata) et plus précisément, le géniteur Simon Balestrazzi. En parallèle de ses collaborations avec Angelo Bergamini, celui-ci a developpé cet étrange projet qui se présentait au départ comme un mélange d'indus pop expérimentalo-progressif sombre, pas toujours évident d'accès (écoutez donc 'Ouvrez vos auditifs canaux'..geuh...). Avec 'La nouvelle art du deuil', ces grands joyeux nous offrent un excellent album thématique sur le concepte du deuil qui mêle des influences dark folk, électroniques rituelles dans la plus pure tradition Kirlian Camera (tiens !? Angelo Bergamini et Emilia Lo Jacono ont collaboré au disque...) le tout dans une optique gothico-expérimentale. Fidèles à leur esprit, les musiciens ont appliqué la formule du 'beaucoup d'effets avec peu de moyens', soit une approche minimaliste, assez froide au niveau des sons, teintée d'atmosphères funèbres quasi religieuses par instant. On pourrait considérer 'La nouvelle art du deuil' comme une messe dont chaque chanson est un mouvement. Avec 'Lux Obnubilata' en tous cas, le ton est vite donné...nappes crées à base de sons de vague, de cris de baleine étouffés et un chant féminin d'une grande tristesse. 'Hugging shadows' et 'La courbe des tes yeux' sont clairement d'influence dark folk, en duo masculin/féminin pour le premier, purement masculin pour le second. L'atmosphère est si prenante qu'on en vient à transcender la maladresse de la langue française. A l'instar de Ain Soph, il y a parfois chez T.A.C., une urgence malaisée qui au final n'a que peu d'importance sur le résultat. 'Blood will run' a une touche plus martiale de par ses roulements de percussions et on ne peut s'empêcher de songer au Kirlian Camera période 'Schmerz'. D'ailleurs, on retrouve des nappes d'orgue funèbre sur l'excellent 'Requiem des schwarzen Lichtes' construit sur des lignes religieuses mâtinées d'influences industrielles progressives. C'est vraiment très bon, glacial et mélancolique à la fois, parfois carrément angoisssant notamment avec les incantations crées à partir de voix déformées. Après tant d'intensité, 'The end of day', pièce dark folk, apparaît presque comme une délivrance. Je parlais d'Ain Soph, hé bien, le morceau de fin, le très cabaret 'Tis Kolassis Kambanes' évoque volontiers l'atmosphère de l'album 'Aurora'. A noter encore que 'Hypnotischer Eden' apparaît ici dans une variation mais qu'il sera repris pour un disque du même nom. Certains reprocheront peut-être à 'La nouvelle art du deuil' son aspect panaché; celà ne me dérange pas personnellement, on sent que le groupe a souhaité utiliser tout le matériel à disposition pour travailler sur un thème précis. De mon point de vue, c'est une réussite totale.

note       Publiée le lundi 6 février 2006

partagez 'La nouvelle art du deuil' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "La nouvelle art du deuil"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "La nouvelle art du deuil".

ajoutez une note sur : "La nouvelle art du deuil"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "La nouvelle art du deuil".

ajoutez un commentaire sur : "La nouvelle art du deuil"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "La nouvelle art du deuil".

novy_9 › vendredi 25 octobre 2013 - 12:54  message privé !

Ceci est un Chef D'oeuvre, la collaboration entre Bergamini et Balestrazzi a atteint des sommets à cette époque, que ce soit pour Kirlian Camera ou TAC, la scène actuelle dark folk/martiale devrait réécouter un peu ces classiques avant de pondre à gogo des albums de plus en plus fade et sans originalité ...

Note donnée au disque :       
Twilight › dimanche 25 novembre 2007 - 19:31  message privé !
avatar
Hé hé ;0), mon influence est partout. Je possède 'Twilight rituals' mais tu peux le chroniquer sans souci. Sinon, j'ai aussi 'Apotropaismo' que je ferai sans doute un jour...
Wotzenknecht › dimanche 25 novembre 2007 - 19:27  message privé !
moi non plus :) je parlais de Waiting For The Twilight (tiens donc), Twilight (tiens donc) rituals, et Splintered
Twilight › dimanche 25 novembre 2007 - 19:25  message privé !
avatar
En réalité, je n'en possède que deux autres. Vas-y sans problème, je n'ai pas 'Ouvrez vos auditis canaux' ni 'Hypnotischer Eden'...
merci pour le fusil... › dimanche 25 novembre 2007 - 00:35  message privé !
t'inquiète , il répond du tac au tac.