Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRLou Reed › Metal machine music

Lou Reed › Metal machine music

cd • 4 titres

  • 1Metal machine music, part I16:00
  • 2Metal machine music, part II16:00
  • 3Metal machine music, part III16:00
  • 4Metal machine music, part IV16:00

enregistrement

A la maison, New-York, Etats-Unis, 1975.

line up

Lou Reed

remarques

chronique

Un bonheur, ce disque. Pas à écouter, non, enfin si, à condition d'être rompu à la noise la plus extrême et la plus jusqu'au-boutiste. Un bonheur parce qu'il s'agit tout simplement du plus énorme "Fuck you !" jamais balancé à la face de l'industrie du disque ET du public. Un suicide, purement et simplement (surtout après le succès du gentillet "Sally can't dance"). Un bonheur aussi, parce que Lou Reed, jusque-là apôtre d'un certain classicisme rock (n'a-t-il pas déclaré : "You can't beat 2 guitars, bass, drum" ?), va en une seule galette (double en vinyle !) donner du grain à moudre à toute une génération de musiciens rock avant-gardistes versant à sa suite dans l'electro-indus la plus radicale. Sorti sur une major (le pied ! 100 000 exemplaires vendus ! des milliers de clients furieux demandant à leur disquaire d'être remboursés !), ce double LP contient très exactement 64 minutes de bruit blanc (après la lumière et la chaleur blanches...), c'est-à-dire 16 minutes par face. Avec deux guitares, deux amplis, et un magnéto quatre pistes, Lou Reed, dans son loft de Manhattan, fait hurler de manière effroyable et totalement dissonante des accords ouverts, distorsions, larsens, qu'il monte en boucle et superpose de manière chaotique pendant plus d'une heure. Pire que du Merzbow, tout simplement. Dès 1975, Lou Reed fracasse la gueule de l'auditeur sous un déferlement de bruit continu, sans nuances (tout est très fort), inextricables, stridents et cacophoniques au possible. Oui, c'est plus extrême que le plus extrême de Merzbow, car les "morceaux" du Japonais durent rarement plus de 25 minutes. Ici, c'est le MEME titre que vous entendrez durant les 64 minutes, ne vous fiez par aux quatre parties de la track-list, elles existent uniquement à cause de la durée des faces vinyles. Mais après le cut brutal de la fin d'une face, on reprend directement les hostilités là où on les avait laissées au début de la face suivante. Seules les deux dernières minutes forment une petite variation, puisque une courte séquence blast style marteau-piqueur y est montée en boucle répétée à l'infini (Lou voulait semble-t-il que l'aiguille reste sur le même sillon et que ce cauchemar ne s'arrête jamais). Alors, oui, la muraille sonore est déjà là, énorme, infranchissable : survolez-là ou écrasez-vous dessus, vous n'en ressortirez certainement pas indemnes. Vous pourrez aussi vous amuser à séparer les deux canaux de la stéréo, qui sont ici dissociés comme au bon vieux temps de "White light/White heat". Grand moment de musique et moment crucial de l'histoire du rock en vérité, que vous devez connaître, même pour le détester. Comme le dit Lou Reed lui-même dans un extrait des notes de la pochette originale mis en exergue dans cette excellente réédition : "Most of you won't like this, and I don't blame you at all."

note       Publiée le lundi 19 décembre 2005

Dans le même esprit, Trimalcion vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Metal machine music".

notes

Note moyenne        19 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Metal machine music".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Metal machine music".

GrahamBondSwing › lundi 18 mai 2020 - 22:50  message privé !

Cas rare ou la pochette sauve l'album. Réserve peu de surprise à l'écoute.

Note donnée au disque :       
nicola › lundi 27 avril 2020 - 20:56  message privé !

C’est pour apprécier en esthète (de cheval), pas pour faire chier les voisins qui sont trop loin.

Note donnée au disque :       
Dead26 › lundi 27 avril 2020 - 20:02  message privé !

Pour faire chier les voisins aucune importance.

Je pensais pas cet artiste capable de pondre un tel disque à la face du monde (putain c'est celui qui a sorti Perfect day). Une bonne prédisposition et écoute au casque (à fond de peutre) peut se révéler extraordinaire en ce qui me concerne.

Note donnée au disque :       
nicola › lundi 27 avril 2020 - 19:58  message privé !

Je me demandais s’il fallait les écouter dans l’ordre 1-2-3-4 ou 1-3-2-4.

Note donnée au disque :       
Langouste-mayonnaise › jeudi 29 novembre 2018 - 18:50  message privé !

En même temps à y réfléchir j'ai des trucs à faire demain et les déliros ça use un peu trop, je testerai plus tard. /ma vie