Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDisincarnate › Dreams of the carrion kind

Disincarnate › Dreams of the carrion kind

11 titres - 47:27 min

  • 1/ De profundis
  • 2/ Stench of paradise burning
  • 3/ Beyond the flesh
  • 4/ In sufferance
  • 5/ Monarch of the sleeping marches
  • 6/ Soul erosion
  • 7/ Entranced
  • 8/ Confine of shadows
  • 9/ Deadspawn
  • 10/ Sea of tears
  • 11/ Immemorial dream

enregistrement

Windings studios, par colin Richardson.

line up

James Murphy (guitares), Bryan Cegon (chant), Jason Carman (guitares), Tommy Viator (batterie)

remarques

la réédition 2004 contient 3 titres démos en bonus.

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death metal

ahlàlà James Murphy, en son temps il en comptait des admirateurs, tel un Alexi Laiho des temps anciens. Pensez donc, ses participations aux albums de Obituary ou Death (dans une moindre mesure Cancer) étaient on ne peut plus remarquables. Et lorsqu'il décide de lancer Disincarnate, ce sont des centaines, que dis-je des milliers de fans qui virent leurs yeux briller de milles feux !!! Euh, hum... Enfin quoiqu'il en soit, parait que ce "Dreams of carrion kind" a fait un gros bide à sa sortie. Et ma foi, s'il ressortait aujourd'hui je crois que ca serait pire, tant il sonne daté (dans le mauvais sens du terme) et stérile. Pourtant, avec la patte mélodique du sieur Murphy on pouvait s'attendre à quelque chose d'assez unique mais au final, non, on se retrouve avec quelque chose de très classique. A mi chemin entre un riffing très Suffocation, et des poussés plus Death (période "Human"), ce disque ne surprend finalement pas (malgré les rapprochements alléchants) et se contente de coller des riffs peu accrocheurs les uns à la suite des autres. Alors ouais, ça joue bien comme il faut, la prod' est impeccable, puissante mais avec ce son d'époque et l'ensemble dégage une aur bien noire... Mais, personellement, je ne vois rien qui retiennent vraiment mon attention. Quelques breaks de ci de là, des solos bien sympas, un passage acoustique réussi mais rien de plus... Les morceaux se suivent et se ressemblent beaucoup trop, le disque ne laisse décidément rien d 'impérissable chez l'auditeur, et ce n'est pas cette réédition opportuniste de Roadrunner (qui a fleuré le bon filon du "ouais c'etait culte à l'époque) qui y changera quelque chose. Définitivement déçu.

note       Publiée le samedi 10 décembre 2005

partagez 'Dreams of the carrion kind' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Dreams of the carrion kind"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dreams of the carrion kind".

ajoutez une note sur : "Dreams of the carrion kind"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dreams of the carrion kind".

ajoutez un commentaire sur : "Dreams of the carrion kind"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dreams of the carrion kind".

Dead26 › samedi 30 avril 2016 - 14:43  message privé !

Il est très bon cet album. Et cette gratte nom de Dieu c'est quelque chose. Oui le son année 90 est quelque peu daté mais c'est ça que j'adore justement !

Note donnée au disque :       
Potters field › mercredi 17 octobre 2007 - 14:17  message privé !
la pochette est geniale, c'est clair, une de mes préferées en death. le titre Monarch est terrible, et le seul veritablement inspiré de l'album, sinon, ce disque est d'un chiant, mais d'un chiant...
noar › dimanche 27 mai 2007 - 23:56  message privé !
oui dommage, cet album avait les bonnes bases pour être excellent avec des zicos compétents, du savoir faire et une prod beton. Qq bons passages par ci par là, des éléménets incontournables à tout disque de death, de l'efficacité en apparence, des grosses rythmiques, solis...Musicalement, ça flirte très clairement entre le "Spiritual Healing" et le "Human " de DEATH; mêmes gros riffs et rythmiques, mêmes envolées guitaristiques irréprochables et bluffantes si ce n'est une classe et un feeling moindre bien entendu! L'ambiance est plutôt à la domination; proche de l'inquisition d'un MORBID ANGEL; l'horreur n'est pas trop évoquée. Pourtant, ça ne prend jamais complètement; l'inspiration est légère et les titres sont effectivement trop proches. A tenter malgré tout pour les fanas de cette période!
Note donnée au disque :       
"Stefan" › dimanche 11 décembre 2005 - 00:29  message privé !
Murphy n'a jamais été qu'un grand soliste... et un grand musicien ne donnera pas un grand compositeur, le contraire est beaucoup plus frequent...
Igitur › samedi 10 décembre 2005 - 20:45  message privé !
Quelle pochette en tout cas !!!