Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGTrey Gunn › The third star

Trey Gunn › The third star

10 titres - 43:17 min

  • 1/ Dziban (2:56)
  • 2/ Symbiotic (3:50)
  • 3/ Arrakis (5:23)
  • 4/ Sirrah (3:11)
  • 5/ The Third Star (3:43)
  • 6/ Acquiring Canopus (4:40)
  • 7/ Kaffaljidhma (5:26)
  • 8/ Yad Al Gawza (2:28)
  • 9/ Kuma (4:28)
  • 10/ Indiera (7:12)

enregistrement

Dangerous Music Studio (NYC), SubTone Studio (NM),Pat's Garage (TX), USA et Ton Probe Studio, Angleterre et Stonehenge Studios, Milan, Italie, 1996

line up

Trey Gunn (warr guitar, chapman stick), Pat Mastelotto (batterie, percussion), Toyah (chant), Alice (chant), Serpentine (chant), Bob Muller (batterie, tabla, bendir, percussions, flûte)

remarques

chronique

Styles
progressif
world music
Styles personnels
fusion

Entre "One Thousand Years" et "The Third Sta" se sont écoulés trois années. Trois années bien productives pour Trey Gunn puisqu'il a depuis intégré King Crimson, enregistré et tourné avec eux. Si sur papier, tout porte à croire que ce second album est la suite logique de son prédécesseur (le même line up et les mêmes studios d'enregistrement), "The Third Star" entretient une démarche nettement plus rock, et franchement progressive par endroits, avec une dynamique fortement rehaussée comme en témoigne le titre "Symbiotic" où le bassiste retrouve Toyah Wilcox - Mme Fripp à la ville - de l'aventure Sunday All Over The World, sorte de Kate Bush sous acide, qui n'a rien à envier à Dalbello ou Jarboe, comme je vous l'avais déjà signalé précédemment même si personne n'a jugé bon de le remarquer... La pêche de ce morceau s'effacera pourtant au profit d'une complexité rythmique de tous les instants ; sur des plages comme "Dziban" ou "Arrakis", Gunn triple ses lignes de guitare, chacune d'elles apportant les éléments nécessaires aptes à conférer aux titres toute leur densité, l'une pour l'ambiance, une seconde pour la basse et une autre enfin en guise d'élément soliste. D'autres plages comme "Acquiring Canopus" ou "Kaffaljidhma" préfèrent tout miser sur l'incroyable agilité qu'est capable de déployer la nouvelle section rythmique du Novo King Crimson qu'il incarne avec Pat Mastellotto. Les tablas et autres percussions indiennes jouées par Bob Muller ("Sirrah", "Kuma", "Indiera") confortent l'option world fusion qui ne fera que prendre de l'ampleur à l'avenir. Enfin, "Yad Al-Gawza" ou encore la plage titre reviennent sur l'aspect le plus inquiétant et méditatif de sa musique, ce dernier étant qui plus est bordé par la voix douce amère de la chanteuse italienne Alice. Dans l'ensemble, sans renier les préceptes de son premier album, Trey Gunn signe avec "The Third Star" sa meilleure réalisation, la plus équilibrée et la plus captivante grâce à la diversité des mondes qu'il traverse toujours avec le même doigté.

note       Publiée le mercredi 9 novembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The third star".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The third star".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The third star".

stickgrozeil › mardi 15 novembre 2005 - 10:53  message privé !
De loin, le meilleur album de Trey Gunn, en partie grâce aux morceaux chantés par ses invitées de marque, qui offrent des respirations bienvenues à cette succession de pièces instrumentales un poil rébarbatives. Les sonorités world prennent aussi plus de place et c'est tant mieux. Enfin un bon joueur de stick avec une vraie démarche artistique, ça faisait longtemps qu'on attendait ça.
Note donnée au disque :