Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHArthur Honegger (1892-1955) › Symphonie n°2

Arthur Honegger (1892-1955) › Symphonie n°2

3 titres - 71:33 min

  • Symphonie n°2 pour orchestre à cordes et trompette 25.14
  • 1/ Molto moderato / allegro 10.57
  • 2/ Adagio mesto 9.20
  • 3/ Vivace, non troppo / presto 4.57
  • 4_6/ Symphonie n°3
  • 7/ Igor stravinski Concerto en ré pour orchestre à cordes

enregistrement

Eglise française de Saint Moritz, Suisse, aout 1969

line up

Orchestre Philharmonique de Berlin; Herbert Von Karajan (direction); Fritz Wesenigk (trompette solo sur 3)

remarques

La passion de Karajan pour le beau son empêche certes ce dernier de donner à son orchestre l'aggressivité sonore nécessaire et son indécrotable legato atténue quelque peu les éruptions de violence, mais ce magnifique enregistrement amène tout de même la partition à un niveau d'accomplissement, notamment acoustique, exceptionnel. La richesse des timbres, la rigueur de la direction, la maîtrise technique font mouche et si l'on peut préférer logiquement les visions plus idiomatiques d'un Charles Dutoit, ce volume de la collection "the originals" de DG qui associe la deuxième et la troisième par le philarmonique de Berlin est un très grand disque.

chronique

Styles
musique classique
Styles personnels
musique symphonique - xxème/contemporain

Entre mélancolie et inquiétude, l'oeuvre démarre en douceur et tristesse, avant de se cabrer. Le premier et magnifique mouvement de cette deuxième symphonie est un modèle de construction et de grammaire, le thème d'entrée s'y voit transfiguré par les superpositions harmoniques, les ellipses rythmiques et la masse des cordes, passant du calme de la tristesse au plus fou de la peur; il nous guide, selon sa forme et son humeur, durant les dix minutes de calmes comme de tempêtes qui composent l'allegro... comme un ami lointain qui passerait dans la foule, comme un bateau là-bas, sur la ligne d'horizon, comme un ennemi mortel et qui réapparait entouré de ses chiens. Honegger, c'est une fascination pour la frénésie rythmique, la violence du soudain : ici se sont des mélodies hurlantes qui jaillissent tout d'un coup d'un ronronnement de cordes, ce sont des thèmes puissants aux mesures déconstruites qui nous sont assénés comme autant d'uppercuts. Honegger, c'est aussi une âme inquiète et sombre, amoureuse du beau : ici se sont de longues plages adagio où les cordes vont et viennent comme des vagues sur le sable, souffrant de mélodisme, tout comme d'inharmonie. Toujours à fleur d'orage, la symphonie n°2 est sous la tension permanente des rumeurs de violons, violoncelles, contrebasses, glaciales et aériennes lors des moments de calme, grondantes et abyssales sur les levées d'orchestre. Le pesant ou l'étrange obliquent systématiquement les mélodies du suisse, souvent jusqu'au terrible. Grand praticien de la confrontation, Honegger double ses thèmes d'harmonies gauches et rudes, lance des phrases hystériques à quatre ou cinq violons qui vous sautent à la gueule comme des papillons de nuit se jettent sur la lumière. Tout cela tourne en horloge... malgré les voltes faces, les coups de pieds dans le dos et les angles aigus, Honegger a tramé son parcours militaire comme un joueur d'échec : la succession des métriques et l'enchevêtrement des mesures composent un rythme machiavélique qui agit comme un chute incoercible, incessamment heurtée de rencontres douloureuses qui nous envoie chacune sur une nouvelle orbite : Presto! Le choix de l'orchestre à cordes assure une plastique et une masse sonore aussi souple qu'indivise, chaque élément saillant apparaissant alors comme une déformation... une monstruosité; l'intrusion de la trompette lors de l'assault final n'est qu'une vacherie de plus. Aussi belle qu'aggressante, cette oeuvre d'Honegger reste une des plus marquantes tant par sa pregnance que par sa relative concision. Juste 25 minutes pour une des oeuvres les moins mystiques ou programmatiques d'Honegger, et ainsi une des plus pleines.

note       Publiée le vendredi 18 novembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Symphonie n°2".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Symphonie n°2".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Symphonie n°2".

Moonloop › dimanche 18 mars 2012 - 14:31  message privé !

J'adore cette symphonie. Par contre, j'ai toujours autant de mal à "accepter" son dénouement... La numéro 5 "Di Tre Re" de Honegger est magique aussi.

Note donnée au disque :