Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLove › Forever changes

Love › Forever changes

  • 1987 - Elektra, 7559-60656-2 (1 cd)

11 titres - 43:00 min

  • 1/ Alone again or (3:15)
  • 2/ A house is not a motel (3:25)
  • 3/ Andmoreagain (3:15)
  • 4/ The daily planet (3:25)
  • 5/ Old man (2:57)
  • 6/ The red telephone (4:45)
  • 7/ Maybe the people would be the times or between Clark and Hilldale (3:30)
  • 8/ Live and let live (5:24)
  • 9/ The good humor man he sees everything like this (3:00)
  • 10/ Bummer in the summer (2:20)
  • 11/ You set the scene (6:49)

enregistrement

1967.

line up

Arthur Lee (guitare, voix), John Echols (guitare), Bryan MacLean (guitare, voix), Ken Forssi (basse), Michael Stuart (percussion).

chronique

Il y a sur ce site une quantité impressionnante de groupes qui chantent la haine. Pour changer un peu, je vous propose de revenir dans les années 1960, vous savez, cette époque où des bons groupes pouvaient aussi chanter l'amour. Aujourd'hui, étant donné le moment de l'histoire que nous traversons, c'est, j'en conviens, beaucoup plus difficile de le faire de manière crédible, sans tomber dans la guimauve insipide ou le cynisme, mais dans les sixties, on y croyait vraiment. Le résultat est que les chefs-d'oeuvre de cette époque en gardent une éternelle jeunesse. "Forever changes", malgré une récente réhabilitation et une place désormais assurée au panthéon du rock, est loin d'être le plus connu. Je me souviens de ma découverte de ce disque. Sacrée claque. Pour situer Love, disons qu'il s'agit d'un groupe de folk/rock psychédélique qui avait, avant cet album, l'habitude d'enregistrer des morceaux interminables et chiants comme la pluie, et qui, tout à coup, a accompli ce miracle : unir des mélodies renversantes, des structures complexes tout en étant transparentes, et surtout un son brûlant et totalement jouissif : l'ensoleillement du Mexique y côtoie la musique baroque ; l'acidité psychédélique se mêle à un divin mélodisme pop. Ils sont californiens, et il ne pouvait en être autrement. Arthur Lee, premier leader noir d'un groupe de rock blanc, chante et compose (secondé en deux moments-clefs par Bryan MacLean). Aujourd'hui, il court toujours après ce disque. Les guitares acoustiques pleuvent en cascade, rappelant un extatique et mythique surf rock californien, en prise directe avec les mariachis situés de l'autre côté de la frontière. Arpèges célestes, retombées éblouissantes d'accords... Et puis les arrangements de cordes, sous de vibrants tremolos, ajoutent un petit je-ne-sais-quoi de lyrisme, de douceur, de bonheur... Aux moments les plus tendus, les plus illuminés, arrivent les trompettes ou les solos de guitare électrique qui font tout chavirer. A cet enivrement, à cette sensualité irrésistible, s'ajoutent l'intelligence, le style, et cette petite pointe de préciosité, toujours de bon aloi. Une voix qui s'élève langoureusement, une petite ritournelle de clavecin... Je ne sais pas où va ma préférence : dans l'ouverture divine de "Alone again or", la suavité aristocratique de "Andmoreagain", la folk classieuse de "Old man", les mille détours harmoniques de "The red telephone", la Joie sans mélange de "The good humor man he sees everything like this" (ce titre...), ou le final grandiloquent de "You set the scene"... Love... Ces chansons sont tellement bien foutues, à la fois évidentes et insondables, qu'elles en gagnent une durée de vie, et un pouvoir d'enchantement, quasi-éternels... Un must absolu si vous voulez essayer, ne serait-ce qu'une fois, de sortir de l'ombre, et de vous laisser aveugler par l'éclatante lumière.

note       Publiée le mardi 29 novembre 2005

partagez 'Forever changes' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Forever changes"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Forever changes".

ajoutez une note sur : "Forever changes"

Note moyenne :        47 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Forever changes".

ajoutez un commentaire sur : "Forever changes"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Forever changes".

GuyLiguili › lundi 17 février 2020 - 11:21  message privé !

En fait de morceaux chiants et interminables il n'y en a qu'un seul, "Revelation" sur la face B de "Da Capo" (dont la face A est quasiment aussi bonne que "Forever Changes").

Note donnée au disque :       
PechMayneau › samedi 3 septembre 2016 - 01:51  message privé !

Maybe the people would be the times or between Clark and Hilldale est un titre carrément fantastique ... 'The red telephone' et 'alone again or' sont très bons. Sinon c'est très folk et pas aussi psychédélique que la presse le disait.

Note donnée au disque :       
Winslow › vendredi 6 mai 2016 - 18:28  message privé !

@e vct m non on est deux (au moins), une version présente uniquement sur les reeditions cd malheureusement

Note donnée au disque :       
e vct m › jeudi 5 novembre 2015 - 01:55  message privé !

De Capo mérite également un joli collier de six perles jaunes autour de son cou. Ah, et suis-je le seul à avoir pété un câble avec la version démo de Your Mind and We Belong Together ?

Klarinetthor › samedi 30 mai 2015 - 22:26  message privé !

Comment Mark E smith a pillé une petite ritournelle d'A house is not a motel pour en faire le riff de toute un morceau de The Fall, d'un tube meme.

Note donnée au disque :