Vous êtes ici › Les groupes / artistesDThe Detroit Experiment › s/t

The Detroit Experiment › s/t

cd • 14 titres

  • 1Space odyssey
  • 2Think twice
  • 3Revelation
  • 4Baby needs new shoes
  • 5There is a god
  • 6Church
  • 7Enterluud
  • 8Vernors
  • 9Too high
  • 10Highest
  • 11Midnight at the twenty grand
  • 12A taste of tribe
  • 13The way we make music
  • 14Revelation reprise

enregistrement

The White Room, Detroit, Etats-Unis, du 25 au 29 janvier 2002.

line up

Geri Allen (piano), Carl Craig (production, synthétiseurs, basse, guitare, programmation), Bennie Maupin (saxophone ténor, clarinette basse), Marcus Belgrave (trompette), Amp Fiddler (fender rhodes, orgue, clavinette, voix, claviers, synthétiseurs), Francisco Mora Catlett (percussion, claps), Jaribu Shahid (basse), Karriem Riggins (batterie, tambourin, claps, percussion), Allan Barnes (saxophone alto, flûte), Al Turner (basse), Ron Otis (batterie), Perry Hughes (guitare), Regina Carter (violon), Aaron Levinson (claps), Invincible and Athletic Mic League Invincible (voix et choeurs sur "The way we make music").

remarques

chronique

Bien que connaissant quelques classiques et vénérant certaines de ses figures, je ne suis pas un grand spécialiste du jazz, tout au plus suis-je intéressé par les électrons libres qui se permettent des mariages audacieux, à condition que la culture qui sous-tend la chose, et le talent, soient réellement au rendez-vous. Donc Carl Craig m'attire, même si sa discographie est vraiment très hétérogène, avec des mix de DJ interminables et chiants comme la pluie (quoique souvent appréciés des spécialistes) aussi bien que des projets beaucoup plus personnels et ambitieux, "Landcruising", "More songs about food and revolutionary art" et "Innerzone orchestra" faisant évidemment partie du second lot. C'est un nouveau pas du maître de la techno de Detroit vers le jazz contemporain qui est franchi avec "The Detroit experiment". Carl Craig saisit l'occasion offerte par le producteur du prédédent "The Philadelphia Experiment", pour inviter quelques-unes des plus grandes pointures de la scène jazz de sa ville natale (et inspiratrice...) et produire un disque, sorte d'instantané de l'humeur du moment et de la diversité des apports, mêlant les BPM à la trompette de Marcus Belgrave ("The Miles Davis of the Motor City" !) ou à la clarinette de Bennie Maupin (lui aussi né à Detroit ; inutile de le présenter), qui comprend compos originales et reprises de standards. Si l'introduction avec "Space odyssey" et "Think twice" peut laisser entrevoir une musique réellement hybride entre froideur techno et free jazz, la suite des événements donne à la musique une tournure beaucoup plus classique, avec le superbe "Baby needs new shoes", ou encore les solos de violon de Regina Carter sur "Revelation" et "There is a god" (accompagnement simplement au piano), magnifiques épures mélodiques. "The detroit experiment" s'avère être bien plus qu'un "projet de Carl Craig", mais bel et bien une aventure collective, et c'est finalement une heureuse surprise. On navigue ensuite entre soul, jazz, funk et hip-hop (qui passe assez mal au milieu du reste, je trouve, sur "The way we make music"), mâtinés des embardées electro planantes de Craig. "Too high" est une reprise de Stevie Wonder magnifiquement habitée par la voix d'Amp Fiddler ; "Highest" laisse Carl Craig, seul, faire résonner son vibraphone électronique. On reste entre jazz electro lounge et inspiration beaucoup plus mélodique, dans un disque qui, s'il n'est pas transcendant comme on l'aurait souhaité, reste empli de vibrations positives.

note       Publiée le dimanche 13 novembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "s/t".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "s/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "s/t".

Coltranophile › lundi 27 juillet 2009 - 16:13 Envoyez un message privé àColtranophile

Le Philadelphia Experiment était pas mal du tout. Celui-ci est sur ma longue liste d'achats à venir. Je me demande ce que donnent les disques de Fiddler sous son nom aussi.

dariev stands › lundi 27 juillet 2009 - 15:40 Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

j'avais jamais vu qu'il y avait si peu de commentaires pour Carl Craig, pfiouh, et après on me demande plus d'électro... vous les avez lues, celles-là, les mecs ? ;-)