Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThe Afghan Whigs › 1965

The Afghan Whigs › 1965

cd • 11 titres

  • 1Somethin' Hot2:58
  • 2Crazy4:04
  • 3Uptown Again3:11
  • 4Sweet Son of a Bitch0:23
  • 5663:23
  • 6Citi Soleil5:06
  • 7John the Baptist5:34
  • 8The Slide Song3:54
  • 9Neglekted4:01
  • 10Omerta5:40
  • 11The Vampire Lanois3:21

enregistrement

544 Esplanade et The American Sector, Louisianne, London Bridge, Seattle et Ocean Way et Larrabec North, Los Angeles, Californie, USA, 1998

line up

Paul Buchignani (percussions, congas, batterie), John Curley (basse, guitare, claviers, chœurs), Doug Falsetti (percussions, chœurs), Steve Ferrone (batterie), Greg Dulli (chant, guitare, percussions), Susan Marshall (violoncelle), Rick Mccollum (guitare, pedal-steel, dulcimer), Michael Horrigan (claviers, choeurs), Alex Chilton (choeurs, guitare), Josh Paxton (choeurs)

remarques

chronique

Styles
rock alternatif
soul
Styles personnels
post grunge > blue eyed soul

L'ultime Afghan Whigs est pure histoire de nostalgie. Et Greg Dulli de signer là sa plus belle oeuvre, fidèle en tout point à l'esprit qui l'anime depuis les tous débuts, touchant à cette part d'immatériel, l'âme, dont la quête prend fin ici. Avec une classe folle, le guitariste leader du groupe balance sa voix chaloupée et rocailleuse à la Elvis Costello sur des plages dont la relativement courte durée démontre sans ambages le formidable esprit de synthèse qu'atteint ici l'auteur. D'une subtilité effarante, un morceau comme "The Slide Song" est à même de montrer toute l'ingéniosité et l'intelligence développées par un groupe parvenu à sa pleine mâturité. Fondamentalement, les ingrédients sont les mêmes et "1965", en écho à un âge d'or où trônaient en haut de l'affiche les portraits réunis de Miles Davis, Marvin Gaye et Martin Luther King, ne manque pas d'exploiter des pistes qui avaient déjà été abordées autrefois sans que cela puisse engendrer la moindre gêne. Tel Alberto Giacometti qui, sans cesse, remettait la main à l'ouvrage pour tendre vers une forme d'absolu, la musique est ici une matière que l'on remodèle pour tenter de lui donner sa meilleure forme. Les plages s'enchaînent avec une déconcertante évidence, toujours upbeat ("Somethin' Hot"), avec un groove dru et contagieux ("66") et animé d'un feu intérieur qui laisse transparaître un lyrisme débridé où cuivres, violons et chorales bataillent pour être les premiers à pouvoir atteindre la lumière céleste ("Citi Soleil", le chatoyant "John the Baptist"). De Pink Floyd, avec "The Great Gig in The Sky" en 1973, à Eurythmics ou Simple Minds, nombreux sont les groupes à avoir compris la force inégalable que possède la soul music quand il s'agit de faire parler les tripes en chantant, dans une sorte de communion en contact direct avec ce qu'il y a de plus divin en chacun d'entre nous. Ces voix soul qui viennent colorer la noirceur des titres de "1965" élèvent le débat au-delà de toutes espérances. Une des plus belles et des plus sincères hybridations du genre à avoir vu le jour depuis les singles épars de Hall & Oates, voire le "Young Americans" de David Bowie.

note       Publiée le vendredi 4 novembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "1965".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "1965".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "1965".

Seijitsu › dimanche 30 novembre 2014 - 19:15  message privé !

Le dernier, je ne sais pas mais celui-ci est une merveille. Je souscris totalement à la chronique: ils sont arrivé au bout de leur démarche. Celle de concilier des prétentions soul avec leur rock grungy. Ce qui en fait leur chef d’œuvre.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › jeudi 17 juillet 2014 - 02:49  message privé !

quelle purge, ce dernier

ericbaisons › dimanche 15 janvier 2012 - 23:22  message privé !

ils vont refaire qq dates à Londres et Barcelone au Primavera en mai-juin (ça serait cool qu'ils viennent à Villette Sonique également)

torquemada › dimanche 8 août 2010 - 19:39  message privé !

J'avais du mal au début, mais c'est parfait pour les vacances d'été même si ça ne remplacera jamais un bon vieux "Retarded" ou "White Trash Party".

Note donnée au disque :       
Raven › mercredi 10 février 2010 - 03:54  message privé !
avatar

Le plus soul et raffiné de tous leurs albums (pas encore écouté le tout premier Big Top Halloween ceci dit, mais je suis sûr que c'est plus brouillon que Up In It) toujours un plaisir au réveil, mais à petites doses.

Note donnée au disque :