Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSubterranean Masquerade › Suspended animation dreams

Subterranean Masquerade › Suspended animation dreams

8 titres - 54:51 min

  • 1/ Suspended Animation Dreams (2:26)
  • 2/ Wolf among Sheep [or maybe the other way around ?] (6:26)
  • 3/ No Place like Home (8:00)
  • 4/ Kind of a Blur (3:12)
  • 5/ The Rock'n'Roll Preacher (9:06)
  • 6/ Six Strings to Cover Fear (6:49)
  • 7/ Awake (14:22)
  • 8/ X (4:30)

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Counterpoint Studios, Utah, USA, juillet 2004

line up

Tomer Pink (guitare), Paul Kuhr (chant), Kobi Farhi (chant), Susan Naud (chant), Jake Depolitte (basse), Steve Lyman (batterie), Ben Warren (claviers), Brownwen Beecher (violon), Willis Clow (guitare)

remarques

chronique

Ambitieux. Nul autre adjectif pourrait mieux cerner Subterranean Masquerade, projet guidé par la tête pensante du label The End, Tomer Pink. Après un EP publié en avril 2004, "Temporary Psychotic State", remarqué pour sa déconcertante faculté à brouiller les pistes, on attendait beaucoup de cette formation à la constitution pourtant bien artificielle. Sur les huit plages de "Suspended Animation Dreams", le moindre point de repère qui essayerait de se frayer une place dans les méandres de notre esprit est presqu'aussitôt arraché à l'évidence. Pink veut et parvient à tirer le meilleur profit possible des différents intervenants qui égrenent l'album ; ainsi guitare slide et folk se frottent à des percussions orientales, voix gutturale assurée par Paul Kuhr des américains de Novembers Doom marche au pas d'une section de cuivre que l'on sent comme encouragée à s'abandonner à de réelles envolées lyriques, le violon omniprésent de Bronwen Beecher vient faire pleurer la douloureuse en soutien d'autres cordes, vocales celles-là, dans le cadre d'une chorale néo classique aux fragrances celtiques par l'entremise de Susan Naud, ou moyen orientales grâce à Kobi Farhi des Orphaned Child. L'ensemble est aussi sujet à caution qu'il prête à confusion. Si certains résultats étonnent et flattent inmanquablement l'oreille de par leur réussite, nous sommes en droit de regretter le manque parfois flagrant de caractère de certains titres, peut-être parce que développés sur une trame constante où le mid tempo semble indélogeable. Si ce n'est la part de travail de Paul Kuhr, il y a finalement bien peu de plans métal extrême sur ce disque qui pour finir me fait songer à Dredg pour son aspect foncièrement hétéroclyte, mais aussi pas tout à fait pleinement abouti. Il n'empêche que l'on ne peut que s'incliner face au boulot admirable présenté sur ce "Suspended Animation Dreams", suffisamment efficace que pour s'aligner sur toutes les références précitées, voire plus encore, ou servir de délicate petite sucrerie auprès des amateurs de Sleepytime Gorilla Museum. À écouter.

note       Publiée le mardi 1 novembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Suspended animation dreams".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Suspended animation dreams".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Suspended animation dreams".