Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRPaul Roland › Gargoyles

Paul Roland › Gargoyles

cd | 12 titres

  • 1 The worlds of Jonathan Waverley
  • 2 The gathering man
  • 3 Aleister Crowley
  • 4 Culloden
  • 5 Gargoyles
  • 6 Atlantis
  • 7 Luther
  • 8 The grey cock
  • 9 Last coach to Borgo Pass
  • 10 White lightening
  • 11 Doctor Roque (new version)
  • 12 Down to the bone

enregistrement

Astra Studios, Fairview Farm, Kent, Angleterre, sauf les morceaux 11 et 12 enregistrés aux Studios Elsewhere, Kent, Angleterre en septembre 1991. Produit par Paul Roland

line up

Paul Roland (chant, guitare sèche, guitare électrique), Derek Hefferman (guitare), Chris Randall (claviers, percussions exotiques), John Tracey (basse), Simon Jefferies (batterie), Jenny Benwell (violon)

chronique

Styles
gothique
rock
Styles personnels
rock sombre/pop excentrique/goth folk

Paul Roland est à l'image de ces statues centenaires, le temps ne semble pas voir prise sur lui. Après près de 20 ans de carrière, le bonhomme continue de sortir des disques, fidèle à son style, hors des modes et des circuits traditionnels. 'Gargoyles' n'échappe pas à la règle, il est assez typique du Paul Roland d'après 'Roaring boys' soit plus électrique et un poil moins folk. Il est pourtant une chose à laquelle il ne renonce pas, ce sont les arrangements de cordes toujours partie intégrante de la structure des morceaux. Et Paulo le troubadour de nous conter dix nouvelles histoires où le macabre, l'excentricité, la magie et les rêves sont rois. Parmi elles, l'excellent et mélancolique 'The gathering man', des inspirations gothic rock comme les bons 'The worlds of Jonathan Waverley' et 'Gargoyles', quelques ballades folk nostalgiques ('Atlantis', l'adaptation du chant traditionnel 'The grey cock') et même une touche glam ('White lightening'). Bien sûr, pas la moindre surprise mais ce n'est pas vraiment ce qu'on attend de Paul Roland. On veut de lui qu'il nous fasse peur, rêver, qu'il nous donne envie de courir sur la lande, de rouler dans l'herbe un livre de Coleridge à la main, on veut fermer les yeux sur des parfums d'absinthe et songer à tous les excentriques qui ont fait de même avant nous...et ça il sait le faire avec la même efficacité, encore et encore. A noter que si les instruments acoustiques sont moins présents, en dehors du violon, le jeu de clavier est extrêmement riche et développé, tant dans les sons que les mélodies. Et comme dix morceaux ne suffisent pas, nous sont offerts en bonus un inédit 'Down to the bone' et une nouvelle adaptation plus pêchue de 'Doctor Roque'. 'Et l'on sait que la bête doit mourir, on sait que la bête mourra'...mais pas Paul Roland.

note       Publiée le mardi 1 novembre 2005

partagez 'Gargoyles' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Gargoyles"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Gargoyles".

ajoutez une note sur : "Gargoyles"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Gargoyles".

ajoutez un commentaire sur : "Gargoyles"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Gargoyles".

Les.Mondes.Gothiques › mercredi 2 novembre 2005 - 08:30  message privé !
j'Ai DéCOuvErt le GAillarD en écOUtaNt "raDIo GHouL sCHOOL" .. .ce FUT un jOur BéNi ..
Note donnée au disque :