Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMerzbow › Amlux

Merzbow › Amlux

4 titres - 47:52 min

  • 1/ Takemitsu (5:26)
  • 2/ Looping Jane (15:41)
  • 3/ Cow cow (4:22)
  • 4/ Luxurious automobile (Krokodil Texas mix) (22:23)

enregistrement

Tokyo, Japon, 2000-2001

line up

Masami Akita (réalisation sonore)

remarques

chronique

Progressive, nuancée, dramatique... telle est à présent la musique de Merzbow, celle de la période laptop (abandon des sources analogiques et des bandes). Et ce n'est pas pour me déplaire, surtout lorsqu'elle parvient à garder un tel niveau d'intensité, comme c'est le cas pour cet "Amlux" qui serpente lentement, d'une manière sourde, vénéneuse, lente et régulière, sans jamais cependant perdre de vue son but. Les pulsations sont lourdes, oppressantes ; elles envahissent peu à peu l'espace sonore, puis subissent graduellement de fascinantes mutations. Les sons, souvent très saturés, adoptent une nette tendance "industrie lourde". Très denses, ils ne sont pas cependant débités avec rapidité, mais au contraire prennent leur temps pour s'installer, et tout détruire. Oserai-je dire que "Amlux" est au doom ce que "Venereology" était au death ? L'entrée en matière est assez fracassante : beats ultra-rapides de tôle défoncée, bientôt modérés par des grésillements stridents et une énorme bourrasque sonore qui s'abat sur le tout, genre avion au décollage (soit vous êtes dans l'avion, soit vous avez déjà envie de couper le son). Pourquoi diable appeler cette intro "Takemitsu", du nom d'un célèbre compositeur nippon ? Voici le genre de question à laquelle, à mon avis, même Merzbow lui-même ne saurait pas vraiment répondre. Toujours est-il que le premier morceau long, "Looping Jane", est lui terrifiant de noirceur et de lourdeur : basses pulsées vrombissantes, vibrations métalliques graves et tournoyantes qui vous aspirent irrésistiblement... "Cow cow" en est une sorte de pendant bref et plus tranchant, se situant dans un registre aigu, pas moins efficace et impressionnant. Enfin arrive le gros morceau final, ironiquement appelé "Luxurious automobile" (car oui, je ne l'ai pas encore précisé, mais "Amlux" est le nom de l'énorme hall d'exposition de Toyota à Toyko) : même souffle lent, sombre, et malfaisant (sous des faux-airs de transe minimaliste et plus atmosphérique) dont chacune des fluctuations prend une importance démesurée. C'est beaucoup plus que le simple bruit des voitures (Toyota ou autres !) et le bruit des villes : c'est une plongée suburbaine noire et labyrinthique. Que les sons entendus vous y servent de guides.

note       Publiée le lundi 24 octobre 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Amlux" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Amlux".

notes

Note moyenne        13 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Amlux".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Amlux".

saïmone › jeudi 22 novembre 2007 - 23:02 Envoyez un message privé àsaïmone
avatar
déjà fais non ?
Note donnée au disque :       
Solvant › jeudi 22 novembre 2007 - 22:56 Envoyez un message privé àSolvant
@Trimalcion, mettre un lien sur la collab Merzbow / Genesis P-Orridge - "A perfect pain" serait judicieux.
Note donnée au disque :       
Solvant › mercredi 31 octobre 2007 - 17:04 Envoyez un message privé àSolvant
Mes 4 boules réunies sont pour ce gigantesque "Luxurious automobile" en alu défoncé. Parceque bon, faut être honnête, le reste de l'album (à part "Cow cow" qui s'en sort pas trop mal quand même) est assez faible pour le Sentai Masami laptop. J'ai récemment réécouté Merzzow (qui n'a rien à voir avec Amlux d'ailleurs) & I. Dada je dois dire qu'ils me sont d'une excitation supérieure.
Note donnée au disque :       
bombay-gum › mercredi 27 septembre 2006 - 02:58 Envoyez un message privé àbombay-gum
...dans la période laptop de Masami j'entends.
Note donnée au disque :       
bombay-gum › mercredi 27 septembre 2006 - 02:55 Envoyez un message privé àbombay-gum
Du mal avec les récentes releases de Merzbow, le seul qui pour moi tire avec brio son épingle du jeu est le grandiose Electro Magnetic Unit ou encore Tranz.
Note donnée au disque :