Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCoroner › R.I.P

Coroner › R.I.P

cd | 13 titres

  • 1 Intro
  • 2 Reborn though hate
  • 3 When angels die
  • 4 Intro (Nosferatu)
  • 5 Nosferatu
  • 6 Suicidal command
  • 7 Spiral dream
  • 8 R.I.P
  • 9 Coma
  • 10 Fried alive
  • 11 Intro (Totentantz)
  • 12 Totentantz
  • 13 Outro

enregistrement

Music lab, Berlin, mars 87.

line up

Tommy T. Baron (guitares), Ron Royce (basse, chant), Marquis Marky (batterie)

chronique

Styles
metal
thrash metal
Styles personnels
thrash

Un doux piano nous accueille doucement, petite ambiance contemplative, mélodie attachante... ET PLAM ! Mega riffs "pluie de notes", grosse dynamique, bienvenue chez Coroner. Premier accueil, plutôt traditionnel dans le fond, mais nouveau sur la forme. Eh oui, enfin des thrasheurs qui manient leurs instruments avec une vraie grosse maîtrise. Et croyez moi, sur ce "R.I.P", premier effort du groupe Suisse, c'en est déjà très impressionnant. Des enchaînements de riffs tous plus poulpesques les uns que les autres, le genre de riffs qu'on ne pourra jamais jouer aussi carré. C'est clair, Tommy Baron est un maître (de là à finir chez Stephane Eicher.. hum je m'égare). Ses compagnons ne sont pas en reste, même si le Marquis, derrière sa frappe impressionnante et ses rythmiques opportunes, ne se révèle pas encore au mieux de son inspiration. Ron Royce quant à lui, effectue un travail standard, suit les parties de guitares docilement (c'est déjà beaucoup !) et assène ses textes sous un phrasé thrash typé allemand somme toute classique (la musique devient même typiquement teutonne sur "Fried alive"). Mais comme chacun sait, le véritable point fort de Coroner, ce ne sont pas ses riffs, ni son chant, ce sont ses solos. Et déjà sur ce premier Lp, ils y vont très fort. Merde "Nosferatu", c'est archi impressionnant, des solos utilisés comme des riffs, une base rythmique complexe et catchy à la fois, des lignes mélodiques qui ne s'arrêtent pas... Argh que c'est bon ! Le groupe a d'ailleurs eu la bonne idée d'inclure des intros à ses morceaux, sous forme de courtes instrumentales (à la manière d'un Pestilence sur "Testimony..."), aérant un petit peu le disque, car on y suffoque vite. Eh oui, terminées les louanges, s'agit d'expliquer le 4 ci-dessous. Eh bien, c'est très simple, "R.I.P" est encore bien immature, les compos, malgré le coup d'éclat de certaines, et ses solos hallucinants, ne marquent pas encore durablement les esprits, se ressemblent parfois un peu trop, le tout sur une prod' très années 80 qui risque peut-être de rebuter les néophytes. M'enfin ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, ce disque est à des lieues au-dessus de la concurrence, unique dans son genre, mélodique, technique et super accrocheur à la fois. Juste que sa qualité est quelque peu éclipsée à la fois par le niveau de ses successeurs et surtout le fait de s'attendre au passage qui tue, en vain, telles des marches d'escaliers n'atteignant jamais le palier supérieur. M'enfin, rien de bien rédhibitoire, voilà un album classique du genre, voire carrément culte pour certains (je préfère largement celui-ci à "Grin", beaucoup trop bateau) que les fans de Chuck Schuldiner et autres amateurs de thrash technique et mélodique devraient d'ailleurs tous connaître tant l'approche est similaire. Sacré disque donc...

note       Publiée le mercredi 21 décembre 2005

partagez 'R.I.P' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "R.I.P"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "R.I.P".

ajoutez une note sur : "R.I.P"

Note moyenne :        16 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "R.I.P".

ajoutez un commentaire sur : "R.I.P"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "R.I.P".

fallon › mardi 25 février 2014 - 16:35  message privé !

Bon premier album, on sait déjà qu'on a affaire à un groupe pas comme les autres. "When Angels Die", "Nosferatu", "Totantanz" filent une trique pas possible et les intros sont effectivement de toute beauté. Par ailleurs, voilà un disque qui porte bien son nom: on se croirait à de vrais funérailles. Pas encore tout à fait abouti, un brin répétitif, RIP est l'acte de naissance (jeu de mots, héhé!) de Coroner et rien que pour ça il est indispensable.

Note donnée au disque :       
zugal21 › samedi 15 février 2014 - 00:01  message privé !

La sobriété, la classe. Tout est d'une grande cohésion et d'une technique irréprochable. Il est arrivé comme une Promesse de nouveaux rivages pour le Metal, et ausssi comme un symptôme de l'époque : quelque chose de grand était en train d'arriver sur l'aile dure du Metal

Note donnée au disque :       
Potters field › vendredi 27 novembre 2009 - 10:13  message privé !

elle m'a bcp plu aussi

nicliot › jeudi 26 novembre 2009 - 14:35  message privé !

ha ha ha

empreznor › lundi 9 mars 2009 - 15:21  message privé !

Un suisse, c'est un allemand avec ce qu'il faut de retenue et de discrétion.