Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGrand Belial's Key › Mocking the philanthropist

Grand Belial's Key › Mocking the philanthropist

cd • 14 titres

  • 1Foul parody of the Lords supper
  • 2Shemhamforash
  • 3Reflections of the coffin lid
  • 4The slums of Jerusalem
  • 5Castrate the redeemer
  • 6Sumerian fairytale
  • 7At the blessed grotto
  • 8Savoring the Virgin's pessary
  • 9In rapture by the Fenrir moon
  • 10Demonarchy
  • 11The centaur
  • 12Conspicious imagery adorns the nunnery
  • 13The seventh Enochian key
  • 14The holocaust trumpeter

enregistrement

Enregistré les 24 et 25 décembre 1996 au Crucifier Studio à Markus Hook

line up

The Black Lourde Of Crucifixion (chant, batterie), Gelal Necrosodomy (guitares), Der Sturmer (basse), Lilith (claviers)

remarques

chronique

Styles
heavy metal
metal extrême
black metal
Styles personnels
heavy/black metal

Avec ce premier album, els américains de Grand Belial's Key tapent vraiment très fort ! Voilà, en un peu plus d'une heure, le trio de base (auquel on peut ajouter par moments Lilith aux claviers) vient de s'approprier un style musical, le heavy/black metal. Leur musique est entièrement basée sur els riffs de guitares, typiquement heavy metal traditionnel (on peut penser aux premier Iron Maiden là-dessus) avec un feeling époustoufflant. Vraiment, la musique de Grand Belial's Key est fabuleuse. Pourtant, niveau production, ça se sent, il n'y a pas un son énorme derrière, on a même parfois l'impression que els morceaux ont été fait en une prise, dans des conditions live, sans retouches. On entend la plupart du temps qu'une seule piste de guitare, elle est quelques fois doublée lors des solos, mais pas toujours. La réussite de l'album se joue au niveau des variations de tempi, de partie et des enchainements. Tout parait super limpide, sans accrocs. Une des particularités de l'album est de proposer au milieu des morceaux des parties de guitare seule, sans accompagnement, en guise d'enchainement entre différentes parties d'un morceau. Et ces parties de guitare sont tout bonnement jouissives et pleines de feeling. La batterie propose un son très naturel, vraiment brut de décoffrage et niveau jeu, The Black Lourde Of Crucifixion (! - c'est le nom du batteur !?) essaye de proposer des breaks, des patterns et des enchainements originaux. Concernant le chant, il est assez rauque, effacé, tout en retenue, très approprié à la musique. Quand en plus, au milieu de tout cela, on ajoute des morceaux instrumentaux aux claviers très forts et inspirés, on obtient tout simplement un album parfait de bout en bout ! Tous les titres sont soit bons soit excellents, pas un seul seulement moyen. Un chef d'oeuvre de heavy/black metal !

note       Publiée le vendredi 30 décembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mocking the philanthropist".

notes

Note moyenne        21 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mocking the philanthropist".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mocking the philanthropist".

boumbastik › lundi 18 janvier 2010 - 20:07  message privé !

(si si, mais moins souvent)

Note donnée au disque :       
michel rocard › vendredi 25 juillet 2008 - 02:02  message privé !
Réussi à choper grace à notre ami boumbastik qui semble ne plus être là, ça se dirige vers son 4 en riffs empilés et son originalité bas de gamme mais je laisse reposer (j'suis comme l'autre là, sauf que j'ai pas changé quasiment tous mes 1 (and co) quoi...)
empreznor › jeudi 24 juillet 2008 - 22:54  message privé !
bon, je me suis "procuré" ce Pentagram Prayer, plus qu'à l'ecouter.
Note donnée au disque :       
yog sothoth › jeudi 24 juillet 2008 - 20:16  message privé !
avatar
ouais, présenté comme ça ça rend moins bien, forcement...
zbr › jeudi 24 juillet 2008 - 19:56  message privé !
Bewitched ?! Les suédois responsables de l'infâme Pentagram Prayer ?!? Parce que là niveau "son faiblard" et batterie en carton y'ss pose là.... Même pas souvenir qu'ils aient tant fait parler d'eux un jour...
Note donnée au disque :